Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 10:04

Rien de tel qu'un excellent thriller pour bien commencer les vacances, et pour redonner vie à ce blog depuis trop longtemps endormi... Ce livre m'a été gentiment envoyé par Babelio et les éditions des Deux Terres que je remercie chaleureusement pour cette chouette découverte.

 

L'histoire :

 

Steven et Emma sont dans leur maison secondaire pour prendre un peu de bon temps avec leurs amis, le temps d'un weekend. Lorsque deux individus pénètrent dans la maison, Steven tente aussitôt de joindre la police, mais n'a le temps de prononcer que deux mots : "C'est...". Steven et Emma sont abattus froidement par deux tueurs à gages. Leur amie, Michelle, alertée, tente de tirer sur l'un des deux hommes, avant de prendre la fuite complètement paniquée, pour se réfugier dans la forêt environnante. Pendant ce temps, la police fait des recherches pour localiser l'appel et décide d'envoyer l'inspecteur Brynn McKenzie sur les lieux... Lorsque Brynn arrive sur les lieux, les meurtriers s'y trouvent toujours, cherchant à retrouver Michelle, devenue un témoin gênant, pour l'éliminer. Brynn devient alors à son tour, un témoin à supprimer... Une longue course-poursuite s'engage entre les deux jeunes femmes et les deux meurtriers prêts à tout...

 

http://media.paperblog.fr/i/506/5063872/jeffrey-deaver-instinct-survie-L-7YBsRf.png

 

Quel roman, amis lecteurs, quel roman!! J'ai été embarquée dans cette histoire dès les premières pages et je l'ai lu, le souffle presque coupé. Un suspense incroyable tient le lecteur en haleine et l'auteur a la merveilleuse idée, chaque fois, de nous induire en erreur, nous menant ainsi de rebondissements en rebondissements. Les jeunes femmes sont traquées dans un univers hostile, blessées et privées de tout moyen de communication avec l'extérieur. On ne peut s'empêcher de trembler pour elles, car même si Brynn est douée d'une intelligence hors du commun, les meurtriers sont plus malins qu'il n'y paraît, et surtout, ils font preuve d'une détermination sans pareil.

 

Ma seule déception? Les 100 dernières pages, dans lesquelles l'auteur propose un ultime retournement de situation, et non des moindres. Je n'y ai pas vraiment adhéré, et j'ai trouvé que ces 100 pages étaient en trop. Mais tout le début est tellement génial que cela n'a pas suffit à changer mon avis sur ce roman. L'auteur, que je ne connaissais pas, a déjà écrit de nombreux thrillers et je pense que je ne vais pas tarder à lire d'autres titres! CONVAINCUE!

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 20:24

J'ai repris un bon rythme de lecture, mais il me manque encore le temps de rédiger mes billets... Je privilégie donc la lecture, d'autant que j'ai pas mal de titres dans ma PAL qui me font très envie! Non Stop fait partie de ces titres qui ont à peine  le temps de passer par la case PAL. Aussitôt reçu, aussitôt lu!

 

http://www.zonelivre.fr/blog/wp-content/uploads/_livres/book_j_p/non_stop_frederic_mars.jpg

 

L'histoire :

 

A deux jours du douzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, à New York, on prépare avec beaucoup d'effervescence les commémorations. Le capitaine Sam Pollack s'apprête à prendre le métro lorsqu'une explosion terrible retentit à quelques mètres de lui. Il est encore tôt pour connaître les causes de cette explosion mais le mot "attentat" est bien présent dans toutes les têtes... Sam prend aussitôt les choses en main, mais la caméra de vidéo surveillance révèle des éléments étranges : l'explosion semble partir d'un homme. Un kamikaze? Puis, dans les heures qui suivent, on apprend que d'autres explosions ont lieu un peu partout sur le territoire américain. Des hommes explosent soudainement, en pleine rue, dans les aéroports, sans que l'on ne puisse expliquer pourquoi ni comment. Le rythme semble s'accélérer, les victimes s'entassent, et la panique ne tarde pas à s'emparer de la population... Qui sont ces bombes humaines? Des terroristes qui ont décidé de se faire sauter en même temps? Ou bien, pire, des victimes...?

 

Ce livre est une véritable bombe! ( Je vous l'accorde, elle était facile! ) Soyez prévenus, une fois commencé, il vous sera bien difficile de le lâcher avant d'en avoir terminer les quelques 650 pages! Il m'a tout de même fallu plusieurs jours pour en venir à bout, car je manquais de temps, mais chaque fois qu'il me fallait le poser, c'était une véritable frustration.

 

Il faut dire que j'étais assez curieuse de découvrir ce thriller, publié dans la collection Blackmoon destinée habituellement aux adolescentes plutôt fans de vampires et autres créatures fantastiques... J'étais, à vrai dire, plutôt sceptique, et je m'attendais à lire un genre nouveau de thriller à l'eau de rose. Eh bien pas du tout, c'est un vrai thriller que nous offre Frederic Marc, époustouflant, digne des plus grands!

 

Le rythme est effréné, le suspens bien présent, les enquêteurs sont bien croqués, et d'autant plus attachants que Sam est impliqué personnellement dans ces drames. Mais surtout, tout ceci est terriblement crédible, puisque tout part des attentats du 11 septembre, attentats que nous avons tous vécus, de plus ou moins loin, et qui laissent, je pense, dans l'esprit de chacun, les terribles images des deux tours s'effondrant. Qui ne se souvient pas de ce qu'il faisait lorsqu'il a appris l'incroyable nouvelle?

 

Ainsi, les événements narrés dans Non Stop, malgré leur démesure, sonnent terriblement justes. Parce qu'on sait maintenant jusqu'où peut nous mener le terrorisme.

 

A lire de toute urgence, vous ne serez pas déçus!

Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 18:05

La lecture du dimanche

 

Quoi de mieux après un bon thriller qu'un autre bon thriller? Je continue ma petite cure de crimes glauques... puisque c'est tout ce que j'ai envie de lire pour le moment! Et Stephie a accepté de me suivre pour cette nouvelle lecture... bouleversant un peu ses projets de lecture. Mais mon petit doigt me dit qu'elle ne l'a pas regretté...

 

L'histoire :

 

Le lieutenant Lucie Hennebelle passe une soirée tranquille chez elle lorsqu'un jeune homme de son immeuble vient sonner à sa porte. On vient de découvrir une femme non loin de chez elle, complètement paniquée et qui semble avoir été agressée. Lucie n'hésite pas une seconde, elle abandonne ses jumelles aux bons soins de son voisin, et fonce, tête baissée dans cette nouvelle enquête. La victime, prénommée Manon, a des traces de liens aux poignets ainsi qu'aux chevilles, et gravé à l'intérieur de sa main : "pr de retour". Les enquêteurs ne tardent pas à faire le lien avec le fameux professeur, un serial killer qui n'a jamais été arrêté et dont on n'a plus entendu parler depuis quatre ans. D'ailleurs, le cadavre d'une vieille femme ne tarde pas à être découvert, et il n'y a aucun doute : ce sont bien les méthodes du professeur... et Manon a sans doute été enlevée par ce dernier avant de parvenir, par miracle, à s'échapper. Lucie pense donc détenir un témoin essentiel, mais elle découvre avec stupeur que Manon a perdu la mémoire quelques années plus tôt, et qu'au bout de quelques minutes, elle oublie systématiquement l'ensemble de ses souvenirs... L'enquête s'annonce donc difficile!

 

Quel livre, mes amis, quel livre! Encore une franche réussite que cette lecture, Franck Thilliez ne manque décidément pas de talent! J'ai adoré retrouver le personnage de Lucie Hennebelle dont on avait fait la connaissance dans La chambre des morts. Cette enquêtrice torturée par un terrible secret que l'on découvre peu à peu tout au long du roman. Cette enquêtrice passionnée par son travail, souvent au détriment de sa vie de famille, de ses deux fillettes... Cette enquêtrice qui n'hésite pas à transgresser les règles imposées par ses supérieurs et à mettre sa vie en danger pour aller au bout. L'auteur a su construire un personnage extraordinaire, une femme épatante, touchante, terriblement humaine et proche de nous.

 

L'enquête est une nouvelle fois d'une efficacité implacable. La perte de mémoire est quelque chose de troublant et de terrifiant et si elle complique les choses, Lucie a bien compris que Manon détenait sans doute des informations essentielles. Manon, malgré son handicap, veut comprendre et retrouver ce professeur qui hante sa vie depuis des années. La relation qui s'installe entre les deux femmes m' a beaucoup plu : Lucie a promis à Manon qu'elle l'aiderait et elle est une femme de parole, même si cela doit l'entraîner dans des situations périlleuses. En effet, on a affaire une fois encore à un tueur terriblement complexe et sadique, qui s'amuse avec ses victimes, comme avec les enquêteurs. Suspense, scènes glauques, rebondissements, on ne s'ennuie pas une seconde avec ce roman... et l'on va de surprises en surprises avec des personnages aux multiples facettes.

 

Bref, une nouvelle réussite... Un roman que j'ai dévoré en quelques heures avec un grand plaisir! J'ai d'ailleurs aussitôt commandé le suivant, dont je ne tarderai pas à vous parler!

En attendant, allons voir ce que Stéphie en a pensé...

Repost 0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 09:58

La lecture du dimanche

 

Après quelques semaines de repos, la lecture du dimanche reprend du service, et pas avec n'importe quel titre! Nous avions adoré L'âme du mal, nous nous sommes passionnées pour In tenebris, il nous fallait donc lire au plus vite le troisième opus de cette sombre trilogie, malgré ses 600 et quelques pages...

 

L'histoire :

 

Joshua Brolin a quitté la police, on le sait, pour devenir détective privé. Mais lorsque le frère de l'un de ses anciens collègues est retrouvé mort dans une clairière le visage déformé par la peur, il ne peut s'empêcher de venir lui prêter main forte. L'homme semble avoir été piqué par une araignée au venin mortelle. Une cause "naturelle" donc, mais ce qui pose problème est la quantité de venin... comme si une araignée géante était en cause. Et puis bientôt c'est le cadavre d'une femme qui est retrouvé, avec la même expression de terreur sur le visage. Mais cette fois, il s'agit bien d'un meurtre : le corps a été entouré d'un cocon en soie d'araignée et a été soigneusement déposé dans un arbre. Un tueur en série d'un nouveau genre sévirait-il à Portland? Les morsures d'araignée se multiplient un peu partout en ville, et la psychose risque de s'emparer des habitants. Brolin, qui avait repris contact avec Annabel décide d'annuler son voyage à New-York. C'est donc cette dernière qui lui fait la surprise de lui rendre visite, l'épaulant ainsi dans cette nouvelle affaire.

 

Jamais deux sans trois... l'adage se confirme une nouvelle fois! Troisième Chattam que je lis cette année, et troisième coup de coeur! Enfin, le mot est faible... car j'ai une nouvelle fois été complètement transportée par l'écriture de Maxime Chattam. L'intrigue est prenante, terrifiante, troublante... et j'aime la manière dont l'auteur flirte avec l'impossible avant de nous donner les clés pour comprendre. Des clés finalement toujours réalistes. Le thème des araignée m'a d'ailleurs particulièrement fait flipper puisque je suis de ceux qui détestent ces petites - ou moins petites - bestioles. Je me suis sentie plusieurs fois mal à l'aise en imaginant ces arachnides en train de se déplacer sur leurs futures victimes! Une intrigue glauquissime et flippante, comme je les aime!

 

Et puis, je l'avais déjà souligné dans mon précédent article, c'est aussi et surtout les personnages de Joshua et Annabel qui font la force de ces romans. Torturés par leur passé, profondément seuls et solitaires, ils trouvent chez l'autre le reflet de leur propre souffrance, ils se comprennent, se complètent, et forment un duo de choc. Pas de relation amoureuse passionnée, pas de sexe entre deux interrogatoires, mais une symbiose extraordinaire qui me laisse chaque fois pantoise!

 

Ma seule déception ? Avoir dû quitter les personnages, puisque c'est ici que nos chemins se séparent. Mais je fais confiance à Chattam : je suis persuadée d'en rencontrer bientôt d'autres tout aussi géniaux dans ses autres romans!

 

Je vous invite à aller lire l'avis de Stephie.

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 09:03

La lecture du dimanche

 

Non, non, vous ne rêvez pas, cette semaine, je suis à l'heure pour la lecture du dimanche! Encore une semaine ou deux un peu au ralenti et je devrais reprendre mon rythme de croisière! Ouf... Cette semaine, donc, nous avions choisi de lire le second volet de la trilogie du mal, suite à la merveilleuse découverte qu'avait été le premier opus lors du rendez-vous auteur de mai. Un choix audacieux puisqu'il fait environ 600 pages mais néanmoins judicieux!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

C'est un bien sombre tableau auquel assiste des habitants de Brooklyn : une femme complètement nue, affolée, paniquée, terrifiée fuit sans prendre garde à la circulation. Sa folie ne fait aucun doute... serait-elle échappée d'un asile? Elle trouve refuge dans un parc où elle sera prise en charge par un gardien puis par la police. On comprend alors la raison d'une telle folie : elle a le crâne entièrement scalpée, et tient dans ses mains des cheveux encore attachés sur de la peau. Cette femme vient d'échapper à son bourreau... C'est la détective Annabel O'Donnel et son équipier Jack Thayer qui sont chargés de l'enquête. Très vite, les enquêteurs sont sur une piste grâce à un médicament retrouvé dans le sang de la jeune femme, un médicament très peu prescrit qui leur permet de remonter jusqu'au monstre qui a laissé une femme dans cet état. Mais dans l'antre du monstre, les enquêteurs découvrent des photos, nombreuses, trop nombreuses pour être le fait d'un seul assassin : 67 visages d'hommes, femmes et enfants totalement terrifiés... Commence alors une longue descente aux Enfers dans laquelle Annabel va obtenir le soutien de Joshua Brolin. Ce dernier a quitté la police de Portland pour devenir détective privé et a été engagé par les parents de l'une des jeunes filles qui apparaît sur les photos...

 

J'avais adoré L'âme du mal, celui-ci est encore meilleur! J'ai eu très peu de temps pour lire tout au long de la semaine, et quand, hier, j'ai enfin pu m'y plonger sérieusement, j'ai dévoré dans la journée près de 450 pages d'une seule traite!

 

Soyons clair : ce roman n'a que des qualités! Son intrigue tout d'abord, glauquissime, à faire pâlir d'horreur... tant par le nombre important de victimes découvertes que par les raisons qui expliquent une telle ampleur... Ces raisons, on les découvre peu à peu bien évidemment, et on tombe chaque fois un peu plus bas dans les profondeurs de l'âme humaine. Les détails sont saisissants de réalisme, les tortures, à la fois physiques et mentales font froid dans le dos. Un régal ( et je pèse mes mots... ) pour les amateurs, comme moi, de ce genre de thriller extrême!

 

Deuxième point fort : la construction du roman. Le suspense est épouvantable, chaque chapitre se termine de telle sorte qu'on ne peut s'empêcher d'aller lire le suivant... Et cela fonctionne d'autant mieux que plusieurs points de vue s'enchaînent : Annabel qui mène son enquête, Brolin qui mène la sienne dans l'ombre, quelques-unes des victimes qui sont enfermées dans un étrange endroit, et même, à de rares moments l'un des tueurs. Mais le suspense est présent aussi à l'intérieur même des chapitres... Je n'ai pas pu m'empêcher à certains moments d'aller jeter un oeil sur la page suivante pour savoir ce qui allait se passer, tant le suspense était insoutenable. C'est bien la première fois que je ressens cela!

 

Enfin, dernier point fort selon moi, et non des moindres : les personnages! J'ai adoré retrouver Joshua Brolin qui était l'enquêteur principal dans L'âme du mal.  Il a quitté la police suite aux événements terribles qui terminent ce premier opus, et est devenu détective privé spécialisé dans les disparitions. Ce personnage est absolument extraordinaire : à la fois fragile et fort, il n'a peur de rien ( il n'a de toute façon plus rien à perdre ), et résout les énigmes d'une main de maître. Il a toujours une longueur d'avance sur les enquêteurs, comprend les choses très vite, car il n'a pas perdu ses facultés de profiler. Le duo qu'il mène avec Annabel est donc terriblement efficace, cette dernière ayant elle-aussi tout pour plaire. J'ai beaucoup aimé la manière dont évolue leur relation. Il eût été si facile de leur faire vivre une idylle... Chattam s'en abstient, et c'est très bien ainsi, ils n'en sont que plus touchants!

 

Bref, une belle et grande réussite que ce roman qui confirme ma première impression : Chattam est l'un de ces grands maîtres du thriller, de ceux qui ont une maîtrise parfaite du genre! Attendez-vous à le retrouver très rapidement sur ce blog, pour le troisième opus... Stéphie sera sans doute partante pour une prochaine lecture du dimanche, la lecture de son billet devrait nous le confirmer!

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:13

Il y a bien longtemps que je voulais découvrir cet auteur dont on m'a toujours dit le plus grand bien et qui a la réputation d'écrire des thrillers qui vous glacent le sang. De quoi satisfaire mon goût pour le glauque! Il était donc temps que je lui consacre un rendez-vous auteur afin de me plonger enfin dans sa noirceur...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Celui qu'on a surnommé le bourreau de Portland a laissé de nombreuses victimes derrière lui : des femmes violemment mutilées : tuées à coups de couteau avant d'avoir le front brûlé à l'acide et les avant-bras amputés. Des membres qui n'ont jamais été retrouvés et que le tueur semblait emporter comme un trophée. Mais tout ceci est bel et bien terminé. Le profileur Brolin a lui-même mis fin à cette horreur en tuant le serial killer d'une balle dans la tête. Il a vu sa cervelle se répandre sur le sol.... aussi lorsqu'un an plus tard, une nouvelle victime est découverte, selon le même mode opératoire, Brolin est perplexe. Certains détails n'ont jamais été révélés. Seuls les enquêteurs ou quelqu'un a qui se serait confié le bourreau - ce qui semble peu probable -  peuvent en avoir eu connaissance. S'agit-il d'un copycat? Ou le fantôme du bourreau de Portland? L'âme du mal peut-elle revenir d'entre les morts? C'est une enquête éprouvante qui s'annonce pour Brolin et ses acolytes : comment expliquer l'inexplicable?

 

N'y allons pas par quatre chemins : j'ai adoré! La construction tout d'abord, qui m'a beaucoup surprise! Dès les premières pages, on est plongés dans l'horreur, mais l'affaire se résout en moins de 70 pages avec la mort du criminel. Je me suis alors demandée comment l'auteur allait bien pouvoir rebondir là-dessus. Et j'avais donc hâte de lire la suite! Une suite que j'ai lu en retenant mon souffle tant le suspense est intense, tant les crimes sont horribles et tant les actions s'enchaînent à un rythme effréné. On flirte parfois avec le fantastique, ce qui donne une dimension encore plus inquiétante à ce roman. On se prend vraiment à douter. Et si les nouveaux crimes étaient l'oeuvre d'un fantôme? D'autant que de nombreux indices vont dans ce sens...

 

J'ai également beaucoup aimé les personnages, à commencer par Brolin, dont le métier a quelque chose de fascinant. Observer et se mettre dans la peau du tueur pour tenter de le cerner, d'établir son profil : chaque détail est analysé finement et on sent que l'auteur s'est beaucoup renseigné sur le sujet avant d'écrire ce roman. De même qu'il s'est sans doute beaucoup documenté sur les méthodes d'investigation et sur les autopsies, ces dernières faisant froid dans le dos, tant elles semblent réalistes. Le personnage de Juliette m'a également beaucoup plu. Je me suis vraiment attachée à elle et à son terrible parcours de victime... Je ne peux trop vous en révéler sur ce personnage sans vous gâcher une partie du plaisir de la lecture, mais j'ai trouvé que sa présence apportait vraiment une autre dimension au roman.

 

Pour finir, un mot de la fin... que j'avais plus ou moins devinée en fait. Pas vraiment de surprise concernant l'identité du tueur donc, mais néanmoins un grand plaisir à délier les fils de l'intrigue... Une fin terrible, cruelle mais on n'en attend pas moins d'un thriller...

 

Un grand moment de lecture, vous l'aurez compris! A peine refermé ce roman, je me suis précipitée pour acheter la suite, dans laquelle on retrouve Brolin... A suivre très bientôt sans aucun doute!

 

LOGO chattam

Repost 0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 10:16

Vous le savez, dès qu'il est question de vampires, je suis faible. Je le suis également en matière de polars... Alors quand il s'agit d'un polar dans lequel évoluent des vampires, je ne réponds plus de moi... D'ailleurs, ce roman n'est pas resté très longtemps sur ma PAL et a allègrement doublé ses petits compagnons...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Barry Donovan est flic à New York. Depuis les attentats du 11 septembre, ce n'est plus le même homme. Il y a trop perdu, et depuis, en dehors de son travail, il vit enfermé chez lui, coupé du monde. Il tente de reprendre pied en liant des amitiés virtuelles sur le net. Une sorte de thérapie qui semble porter ses fruits, puisque Barry pense avoir trouvé un ami en la personne de Werner. Ce dernier n'est pas comme les autres, il s'exprime avec distinction, et semble vraiment le comprendre. Barry est en confiance lorsqu'il discute avec Werner. A tel point qu'il lui révèle certaines choses sur son enquête en cours. Des hommes sont retrouvés abattus froidement d'une balle dans la nuque, à genoux, les mains liées derrière le dos. Cela ressemble fort à un réglement de compte mais rien ne semble relier les victimes. S'agirait-il d'un tueur en série? Werner qui vit reclus depuis de nombreuses années décide de venir en aide à Barry et lui propose de briser la barrière virtuelle. Mais ce que Barry ignore, c'est qu'il est sur le point d'accepter de rencontrer un vampire...

 

 J'ai découvert en fouillant un peu sur le net que ce roman était en fait une réédition suite au succès du Projet Bleiberg. Je ne peux que m'en réjouir, car je n'aurais, sans cela, sans doute jamais lu ce roman... qui est une vraie petite merveille.

 

Deux voix narratives se font écho. Un premier récit mené à la troisième personne nous permet de suivre Barry dans son enquête. Un second récit, mené à la première personne par Werner lui-même permet de donner un autre éclairage sur l'histoire. On sait dès les premières pages qu'il s'agit d'un vampire, et on a donc une longueur d'avance sur Barry. Les deux récits s'alternent, d'abord chapitre par chapitre, pour se rapprocher de plus en plus. Cela donne un rythme particulier au roman que l'on ne sait plus lâcher!

 

On découvre peu à peu l'histoire de chacun des deux personnages, lorsqu'ils se confient l'un à l'autre. Et j'ai été très touchée par leurs destins respectifs, de même que par leur amitié malgré leurs différences. Werner est un vampire sympathique, même si, comme tout bon vampire qui se respecte, il laisse quelques cadavres derrière lui. Les Vestiges de l'aube est un roman à la fois touchant et haletant. En effet, l'enquête policière n'est pas en reste : actions, meurtres sanglants, suspense, tous les ingrédients d'un bon polar sont réunis ici.

 

Bref, un vrai coup de coeur pour ce roman différent de tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent sur les vampires! J'ai maintenant très envie de lire Le Projet Bleiberg qui a déjà beaucoup fait parler de lui!

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 08:10

La fin de notre semaine anniversaire approche et nous avons choisi ce titre pour l'avant-dernière lecture de la semaine. Je m'étais précipitée en librairie lorsqu'il était sorti, dévorée par l'envie de lire ce troisième Zafon traduit en français, et ma PAL immense a encore eu raison de moi... Tous les livres qui se trouvent dans ma PAL me font horriblement envie, mais je ne peux malheureusement pas tous les lire en même temps... Pour Marina, c'est réparé!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Oscar a tout juste quinze ans, il est pensionnaire dans un internat de Barcelone. Chaque soir, après l'étude et avant le repas, il part pour une petite escapade dans des quartiers abandonnés non loin de là. Un soir, il pénètre dans l'une des demeures, attiré par une étrange musique. Découvert, il prend la fuite emportant involontairement la montre qu'il tenait dans les mains. La semaine suivante, il se décide enfin à aller rendre la montre, et fait la connaissance de Marina, qui vit seule avec son père depuis la mort de sa mère.  Très vite, les deux jeunes gens deviennent amis, et Marina entraîne Oscar dans un vieux cimetière. Elle a remarqué qu'une femme vient se recueillir sur cette tombe une fois par mois, une femme dont on ne voit jamais le visage. Le plus étrange, c'est qu'il n'y a aucun nom gravé dans le marbre, juste un étrange papillon noir... Intrigués, les jeunes gens décident de jouer les aventuriers et de suivre la femme. Ils se retrouvent dans une étrange serre, où ils découvrent un vieil album photo contenant des photos très étranges elles aussi. Embarqués malgré eux dans une histoire vieille de plusieurs décennies, ils n'ont maintenant d'autre choix que d'aller au bout de leur enquête.

 

J'avais aimé L'ombre du vent, j'avais adoré Le jeu de l'ange, je me suis donc plongée dans Marina absolument certaine de me régaler, et je ne me suis pas trompée. Cet auteur parvient à créer une atmosphère absolument envoûtante, inquiétante. Le lecteur se sent presque imprégné et a l'impression de déambuler aux côtés des personnages dans les rues de Barcelone. Des personnages eux aussi dépeints à merveille. J'ai beaucoup aimé le personnage de Marina, et la manière dont elle évolue, rejetant parfois le pauvre Oscar, sans qu'on ne sache vraiment pourquoi ( avant de le découvrir à la fin ). J'ai aimé la relation particulière qu'elle entretient avec German, son père, tous deux marqués par la perte de sa mère.

 

Et puis, il y a cette intrigue autour de cette tombe anonyme et la manière dont le voile se lève peu à peu est particulièrement réussie. Les jeunes gens vont rencontrer plusieurs personnes qui leur font chaque fois un récit de ce qu'ils savent, de ce qu'ils ont vu, de ce dont ils se souviennent. Le lecteur peut ainsi reconstruire l'histoire de Kolvenik, cet homme autour de qui tourne tout le mystère. J'ai été particulièrement touchée par cette histoire qui touche à des thèmes fascinants tel que la vie éternelle et la possibilité de lutter contre l'ordre des choses.

 

Bref, une belle histoire comme Zafon sait les faire. Mystérieuse, fascinante, envoûtante... à lire de toute urgence si ce n'est déjà fait!

Allons voir ce qu'en a pensé Stéphie!

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 06:30

J'ai découvert Sire Cédric il y a tout juste un an avec L'enfant des cimetières, grâce à un partenariat. Sans cela, je ne me serais sans doute jamais intéressée à cet auteur et je serais passée à côté de quelque chose, croyez-moi! Après cette première lecture, je m'étais promis de le relire. Et suite à cette seconde lecture, je me fais la promesse de tous les lire!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Malko Swann est un musicien à succès qui brûle la vie par les deux bouts. Entourée de groupies, il accumule les aventures et abandonne sur son chemin de nombreux coeurs brisés. Un soir, après un concert, Malko prend la route au volant de son Aston Martin. Son meilleur ami Jack a bien tenté de le dissuader. En vain : Malko est complètement défoncé et fonce à vive allure à travers un petit village lorsqu'il perd le contrôle sur le pont du Diable. S'ensuit une chute de plus de trente mètres et un miracle : Malko n'a rien. Ou presque. Quelques égratignures bien sûr, mais surtout un traumatisme terrible pour ce musicien : il n'entend plus la musique. Il souffre de ce que les spécialistes appellent une amusie. Et comme un drame ne vient jamais seul, un mystérieux tueur est à ses trousses. Un tueur qui s'en prend aux femmes avec qui Malko a couché et qui tente de lui faire porter le chapeau. Un tueur qui l'espionne, le harcèle, le poursuit, tel une ombre maléfique. Un tueur bien décidé à jouer un jeu sanglant...

 

J'avais aimé L'enfant des cimetières, j'ai adoré le Jeu de l'ombre! Quelle claque, mes amis! Quelle claque. Voilà encore 500 pages dévorées en moins de 24h... Soyez prévenus, il vous sera impossible de lâcher ce livre une fois commencé. Et pourtant, je ne suis pas spécialement fan du genre fantastique... mais Sire Cédric parvient à distiller ces éléments sans qu'ils ne prennent totalement le dessus. C'est savamment dosé, on flirte avec le fantastique, on l'approche, on le frôle et cela rend le roman d'autant plus inquiétant.

 

L'intrigue est extrêmement bien ficelée, je n'ai rien vu venir et le retournement de situation, une centaine de pages avant la fin, est d'une efficacité incroyable. Dès lors, j'ai dévoré la fin avec encore plus d'avidité - à supposer que cela soit possible. Le lecteur est entraîné dans un véritable tourbillon de folie sanguinaire. Les meurtres sont glauques et raviront les amateurs du genre comme moi. Et cette machination autour de Malko, ce piège qui se referme peu à peu sur lui, à tel point que le lecteur lui-même en vient à douter, quel délice!

 

Sans oublier l'enquête policière, car c'est ce qui fait la force des romans de Sire Cédric, ce sont avant tout des thrillers avec une enquête en apparence "normale". J'ai beaucoup aimé le personnage de Vauvert, un enquêteur un peu bourru mais vraiment attachant. Ses méthodes sont parfois un peu brutales mais c'est aussi pôur cela qu'on l'apprécie.

 

Inutile de vous en dire plus, vous l'aurez compris, ce livre est un vrai coup de coeur! Et si vous n'êtes pas convaincus par mon billet, allez lire celui de Stéphie, mon petit doigt me dit qu'il achèvera de vous convaincre! Quant à moi, je n'attendrai pas un an avant de lire mon prochain Sire Cédric...

 

Retrouvez l'auteur sur sa page officielle facebook.

Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 12:10

La lecture du dimanche

 

L'aventure Zola continue avec, ce mois-ci déjà le quatrième opus des Rougon-Macquart. Une aventure, qui je pense n'est pas prête de s'arrêter, puisque c'est toujours avec autant de plaisir que je me suis plongée dans cette lecture, en compagnie de Stéphie.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire:

 

Après deux volumes se déroulant à Paris ( La curée et Le ventre de Paris ), nous voilà de retour à Plassans qui conserve des séquelles du 2 décembre ( La fortune des Rougon ) et qui voit ses habitants en désaccord. Chez les Mouret, on ne songe guère à s'occuper de politique. Marthe a beau être la fille de Félicité, elle reste à l'écart des manipulations politiques de cette dernière pour élever tranquillement ses trois enfants : Désirée -une adolescente un peu simplette-, Octave et Serge. Elle ne se préoccupe d'ailleurs pas davantage de religion, et fait partie des rares habitantes de Plassans à ne jamais se rendre à l'église. Aussi voit-elle d'un mauvais oeil l'annonce que lui fait son époux un soir : il a loué le deuxième étage de leur maison à l'abbé Faujas qui arrive de Besançon. Ce dernier s'installe avec sa mère dans le plus grand dénuement. Ils sont si discrets que les Mouret ne les croise jamais. Pourtant, peu à peu ces locataires vont modifier la vie de leurs propriétaires, notamment parce qu'on raconte en ville les pires horreurs sur cet abbé qui serait arrivé à Plassans par punition. Mouret commence donc à l'espionner... mais il est loin d'imaginer jusqu'où l'arrivée de Faujas va bouleverser sa tranquille vie de famille...

 

Que dire sans répéter une nouvelle fois que c'est un plaisir immense de retrouver la plume de Zola? La conquête de Plassans est sans doute le roman le plus facile à lire des quatre dont je vous ai parlé jusqu'à présent. Ici, contrairement aux trois premiers volumes, les chapitres sont courts et permettent de dynamiser la lecture. Je n'aime pas vraiment devoir m'arrêter au milieu d'un chapitre, mais lorsqu'ils font plus de cinquante pages, il est parfois difficile de faire autrement. Ici, les pauses sont plus nombreuses, ce qui facilité vraiment la lecture.

 

Concernant l'intrigue, j'ai apprécié de retrouver certains personnages rencontrés dans le premier tome et de pouvoir faire le lien avec ceux qui sont au centre de l'histoire : les Mouret. Et quelle histoire! Zola décortique une nouvelle fois à merveille les rapports humains, et notamment la faculté qu'ont certains à manipuler sournoisement leur entourage. L'hypocrisie est au centre de la Conquête de Plassans, qu'elle soit religieuse ou non. Mais elle est sans doute encore plus choquante, et de fait savoureuse, lorsqu'elle l'est! En effet, la lutte pour le pouvoir ne s'arrête pas à la mairie, on complote aussi à l'évêché.. Les grenouilles de bénitiers n'ont qu'à bien se tenir! L'évolution des personnages se fait lentement, mais on la sent venir dès les premiers chapitres, et la manière dont le couple Mouret se déchire peu à peu fait véritablement froid dans le dos. De l'amour à la haine ( et inversement de la haine à l'amour ), il n'y a qu'un pas et il nous faut aussi enjamber la folie. L'ombre de tante Dide, désormais internée, plane toujours au-dessus de sa descendance...

 

Bref, une quatrième lecture réussie, peut-être même ma préférée jusqu'à présent! Allons voir ce qu'en a pensé Stéphie!

Repost 0