Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 13:03

J'ai eu l'occasion de lire des billets très enthousiastes sur ce livre, le dernier en date étant celui de Lasardine qui a achevé de me convaincre. Aussi, lorsque les éditions Galaade ont gentiment proposé de m'en faire parvenir un exemplaire, vous imaginez bien que je n'ai pas pu refuser! 

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Julio et Laura ont tissé une relation particulière avec Manuel, leur voisin. Ce dernier possède les clés de leur appartement, il partage régulièrement leurs repas : leur amitié est profonde et solide. Aussi lorsque Manuel est renversé et tombe dans le coma, le couple se retrouve comme "veuf". Le père de Manuel, très occupé, ne fait qu'un passage éclair durant lequel il confie à Julio les clés de l'appartement de son fils. C'est pourquoi, plus tard, lorsque Laura le quitte et lui demande de partir, Julio décide de s'installer chez son voisin. Il s'identifie peu à peu à lui, portant son parfum et ses vêtements, mais surtout il porte un nouveau regard sur Laura, qui ne sait rien de sa présence dans l'appartement voisin. Jusqu'au jour où il se décide à allumer l'ordinateur de Manuel...

 

Inutile de faire durer le suspense : j'ai adoré ce roman! Je pense que je l'aurais dévoré d'une seule traite si je n'avais eu d'autres obligations qui m'ont forcée à le poser chaque fois à contre coeur! La tension est palpable dès les premières pages où l'on apprend l'accidend de Manuel, le lecteur découvre alors la relation étrange qui unit ces trois personnages, Manuel tenant en quelque sorte la place de l'enfant que Julio et Laura ne parviennent pas à avoir. D'ailleurs, comme bon nombre de parents qui voient leur couple se briser à la perte d'un enfant, Julio et Laura ne se relèvent pas. Le lecteur est étonné, mais il n'est pas au bout de ses surprises car la tension ne fait qu'augmenter au fil du récit... La situation est cocasse, Julio se glisse peu à peu dans la peau de Manuel, il hante son appartement, le fouille, vivant bien souvent dans le noir pour ne pas attirer l'attention de Laura qui ignore qu'elle est épiée. Car Julio écoute ce qui se passe de l'autre côté de la cloison, dans cet appartement qui était le sien, et même, il y pénètre en l'absence de Laura grâce aux clés qui avaient été confiées à Manuel. La souffrance de cet homme est palpable, il s'invente une autre vie pour y échapper, mais à trop vouloir fuir, le destin finit par le rattraper. La dernière partie du roman est incroyable, je l'ai lue en retenant mon souffle osant à peine y croire...

 

Je ne connaissais pas Juan José Millas avant de lire ce livre, mais dès que l'occasion s'en présentera, je me plongerai sans hésitation dans un autre de ses romans! Une découverte qui me hantera longtemps, c'est certain!

Repost 0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 10:02

Alors qu'habituellement, je lis plutôt des récits sur la seconde guerre mondiale, j'ai eu envie de me plonger cette fois dans les romans sur la Grande Guerre. Après mon énorme coup de coeur pour La chambre des officiers dont je vous parlais l'année dernière, j'ai eu envie d'en savoir plus sur cette période, et je me suis tournée cette fois vers la littérature de jeunesse, afin de pouvoir proposer ces titres à mes élèves. J'ai donc commencé par La marraine de guerre...

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Etienne a la chance d'avoir une marraine de guerre qui lui envoie régulièrement lettres et colis. Un soutien immense pour ce jeune homme qui subit au quotidien l'enfer des tranchées. Ses compagnons d'infortune le taquinent régulièrement à ce sujet, et il est vrai que les lettres de Marie-Pïerre ne laissent pas Etienne indifférent. Pourtant, d'elle il ne connait que son prénom, son adresse, sa belle écriture et ses mots toujours réconfortants. Un jour, alors qu'il est en permission chez sa tante, il prend le train pour Saint-Etienne sur un coup de tête et part à la rencontre de sa marraine...

 

Voilà un roman jeunesse très court, mais qui concentre en quelques chapitres une force et une émotion proprement incroyables. Catherine Cuenca décrit les tranchées avec beaucoup de réalisme, sans hésiter à mettre des mots sur les horreurs quotidiennes vécues par les soldats. Etienne est un jeune soldat très attachant : sa jeunesse, son innocence dans son rapport aux femmes contrastent avec les combats et la mort omniprésente. On sent à quel point sa présence sur le front est injuste, comme la vraie vie est ailleurs et je pense que les jeunes lecteurs s'identifieront sans problème à lui. J'ai beaucoup apprécié le fait que le récit soit entrecoupé des échanges épistolaires entre Etienne et Marie-Pierre, cela permet au lecteur, comme à Etienne, de souffler un peu entre deux combats. J'ai également beaucoup aimé la manière dont est traitée la rencontre entre Etienne et sa marraine, même si j'aurais aimé en savoir plus sur la suite de cette relation... Mon petit côté fleur bleue sans doute... Je conseillerai donc ce livre les yeux fermés à mes élèves d'autant que la lecture en est facile et rapide.

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 09:16

Vous ne pouvez pas être passés à côté d'Emily the strange, vous avez forcément déjà croisé cette petite fille au style un peu gothique souvent représentée sur fond rouge. C'est pourquoi, j'ai eu la sensation étrange en découvrant ce livre de connaître Emily the strange, alors qu'en fait, pas du tout...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Emily se réveille un jour complètement amnésique. Elle ne sait plus comment elle s'appelle, elle ne se souvient d'absolument rien concernant son passé, et n'a aucune idée de la raison pour laquelle elle se trouve dans un endroit qui s'appelle Blackrock., une ville assez étrange où l'on doit payer des amendes pour tout et n'importe quoi...  Elle se réfugie alors dans le café de la ville "El dungeon", tenu par une certaine Raven et prend possession d'un carton dans une rue non loin de là. Très vite, elle attire tous les chats du quartier qui deviennent en quelque sorte les siens et qu'elle entraîne dans sa quête pour retrouver sa véritable identité. Au bar, elle accumule les rencontres qui vont peu à peu la mener sur une piste... Elle consigne alors dans son journal toutes les informations qu'elle recueille...

 

Ce qui m'a séduite avant tout, c'est l'objet-livre. Je l'ai déjà dit, j'aime les beaux livres et celui-ci a véritablement tout pour plaire, à commencer par la couverture, absolument magnifique, représentant Emily dans un médaillon, entourée de ses quatre chats noirs. Ceux qui me connaissent un peu savent à quel point j'aime les chats, et plus particulièrement les chats noirs et comprendront aisément que cet univers aux accents gothiques avait tout pour me plaire. Et une fois, le livre ouvert, l'émerveillement continue! Présenté sous la forme d'un journal intime illustré, on retrouve à chaque page ces illustrations qui enchantent les yeux, représentant des dessins d'Emily ou des indices qu'elle colle au fur et à mesure dans son journal : photographies, petits mots, lettres... Un vrai bonheur jusque dans les détails, notamment lorsque certaines pages du journal sont arrachées, mais je vous laisse découvrir par vous-mêmes ce qu'il en est.

 

Concernant, l'histoire, j'ai été séduite également! C'est complètement décalé et loufoque, Emily nous raconte ses aventures à sa manière, dans un langage parfois fleuri. Elle affectionne les listes qui sont toujours développées en treize points. Je me suis laissée totalement emportée dans son univers qui nécessite d'oublier toutes nos références habituelles... Avec Emily, on perd tous nos repères, il faut se laisser prendre au jeu, et on passe, alors, un excellent moment de lecture. Et si les premières pages ont pu me déstabiliser, j'ai ensuite dévoré cette histoire, incapable de reposer le livre avant d'en connaître le dénouement.

 

Je pense que ce livre aura beaucoup de succès auprès des ados - si vous cherchez un cadeau de Noël sympa, le voilà tout trouvé- mais qu'il trouvera également ses lecteurs chez les adultes, qui, comme moi, aiment ce genre de livre complètement déjanté! 

 

 

Image hébergée par servimg.com

Repost 0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 10:12

C'est le billet de Stef qui m'avait donné envie de découvrir ce roman de Maud Tabachnik. Je l'avais d'ailleurs aussitôt acheté tant j'étais intriguée par cette histoire qui s'inspire de faits réels. Je n'ai donc pas eu de mal à choisir mon titre pour ce rendez-vous autour de Maud Tabachnik.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Tout commence par l'enlévement peu banal de Gloria, une fillette de neuf ans. Sa mère accepte de la laisser partir avec un inconnu, venu proposer du travail à son fils aîné. Cet inconnu avait su la mettre en confiance et souhaitait emmener la fillette à l'anniversaire de sa nièce du même âge. Plus tard, la mère reçoit une lettre du ravisseur dans laquelle il explique comment il a mis fin à la vie de Gloria avant de la manger,  cuisinée aux petits oignons. Une enquête inhabituelle pour Stan Levine qui ne tarde pas à faire le rapprochement avec deux autres affaires : un jeune prostitué retrouvé mort, amputé des dix doigts et de ses parties génitales ainsi qu'un jeune homme déficient disparu mystérieusement. L'assassin, cannibale et complétement dérangé est Edgar Nichols, un homme d'une soixantaine d'années, archiviste dans une bibliothèque et menant une vie de famille tout à fait ordinaire, mais s'adonnant à des pratiques sado-masochistes pour le moins étonnantes.

 

Whaouh, quelle claque! Maud Tabachnik n'a rien inventé - ou presque, puisque cette histoire s'inspire de faits réels -  et cela rend cette histoire encore plus terrible. Le lecteur est plongé ici dans un univers glauquissime ou la perversité atteint des limites extrêmes. Alors, vous imaginez bien que mon goût ( sans mauvais jeu de mot ) pour ce type de thriller a été ici pleinement contenté. Edgar Nichols est sans doute le serial killer le plus fou qu'il m'ait été donné de rencontrer dans tous les polars que j'ai lus : non seulement, il se nourrit de chair humaine, mais il a aussi des tendances scatologiques et il aime se faire mal en s'enfonçant des aiguilles un peu partout dans le corps, notamment dans la zone génitale.

 

Quant à la plume de Maud Tabachnik, elle est rudement efficace! Ses choix narratifs sont très intéressants, notamment l'alternance des points de vue entre le tueur cannibale et les enquêteurs. Certes, rien de bien nouveau, mais un choix totalement justifié ici puisqu'il permet d'aller beaucoup plus loin dans l'horreur en nous faisant partager les actes et pensées d'Edgar Nichols. Par ailleurs, la tension monte graduellement tout au long du roman qui se termine en apothéose par un terrible décompte avant la mise à mort d'une nouvelle victime du cannibale. J'avoue avoir retenu ma respiration à plusieurs reprises et avoir sauté quelques lignes pour savoir plus vite ce qui allait se passer : cette victime, particulière, pourra-t-elle s'échapper des griffes du cannibale?

 

Bref, une première lecture de l'auteur qui me donne très envie de continuer ma découverte! Et un titre que je vous recommande si vous êtes amateurs du genre!

 

logo maud

 

Je vous invite également à regarder cette vidéo ( que j'ai découverte grâce au billet de Stef ) qui propose un reportage sur Albert Fish, le cannibale américain qui a sévi dans les années 30' et dont Maud Tabachnik s'est inspirée. Ça fait froid dans le dos!

 

Repost 0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 23:00

La lecture du dimanche

 

Je vous avais parlé il y a quelques mois d'Hiver - du même auteur - que j'avais apprécié mais qui ne m'avait pas entièrement convaincue. Mais assez, cependant pour me donner envie de lire ce second opus de la tétralogie. Il dormait dans ma PAL depuis de nombreuses semaines, et il fallait bien une petite lecture du dimanche pour l'en sortir!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

C'est l'été à Linköping, un été torride, lourd, assomant. Un incendie fait rage dans la forêt non loin la ville. Linköping semble s'être endormie. Mais dans cette atmosphère pesante, le Mal lui se réveille. Une fille de quatorze ans est retrouvée en état de choc dans un parc. Son corps a été blessé puis récuré. Un examen médical montre qu'elle a été pénétrée, non pas par un homme, mais par un objet qui a laissé quelques particules de peinture bleue dans son vagin. Quelques jours plus tard, une autre adolescente est déclarée disparue. Ses parents la croyaient chez son petit-ami pendant qu'ils étaient en vacances. Lorsque le corps de la jeune fille est déterré près d'un lac, il n'y a plus aucun doute : les deux affaires sont liées... Mais qui peut infliger de tels sévices à une adolescente? Un impuissant? Un frustré? Ou alors tout simplement une femme? Malin va devoir mener une enquête difficile, avec un effectif restreint et des journalistes à l'affût du moindre scoop...

 

Ce second tome m'a paru nettement plus abouti que le premier. Il est vrai que dans le premier, il fallait mettre en place les personnages et le cadre et que je lui avais trouvé quelques longueurs. Cette fois, on plonge en milieu connu, et j'ai beaucoup aimé retrouver les personnages, notamment Malin Fors, qui un peu à la manière d'Erlendur chez Indridason est intéressante autant pour sa vie privée que pour l'enquête qu'elle mène. Ici, sa fille Tove est à l'autre bout du monde, en vacances avec son père et elle joue un vrai rôle dans l'enquête lors de son retour. L'enquête, justement, je l'ai trouvé haletante, un véritable suspense est créé, plusieurs pistes sont étudiées... L'envie de tourner les pages est très forte, on a envie de savoir, et le fait que l'une des victimes soit toujours vivante donne une dimension un peu différente au polar.

 

La manière dont le récit est mené est également très intéressante. Les points de vue alternent sans arrêt, on passe de la troisième à la première personne au sein d'un même chapitre. Si cela peut déstabiliser au début, j'ai trouvé ce procédé très intéressant car le lecteur est lui aussi amené à faire sa propre enquête pour trouver à qui appartiennent ces pensées. Et c'est d'autant plus intéressant que tout comme dans Hiver, les morts ont la parole, ils observent l'enquête et donnent au lecteur des indices que Malin, elle-même ne possède pas.

 

Bref, un excellent polar, avec une bonne dose de détails glauques comme je les aime! En plus, cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas plongée dans un polar, et je me suis régalée!! Vivement la suite, il reste deux saisons à découvrir et je serai au rendez-vous c'est certain!

 

Allons voir ce que Stéphie en a pensé!

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 16:13

Les Chroniques de Pont-aux-Rats, tome 1

 

Après ma grande déception d'hier, je vous présente aujourd'hui un gros coup de coeur pour un roman de littérature de jeunesse! Ce roman paru en 2008 a été élu meilleur livre jeunesse par le magazine Lire. Une vraie petite merveille à découvrir de toute urgence et à faire découvrir à nos jeunes lecteurs!

 

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Pont-aux-Rats est une ville en apparence comme les autres. Et pourtant... sous la ville vivent d'étranges créatures : des bricoliaux, "mi-troll, mi-gobelin" qui vit sous une carapace de carton, des choutrognes qui portent un chou sur la tête ou encore des blaireaux courvites... Bon-Papa vit au milieu de ces créatures, dans un sous-terrain aménagé. Il a pris sous sa protection le jeune Arthur qui remonte régulièrement à la surface pour trouver de la nourriture. Mais une nuit, rien ne se passe comme prévu : il assiste à une chasse au fromage menée par le terrible Grapnard et ses Affiliés. Une chasse normalement interdite depuis le krach fromager... Pris au piège, le jeune Arthur parvient à s'échapper mais la bande de Grapnard lui dérobe la machine qui lui permet de voler et l'empêche de retourner dans l'En-dessous en scellant la bouche d'égoût. Arthur trouve alors refuge dans une ancienne animalerie où vit Willbury Chipott, un avocat à la retraite. Ce dernier décide d'aider ce dernier à récupérer ses ailes et à rejoindre Bon-Papa qui risque d'être rapidement à cours de vivre... Commence alors une aventure hors du commun...

 

Je ne sais par où commencer tant ce livre est extraordinaire! Tout, absolument tout m'a plu! A commencer par l'objet livre qui est un véritable petit bijou, car Alan Snow ne se contente pas d'écrire une histoire, il l'illustre également et il le fait bien! Chaque page est magnifiquement illustrée et nous permet de plonger dans l'univers farfelu de l'auteur et de se représenter les différentes créatures toutes plus loufoques les unes que les autres. Le tout avec un petit côté désuet qui n'est pas sans rappeler le XIX è siècle. Vous pouvez feuilleter les vingt premières pages ici, allez jeter un oeil, vous comprendrez mieux mon enthousiasme! Je vous conseille également de visiter le site du livre

 

Et l'histoire me direz-vous? Géniale! Les 541 pages peuvent effrayer au premier abord, notamment nos jeunes lecteurs qui se découragent assez vite, mais on ne voit pas le temps passer! D'abord, parce que les nombreuses illustrations prennent de la place mais surtout parce que l'histoire est génialissime! Alan Snow crée un univers fabuleux, l'univers "ratipontain" dans lequel on plonge dès les premières pages. La galerie de personnages est étonnante : vous croiserez ainsi dans ce livre une vache marine d'eau douce, des fromages sur pattes, des rats pirates devenus gérants d'une laverie automatique, des lapinelles ou encore un homme aux chaussettes de fer qui pourrait bien vous escrabugner au passage. Ajoutez à cela, Arthur, notre jeune héros qui n'est pas au bout de ses surprises, mais qui n'a pas froid aux yeux et vous obtenez un roman délicieux, drôle, hors du commun dans lequel vous plongerez pour quelques heures passionnantes et étonnantes. Le rythme est haletant, les rebondissements nombreux et le suspense bien présent. Bref, un énorme coup de coeur pour ce roman! A tel point que vous ne devriez pas tarder à lire ici mon billet sur le second tome qui se trouve d'ores et déjà sur ma PAL!

 

 

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 20:15

Le secret de la lavandière

 

C'est grâce à l'une de mes élèves que j'ai découvert cette série, et après avoir beaucoup apprécié le premier et le second tome, j'ai profité des vacances pour lire le troisième paru ce mois-ci. Je ne sais pas combien de tomes l'auteur a prévu d'écrire, mais une chose est certaine, je ne m'en lasse pas!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Marie-Anne se trouve à Saint-Germain. Madame Coste qui s'occupe de Marie-Anne est préoccupée. Le roi a voulu lever un nouvel impôt en Bretagne, ce qui a déclenché la révolte des Bonnets Rouges. Or, la famille de Madame Coste vit en Bretagne : son beau-frère est mort lors des émeutes, son neveu a été arrêté et va être envoyé aux galères. Elle propose donc à sa soeur de placer Rosine, sa nièce, au service de Mme de Montespan. Mais, Rosine devra cacher ses origines car les Bretons ne sont pas les bienvenus à la cour du roi. Marie-Anne, qui est dans la confidence se prend d'amitié pour la jeune fille et lui propose son aide : elle promet de tout mettre en oeuvre pour que Yann ne soit pas envoyé aux galères. Mais comment tenir une telle promesse?

 

Une nouvelle fois, j'ai été conquise par les aventures de Marie-Anne. Décidément, ce personnage me plaît beaucoup, elle n'a pas froid aux yeux! Elle n'hésite pas à tenir tête aux adultes, et à imposer ses idées. Mais elle fait preuve également d'une grande générosité. Cette nouvelle intrigue est vraiment passionnante, mêlant une fois encore fiction et événements historiques avec beaucoup de talent! On apprend de nombreux détails sur la vie à la cour, sur les habitudes du roi, on croise des personnalités telles que Lully... voilà un roman intelligent et bien écrit qui reste néanmoins accessible à nos jeunes lecteurs. Parallèlement, l'intrigue autour de Rosine suscite également beaucoup d'intérêt. J'ai trouvé ce personnage très attachant, j'ai apprécié le lien qui l'unit à sa tante et le soin que cette dernière met à l'aider alors qu'elle ne l'a pas vue depuis des années. Le suspense est ménagé, et on a qu'une envie : tourner les pages et avancer la lecture. Et bien entendu, l'implication de Marie-Anne et le rôle qu'elle joue dans cette intrigue est très juste. Une réussite!

 

Vivement le quatrième tome! En attendant, j'ai bien envie de découvrir la série des Colombes du Roi-Soleil!

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 17:34

Cela faisait un petit moment que les vampires n'avaient pas été mis à l'honneur en ces lieux... Mais comme il m'est difficile de leur résister, j'ai eu très envie de découvrir ce premier tome d'une nouvelle série parue dans l'une de mes collections jeunesses favorites : Black moon. Et en effet, encore une fois la couverture est trèès attrayante....

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Claire Danvers est une adolescente sérieuse. Elle entre à l'université avec près de deux ans d'avance. Mais ses parents refusent qu'elle ne s'éloigne trop de la maison familiale. Adieu les universités prestigieuses, la voici inscrite dans la petite fac de Morganville, une petite ville paumée du Texas. Mais du haut de ses seize ans, elle devient très vite le bouc émissaire des étudiantes du dortoir. L'une d'elle Monica la la prend violemment à partie et la fait tomber dans les escaliers après avoir jeté ses affaires dans le vide-ordure. Apeurée, désespérée, Claire décide de quitter l'internat et de trouver une colocation en ville. Bien entendu, elle n'envisage pas de prévenir ses parents qui verraient cela d'un très mauvais oeil. C'est grâce à une annonce qu'elle trouve une chambre dans une grande maison qu'elle partage avec Eve, Shane et Michael, trois jeunes gens qui la prennent sous leur aile et la mettent en garde contre les dangers de Morganville, dirigée par les vampires...

 

Voilà un premier tome extrêmement bien ficelé! Je l'ai dévoré... happée dès les premières pages par une intrigue originale, riche en suspense et en rebondissements. Le personnage de Claire est très intéressant : jeune et naïve, elle débarque dans une cité où les dangers sont nombreux, et où la mort guette à chaque coin de rue. Elle apprend peu à peu à connaître le fonctionnement de Morganville et voit le piège se refermer autour d'elle. Néanmoins, elle souhaite poursuivre ses études envers et contre tout, et décide même de prendre les choses en mains pour se sortir de ce mauvais pas. J'ai trouvé ce personnage vraiment crédible et attachant. Ses colocataires sont également des personnages bien construits : Eve, la gothique, Shane qui a perdu sa soeur dans un incendie causé par les vampires, et Michael, un musicien qui cache un bien étrange secret. Le suspense est maintenu du début à la fin du roman, et j'ai souvent tremblé avec Claire, impatiente de tourner les pages pour savoir comment elle allait pouvoir s'en sortir. Les rebondissements sont nombreux et ne laisse pas de répit au lecteur qui n'est jamais au bout de ses surprises, et cela jusqu'à la dernière page! 

 

Les vampires sont peu présents dans ce premier tome, mais leur menace est pesante. J'ai beaucoup aimé la manière dont ils sont revisités : ils cohabitent avec les humains à Morganville, ces derniers bénéficiant pour la plupart d'une protection. Les vampires se nourrissent du sang des étudiants, ils ont droit à un pourcentage de disparitions annuel afin de ne pas attirer l'attention. Les pages se tournent toutes seules, j'ai vraiment pris un grand plaisir à lire ce roman, et je ne doute pas de son succès auprès des adolescentes, parce que si Claire découvre l'existence de ces créatures dangereuses que sont les vampires, elle découvre aussi les premiers émois de l'amour...

 

Un excellent roman, probablement un des meilleurs de la veine bit-litt' que j'aie pu lire jusqu'à présent! Le plus difficile maintenant sera d'attendre le mois de février pour pouvoir lire le second tome!

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 20:49

Lorsque Blog-o-book a proposé un partenariat pour découvrir ce roman, je me suis laissée tenter, intriguée par le titre mais aussi par le résumé annonçant une lecture plutôt loufoque... Cela m'a permis également de découvrir les éditions Héloïse d'Ormesson que je remercie ainsi que BOB pour cette lecture!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Montréal, 25 décembre 1997, un petit garçon passe Noël avec ses parents pour la dernière fois. En effet, ceux-ci ont décidé de se séparer mais ils attendront le 4 janvier pour annoncer la nouvelle à leur fils. Ce dernier avait déjà compris... le monde s'effondre autour de lui, même si, face à ses parents, il tente de cacher ses émotions. Un peu plus tard, désemparé,il demande au ciel de l'aider. Dès le lendemain, une tempête de verglas paralyse le pays, mais son père quitte la maison pour rejoindre le chalet familial où il devra affronter le froid sans électricité.

Cette tempête que l'enfant est persuadé d'avoir déclenchée va modifier la vie des habitants du quartier. Julie est danseuse dans un club, elle multiplie les rencontres d'un soir sans jamais trouver l'amour. Lorsque son voisin Boris, un russe qui étudie la trajectoire des poissons, lui demande d'accueillir ses poissons, elle pense qu'il s'agit encore d'un séducteur... Mais non, ce dernier, ne cherche qu'à maintenir la température de son aquarium. Or, chez lui, il n'a plus d'électricité. En face, vivent Michel et Simon, deux homosexuels que tout le monde prend pour des frères. Ils accueillent à leur tour, Alexis, qui a des idées assez arrêtées sur l'homosexualité. Ces personnages qui vivaient côte à côte vont ainsi apprendre à se connaître...

 

Quelle belle histoire! Quel beau roman! Je l'ai dévoré d'une seule traite, passant par tout un panel d'émotions : de la tendresse au rire! Les personnages sont à la fois farfelus et touchant et j'ai aimé la manière dont le grand froid réchauffe leurs coeurs. La construction du roman est particulièrement intéressante. D'abord, d'un point de vue temporel, puisque l'on suit l'évolution de la tempête durant huit jours, avant de savoir ce que sont devenus les personnages neuf ans plus tard! Mais aussi concernant les choix narratifs. En effet, tantôt la parole est donnée au petit garçon, qui invoque le ciel régulièrement, et qui interprète l'évolution de la tempête en fonction de ses demandes... Il en est persuadé, c'est lui qui influence l'évolution de la tempête. J'ai aimé le regard qu'il porte sur la séparation de ses parents, j'ai aimé sa répartie, la manière dont il cache sa souffrance... Un petit garçon attachant! Parallèlement, lorsque les aventures des différents voisins sont évoquées, c'est un narrateur extérieur qui mène le récit. Les situations sont cocasses, drôles, et on a vraiment envie de tourner les pages très vite pour savoir comment vont évoluer les relations entre les personnages. Une vraie bouffée de bonheur, un regard optimiste sur l'humanité, qui montre que la solidarité et l'amour existent encore. Un roman qui donne le sourire, indéniablement, malgré la catastrophe climatique. Et les quelques expressions québecquoises ne gâchent rien! Un dépaysement total que ce livre que je vous conseille pour lutter contre la morosité automnale...

Repost 0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 12:23

Vous savez à quel point j'apprécie les éditions Sonatine, et leurs titres, tous plus excellents les uns que les autres... Aussi lorsque Blog-o-book a proposé il y a quelques semaines un partenariat pour découvrir ce nouveau titre de leur catalogue, j'ai sauté sur l'occasion. Je ne suis pas très en avance pour honorer ce partenariat et je m'en excuse auprès de BOB et de l'éditeur, mais j'ai préféré attendre d'être un peu plus disponible pour me plonger dans ce pavé, car je savais que sinon la lecture en serait frustrante... Et j'ai bien fait!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Joe est un attardé, ou du moins c'est ce qu'il prétend être. Il a réussi à se faire embaucher comme technicien de surface dans les locaux du commissariat, où tout le monde l'apprécie. Mais Joe le simplet est en vérité un monstre d'intelligence. Son job lui permet de suivre de près l'enquête qui le concerne. En effet, Joe n'est autre que le boucher de Christchurch, un sérial killer activement recherché... Mais lorsqu'il découvre qu'on lui attribue le meurtre d'une femme qu'il n'a pas tuée, Joe est contrarié et il décide de mener sa propre enquête pour retrouver celui qui tente de lui faire porter le chapeau. Sauf que traqué lui-même par une étrange femme, Joe n'est pas au bout de ses peines...

 

Encore une fois, les éditions Sonatine ont fait fort, très fort même et ce premier roman de Paul Cleave est tout simplement génial! Voilà un roman extraordinairement bien construit qui risque de vous bousculer! En effet, dans la majeure partie du roman, c'est Joe lui-même qui mène la narration et on ne peut s'empêcher de l'apprécier. Pourtant, c'est un tueur en série sans pitié, qui promène sans cesse une mallette remplie de couteaux bien tranchants... Seulement, voilà, Paul Cleave a su le rendre sympathique! Tout d'abord parce qu'il est cruellement intelligent, et que la manière dont il fait croire qu'il est débile est très drôle. Il mène le monde par le bout du nez et on trouve ça délicieux! Les relations qu'il entretient avec sa mère ainsi qu'avec Sally, sa collègue de travail, aussi peu intelligente que lui, sont particulièrement truculentes. Voilà un serial killer qui donne le sourire, tout en restant crédible!!  Mais on s'attache à lui également parce qu'il est lui-même traqué, qu'une femme qu'il était sur le point d'assassiner parvient à inverser les rôles et lui fait endurer les pires sévices. On devrait s'en réjouir, et pourtant non, j'avoue avoir éprouver de la pitié pour Joe, et avoir souffert avec lui. Il faut dire que Paul Cleave est particulièrement éfficace pour évoquer certaines scènes sanglantes et douloureuses... Je me suis donc sentie manipulée, obligée d'éprouver certains sentiments malsains, et j'ai adoré, forcément!

 

L'intrigue est originale, tous les clichés liés au serial killer sont bouleversés, les personnages sont étonnants, complexes et drôles. Pour une fois, je n'ai pas eu l'impression de lire du déjà vu. Et le lecteur n'est jamais au bout de ses surprises, les rebondissements sont multiples et l'ensemble est orchestré d'une main de maître! Un véritable coup de coeur pour ce thriller que je vous conseille de découvrir par vous-mêmes!

 

Et un grand merci aux éditions Sonatine ainsi qu'à BOB!

 

Repost 0