Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 06:01

Je n'ai pas encore eu l'occasion de vous l'annoncer ici, mais j'ai été sélectionnée par Babelio et les éditions du Seuil pour faire partie du jury Seuil Policier. C'est un immense honneur pour moi mais aussi une grande joie puisque c'est un genre que j'apprécie beaucoup! Je vous propose donc aujourd'hui le premier titre lu dans ce cadre...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Henry Thompson, plus généralement appelé Hank a réussi le coup du siècle : dérober 4 millions de dollars à la mafia russe de New York. Il a bien évidemment laissé quelques cadavres derrière lui... Tout ceci fait de lui un homme recherché, par les autorités d'une part, mais surtout par la mafia, prête à tout pour récupérer son argent. Hank a fui les Etats-Unis et s'est réfugié sur une plage dans l'Etat du Yucatan au Mexique.  Il partage son temps entre son bungalow, la plage et le bar de la plage tenu par Pedro, devenu son ami. Le paradis. Ou presque, car l'arrivée d'un touriste au fort accent russe vient bouleverser sa tranquilité. Hank doit quitter le Mexique au plus vite... Il décide alors d'envoyer l'argent par colis à son ami Tim à Las Vegas et de le récupérer ensuite de l'autre côté de la frontière qu'il aura traversée sous une fausse identité. Mais l'argent, surtout lorsqu'il s'agit d'une somme aussi colossale, attire les gens les plus mal intentionnés, et même votre meilleur ami pourrait avoir l'idée de partir avec le magot que vous lui avez confié... C'est alors une véritable course contre la montre qui s'engage, d'autant que la mafia menace les parents de Hank...

 

Signalons tout d'abord qu'il s'agit du second volume d'une trilogie... J'aurais aimé me procurer le premier volet et le lire avant celui-ci, mais, malheureusement, comme il s'agissait de la première lecture, le délai était trop court. Néanmoins, mes appréhensions se sont rapidement envolées puisque ce roman peut se lire indépendamment sans aucun problème... Ma méconnaissance du premier n'a donc pas constitué un frein à cette lecture.

 

Cette première lecture est assez originale. Ce n'est pas vraiment le genre de policiers que je lis habituellement. Ici, pas d'enquête, ni de commissaires, mais le récit d'une cavale. Celle d'un truand qui a assassiné et volé une somme hallucinante. Et dans l'ensemble, j'ai été conquise par le récit de cette fuite. Le rythme est soutenu, les rebondissements sont nombreux et les personnages apparaissent, disparaissent et réapparaissent là ou ne les attend pas. Forcément, chacun veut sa part du magot ( la mafia, bien sûr, mais aussi ceux qui ont aidé Hank à traverser la frontière ou encore l'ami à qui il a envoyé le colis et qui a mystérieusement disparu... ) et aucun ne renonce. La narration est menée à la première personne par Hank, et c'est un personnage sympathique qui trouve grâce aux yeux du lecteur. Certes, il a semé et sème encore quelques cadavres sur son chemin mais on se prend à souhaiter qu'il s'en sorte. Pourquoi? Peut-être parce que sa priorité reste avant tout de sauver ses parents... Mais aussi parce qu'au fond, ce n'est pas un vrai méchant, il ne tue que lorsqu'il y est contraint et éprouve des remords. Il s'est d'ailleurs tatoué un signe sur le bras pour chaque homme qu'il a tué...

 

J'ai donc vraiment passé un excellent moment avec ce récit. Pourtant, quelques détails m'ont tout de même agacée... Certes, ce ne sont que des détails, mais cela peut faire la différence... D'abord, Hank est passionné par le sport... Base-ball, football américain. D'ailleurs, le roman se divise en trois parties rythmées par le nombre de matches restants avant la fin de la saison régulière... On a donc parfois quelques pages narrant un match ou quelques réflexions sportives. Ces passages m'ont véritablement ennuyée... Monsieur Huston, pensez que les dames vous lisent aussi, et par pitié épargnez leur ce genre de détails... Bon, j'exagère, car ces passages ne sont pas si nombreux, mais j'ai eu très peur en commençant le roman...

 

Certains tics de langage m'ont également énervée... La répétition des "mec" à tout bout de champ... et plus il y a de "e", mieux c'est... "eh meeeeeeeeeeeeeeeeec!" Alors je sais bien que nous avons affaire à des truands, mais quand même, j'ose espérer que leur langage pour s'interpeller ne s'arrête pas à ce seul mot... Et surtout, ce qui m'a le plus énervée parce que ma lecture en a été véritablement gênée, ce sont les phrases inachevées. Certes, les personnages se coupent souvent la parole, cela se comprend, ils sont tous très énervés... Mais dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser des points de suspension? La syntaxe souffre vraiment, et je pense qu'on peut écrire un bon polar tout en respectant la langue française... Jugez par vous-même:

 

- Ben, c'est comme tu veux chéri, mais je ne crois pas qu'il.

- Pas de problème, je tiens vraiment à lui parler, mais si on ne peut pas plus tard alors.

- Non, je. A quelle heure? Je peux toujours essayer de.

- Disons, je ne sais pas, un peu après six heures, quelque chose comme ça.

- D'accord, je vais être obligée.

- Hé, c'est quoi ton adresse, au fait?

- Euh, je.

 

Je ne sais pas si l'auteur a voulu créer un effet de style, mais pour le coup, avouez que c'est plutôt raté...

 

Un bilan mitigé pour cette première lecture donc... Le récit est haletant, passionnant, on a du mal à le lâcher. Cependant, le style laisse parfois à désirer...

 

 

Image hébergée par servimg.com

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 06:18

Lorsque j'ai reçu un mail d'une certaine Sarah Fincher me demandant de l'aider à résoudre un mystère, j'avoue que j'ai été assez intriguée, me demandant s'il ne s'agissait pas d'une mauvaise plaisanterie. Après quelques recherches, j'ai compris qu'elle était l'un des personnages d'une série jeunesse à paraître. J'ai donc choisi de lui faire confiance et lui ai confié mes coordonnées afin qu'elle m'envoie des indices. Une lettre d'abord, puis le journal intime de Ryan, son meilleur ami...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Ryan et sa meilleure amie Sarah ont décidé de jouer aux explorateurs, et sont entrés dans la drague, une immense machine au milieu des bois qui servait autrefois à extraire l'or du sol. Sarah qui ne quitte jamais sa caméra a filmé leur aventure qui a mal tourné. Ryan a fait une chute terrible et s'est brisé une jambe. Après deux semaines passées à l'hôpital, les parents du jeune homme sont formels : il ne devra plus revoir Sarah. Les parents de la jeune fille sont d'ailleurs du même avis. Mais Ryan et Sarah ne l'entendent pas de cette oreille et communiquent secrètement par internet. D'autant que Sarah a découvert quelque chose sur le film... Alors qu'elle avait posé sa caméra sur le sol pour venir en aide à son ami, une forme étrange, un fantôme sans aucun doute, est passée devant la caméra... Récoltant des indices, les deux jeunes gens tentent de comprendre quel est le secret que renferme la drague, surtout que tout le monde tente de les en éloigner... Ryan consigne leurs trouvailles dans son journal, ainsi que leurs échanges de mail qu'il imprime et colle dans son journal avant de les effacer pour supprimer toute trace de leur correspondance...

 

J'ai été véritablement conquise par le concept proposé par Patrick Carman. Le lecteur lit le journal intime de Ryan, ainsi que la correspondance des deux amis, mais il a également accès grâce à des mots de passe aux vidéos que la jeune fille dépose sur son site à l'attention de Ryan. Et les vidéos servent véritablement l'intrigue. Le livre, quant à lui, est vraiment très soigné, et on a vraiment l'impression de lire un journal intime. La couverture est cartonnée, l'intérieur se présente comme un carnet avec des lignes, et la police imite une écriture manuscrite. Un vrai bonheur pour les yeux et une véritable invitation à la lecture!

 

Et l'intrigue n'est pas en reste! Une fois ouvert ce journal, vous ne le refermerez qu'une fois terminé! Les personnages sont attachants et le lecteur devient le complice d'échanges que leurs parents leur ont formellement interdits. Ils prennent de nombreuses précautions pour conserver le secret et mettent tout en oeuvre pour éclaircir le mystère. Un mystère pour le moins inquiétant... et les vidéos de Sarah y sont pour beaucoup! Je dois vous faire un aveu : j'ai flippé, vraiment, surtout dans la toute dernière vidéo. Nos jeunes héros sont téméraires et n'hésitent pas à se rendre, la nuit, dans la drague... une machine terrifiante qui a englouti un jour l'un des ouvriers. Un accident dont tout le monde se souvient mais que peu souhaitent évoquer!

 

Aucun doute, ce livre saura enchanter son public : de jeunes lecteurs amateurs de sensations fortes. Vous êtes prévenus par la couverture : " Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité de trop jeunes lecteurs". Pour les autres, foncez, c'est un régal! Un régal que vous trouverez en librairie dès le 10 mars!

 

Quant à moi, j'attends avec impatience la suite, car la fin nous laisse sur un suspense insoutenable!

 

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 06:37

Ce livre a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie l'année dernière. Il me faisait terriblement envie ( le simple fait qu'il soit paru aux Editions Sonatine est un argument imparable pour moi ) mais je ne l'avais pas encore lu. Lorsque j'ai su que le second opus n'allait pas tarder à sortir, je me suis enfin décidée à l'acheter!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Sanchez ne voit pas d'un bon oeil l'arrivée d'un certain Bourbon Kid au Tapioca, le bar qu'il tient à Santa Mondega. Tout le monde se souvient de l'horrible tuerie qui a eu lieu cinq ans auparavant, et Sanchez, comme tous, avait espoir que le Bourbon Kid lui-même ait péri lors de la tuerie. Son retour n'annonce rien de bon, et l'histoire risque de se répéter... En effet, L'oeil de la Lune, une magnifique pierre bleue qui aurait des vertus magiques fait de nouveau parler d'elle et attire à Santa Mondega une foule de personnes prête à tout pour se l'arracher... Le Bourbon Kid, bien évidemment, mais aussi Jefe, un chasseur de primes qui travaille pour le compte d'El Santino, un truand du coin, et plus bizarrement, deux moines... L'inspecteur Jensen spécialisé dans les enquêtes surnaturelles risque d'avoir du boulot!

 

Ce livre est une tuerie! Dans tous les sens du terme ( oui, bon, d'accord, je reconnais qu'elle était facile! ). Dès le premier chapitre, le lecteur est mis dans le bain, un véritable bain de sang. Il faut dire que l'on n'aime pas beaucoup les étrangers au Tapioca, et qu'on leur réserve un accueil très particulier. Le pauvre Sanchez passe son temps à ramasser des cadavres, nettoyer le sang et la cervelle, et remettre son bar en ordre. Mais qu'est-ce qui peut bien les mettre tous dans un tel état? La fête de la Lune approche et tous veulent s'emparer de la pierre...

 

Commence alors un rodéo complétement déjanté... les actions s'enchaînent à une vitesse folle, la pierre passe de main en main et quiconque l'a eue en sa possession risque fort de finir la cervelle éclatée! Les personnages sont tous plus cinglés les uns que les autres et le lecteur va de surprises en surprises! Bastons, sexe, alcool sont au rendez-vous et si c'est un genre qui aurait plutôt tendance à me faire fuir habituellement, je dois avouer que je me suis régalée! C'est complètement barré, et notre auteur anonyme sait s'y prendre pour entraîner son lecteur dans une spirale infernale : les points de vue changent à chaque chapitre et le lecteur n'a d'autre choix que de tourner les pages! Et meme si l'ensemble est truffé de "putain", "enculé"  et "la ferme", ce roman est plutôt bien écrit! Il fourmille de références, notamment cinématographiques ( même si j'en ai sans doute loupé une bonne partie, puisque ce n'est pas mon univers de prédilection ) et l'humour est très présent, malgré la violence.

 

Bref, un roman unique en son genre, qui vous entraîne, presque malgré vous, dans un univers à nul autre pareil! Je me suis ré-ga-lée! Et je ne tarderai pas à lire la suite!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:05

Les trois mousquetaires, Le comte de Monte-Cristo, La reine Margot... Il y a des titres comme ça, très connus mais qui font un peu peur, et vers lesquels je ne me suis jamais tournée... Alexandre Dumas fait partie de ces auteurs qui m'impressionnent et que je n'ai jamais lus... Il me fallait donc un court récit pour faire le premier pas!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Edouard est un jeune garçon qui étudie à l'école de Droit. Pourtant, il n'est guère sérieux, et ne s'y rend que très peu, préférant la compagnie de quelques ami(e)s...  Avec Marie, Clémence, Henri... il mène une vie plutôt dissolue, jouant aux cartes ou se rendant au bal. Mais un soir, au bal de l'Opéra, il rencontre une mystérieuse jeune femme. Elle est masquée, il ne peut donc pas voir son visage. Mystérieuse, elle lui tient un discours étrange et lui révèle assez rapidement son amour. Mais elle lui impose aussi des conditions :

 

" Il faut tout me sacrifier, cesser avec vos maîtresses vos amours faciles, risquer tous les jours votre vie pour me voir un instant, ne jamais dire ni à votre meilleur ami, ni à votre mère, ni à Dieu ce que je ferai pour vous et, en échange de ce danger de tous les jours, de ce silence de tous les instants, un amour comme vous n'en avez jamais eu? "

 

Edouard prendra-t-il le risque et mesure-t-il vraiment le danger?

 

Herminie est un court récit publié aux éditions Galaade dans une petite collection intitulée Il était une fois la femme qui réunit quatre titres d'auteurs classiques : celui-ci donc mais aussi Atala de Chateaubriand, Marthe, histoire d'une fille de Huysmans et Lavinia de Sand dont je vous reparlerai prochainement...  Ce qui m'a plu dans cette collection, c'est la possibilité de découvrir ( ou redécouvrir ) de grands auteurs, par le biais d'oeuvres souvent moins connues et assez courtes. Cela permet de se frotter à l'écriture de ces auteurs avant d'envisager de se lancer dans d'autres titres plus ambitieux...

 

Le format de ces livres est un peu plus petit qu'un livre de poche, ce qui permet de les emporter partout pour lire dans les salles d'attente ou dans les transports en commun. C'est ce que j'ai fait avec Herminie : je l'ai lu lors d'un voyage en train...

 

Mais alors est-ce que cette première rencontre avec Alexandre Dumas m'a plu? Mis à part un chapitre dans lequel je me suis ennuyée, oui. Il s'agit du second chapitre dans lequel les jeunes gens disputent une partie de Lansquenet... L'auteur nous offre ici dans le détail le récit de cette partie, et ne connaissant rien des règles du Lansquenet ( que l'on peut trouver ici si le coeur vous en dit ), j'ai très vite perdu le fil! Mais pour le reste, je me suis régalée! Alexandre Dumas parvient à créer en quelques pages une atmosphère mystérieuse par le biais de cette jeune femme qui ne semble parler que par énigmes et qui semble penser que pour la mériter, il faille prendre des risques... Je ne vous en révélerai pas davantage mais sachez que la chute est assez exceptionnelle!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:55

Je continue ma découverte des livres d'Arthur Ténor, qui propose décidément à ses jeunes - et moins jeunes - lecteurs des thèmes très variés! Cette fois, c'est le titre qui a retenu mon attention : j'étais curieuse de découvrir quel était ce fameux livre dont on peut être la victime...

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Alex est un jeune garçon qui aime se faire peur. Aussi lorsqu'il entend parler de cette nouvelle librairie, impasse des Martyrs, il n'hésite pas une seconde. Nico, le caïd de l'école en ferait des cauchemars. Il faut dire que cette librairie est spécialisée dans les livres fantastiques mettant en scène diables et sorcières... Et lorsqu'Alex s'y rend, en compagnie de son amie Camille, il fait la connaissance d'un libraire très inquiétant et mystérieux. Attiré par un livre étrange, il retourne à la librairie dès le lendemain afin de l'acheter. Le titre de ce livre? Le livre dont vous êtes la victime. Son principe? Le livre vous donne des ordres et vous devenez son personnage principal. L'histoire s'écrit au fur et à mesure de vos actions... La première mission d'Alex?  Se rendre au cimetière, descendre dans trois caveaux pour remettre en place les couvercles des cercueils... Tout ceci lui semble totalement ridicule, et pourtant Alex s'y rend... L'histoire est lancée et rien ne semble pouvoir l'arrêter!

 

Avouez qu'un tel résumé est alléchant! J'avais vraiment hâte de me plonger dans ce livre et de voir ce que cela pouvait donner! J'ai adoré toute la première moitié du roman quand les enfants se rendent à la librairie et qu'Alex commence à comprendre que ce livre est bien plus qu'un simple récit fantastique, et que la fiction prend le pas sur la réalité. Mais ensuite, je dois reconnaître que j'ai perdu un peu de mon enthousiasme... Tout se complique, et Alex perd de plus en plus pied. Les événements étranges prennent le dessus, les personnages et les actions se multiplient, et la vieille lectrice que je suis a un peu perdu pied elle aussi...

 

Je pense en effet que c'est là que le bât blesse... Contrairement aux autre titres de l'auteur que j'ai lus jusqu'à maintenant, ce récit s'adresse vraiment aux tous jeunes lecteurs, et s'il est estampillé "à partir de 11 ans", je pense qu'il peut se lire également avant. Et là aucun doute, il saura envoûter son lecteur. A cet âge ils sont généralement friands de ce genre de lecture où l'on se fait un peu peur.. Je pense aux sixièmes qui disent souvent aimer la collection Chair de Poule. Ils trouveront leur compte dans ce livre, c'est certain, d'autant que le concept est vraiment original.

 

Pour ma part, je continuerai ma découverte de l'auteur avec les quelques titres historiques qui me font déjà de l'oeil : Mémoire à vif d'un Poilu de quinze ans ou encore C'était la guerre...

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 06:32

La lecture du dimanche

 

Nous vous parlions le mois dernier de La fortune des Rougon et de notre projet ( à l'initiative de Moka ) de lire l'ensemble de cette série, à raison d'un titre par mois. Nous poursuivons donc ce mois-ci notre lecture des Rougon-Macquart, Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire, avec ce second volume.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

C'est autour du personnage d'Aristide que ce second volume tourne. Aristide est le fils de Pierre et Félicité Rougon. Grâce à son frère Eugène, devenu ministre, Aristide quitte Plassans pour s'installer à Paris avec son épouse Angéle. Il décide alors de changer de nom et devient Aristide Saccard. Avide de pouvoir, et soucieux de s'enrichir quelle que soit la manière, Aristide, à peine veuf, accepte de sauver une jeune fille de bonne famille du déshonneur en échange d'une forte somme. Il épouse Renée et s'emploie alors à gérer le portefeuille de cette dernière, n'hésitant pas à la voler. Tout ce qui compte à ses yeux est son ascension sociale. Aussi ne voit-il rien de ce qui se trame entre son épouse et Maxime, le fils qu'il a eu de son premier lit. Très complices dès les premiers temps, Renée sent le désir monter pour le fils de son époux... Un désir interdit et honteux...

 

J'avais déjà lu La Curée il y a quelques années lorsque j'étais lycéene. Je gardais donc en tête quelques passages précis que nous avions étudiés alors. Je suis habituellement réticente à l'idée de relire un livre que j'ai déjà lu, mais j'ai décidé de faire une exception pour celui-ci. Je ne sais pas si c'est pour cette raison que j'ai eu un peu de mal à entrer dans ce second opus ou si c'est parce que le premier chapitre est particulièrement descriptif. Il m'a fallu cette fois un temps d'adaptation avant d'apprécier pleinement ma lecture, et j'ai craint tout au long du premier chapitre de devoir abandonner cette lecture. Trop de détails tue le détail, et si le but d'une description est de permettre au lecteur de se représenter les lieux, j'ai eu la sensation ici que tout devenait confus, et que cela tournait au catalogue, notamment lorsque l'auteur nous énumère sur trois pages les différentes variétés de plantes que l'on trouve dans la serre des Saccard...

 

Mais heureusement, dès le second chapitre, j'ai retrouvé la plaisir que j'avais ressenti à la lecture de La Fortune des Rougon, et je me suis une nouvelle fois régalée... La langue de Zola est toujours aussi savoureuse, mais ce que j'ai aimé par dessous tout ici, c'est l'explosion de débauche, de coups bas, de manipulations... Saccard n'a rien à envier à Félicité, il ne recule devant rien pour s'enrichir, il est corrompu jusqu'à la moelle, allant même jusqu'à voler sa propre femme. Quel délice de le voir ainsi organiser son crime : il est vile, mais aussi terriblement intelligent lorsqu'il est question d'argent.

 

Par contre, dès lors qu'il est question de sentiments, il fait figure d'idiot. En effet, obnibulé par sa fortune, il ne réalise pas ce que sa femme a pris un amant, et que ce dernier n'est autre que son propre fils. Et là, je pense que ça valait la peine de relire ce roman, car je ne me souvenais pas que c'était aussi chaud! Je me suis étonnée à plusieurs reprises d'avoir pu lire ce roman au lycée et être passée à côté de l'érotisme de certaines scènes... Et j'ai été subjuguée par cette relation passionnelle et destructrice qui naît entre ces deux personnages. A aucun moment, je n'ai été choquée par cette relation qualifiée d'incestueuse. D'abord, parce qu'il n'y a aucun lien du sang qui unit Renée et Maxime, et que seule la morale leur interdit finalement cette relation. Par respect envers Aristide, le père et l'époux. Mais ce dernier étant en fait lui-même si peu respectueux des convenances, j'ai trouvé que c'était le juste retour du bâton! Et je me suis beaucoup amusée de la manière dont il est berné. Et puis Renée est jeune, elle pourrait d'ailleurs être la fille d'Aristide, et j'aurais davantage envie de condamner cette union, lorsqu'on sait dans quelle circonstance elle a été faite...

 

Mais autres temps, autres moeurs... et je comprends que ce roman ait pu choquer en son temps... Pour ma part, je me suis régalée, et il me tarde maintenant de poursuivre l'aventure dès le mois prochain! En attendant je vous invite à aller lire l'avis de Stéphie.

 

 

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 06:14

Je vous parlais il y a quelques mois du premier tome de La vampire qui avait été une excellente surprise! J'étais impatiente de pouvoir lire la suite qui est sortie le 9 février en librairie... Je me suis donc plongée avec grand plaisir dans ce second tome...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

*** Attention, spoiler sur le premier tome*** Alisa vit désormais avec Ray, qu'elle a transformé en vampire, afin de lui sauver la vie. Il ne reste donc que deux vampires sur Terre. Pourtant, des crimes terribles ont lieu à Los Angeles, des crimes sanglants et dont le mode opératoire laisse penser qu'il s'agit de vampires. Comment est-ce possible? Alisa décide de se rendre sur place pour en avoir le coeur net et pour éliminer ce ou ces jeunes vampires. Cela ne devrait lui poser aucun problème, étant donné ses cinq mille ans d'expérience. Pourtant, le vampire qu'elle rencontre ce soir là fait preuve d'une force incroyable et elle ne parvient pas à l'éliminer. Qui est-il? Et surtout d'où lui vient cette force extraordinaire? Yaksha aurait-il survécu d'une manière ou d'une autre au terrible incendie qui a détruit la maison d'Alisa? Alisa ne tarde pas à découvrir que son corps a disparu de la morgue, vraisemblablement dérobé par l'un des employés...

 

Décidemment, le titre du premier tome était on ne peut mieux choisi car Christopher Pike tient en effet sa promesse! Ce second tome est à la hauteur du premier, et je pense même l'avoir davantage apprécié encore! Le personnage d'Alisa est vraiment extraordinaire : on retrouve ici une vampire sans pitié, avec une force incroyable et une volonté de fer. Cependant, elle n'est pas dénuée de sensibilité, et j'adore la relation qu'elle instaure avec certains hommes : Ray, d'abord, qui partage dorénavant sa vie et qu'elle va entraîner dans sa lutte contre les nouveaux vampires. Mais aussi Joël, le flic chargé de l'enquête à qui elle confie ce qu'elle sait, sachant que tôt ou tard, elle devra l'éliminer parce qu'il en sait trop. Un personnage totalement ambivalent et imprévisible, une vampire comme on les aime!

 

L'intrigue, elle aussi, est à couper le souffle! Des actions, des rebondissements, du sang, du suspense... tous les bons ingrédients du récit vampirique sont réunis pour charmer le lecteur amateur du genre. Les pages se tournent toute seules, l'intrigue est bien construite et nous entraîne dans une véritable chasse au vampire menée tambour battant! On retient son souffle, on tremble, et on n'est pas loin de verser une petite larme parfois.... bref, on se régale!

 

Et la fin! Quelle fin! Alisa nous abandonne une fois de plus , non sans nous avoir donné envie de lire la suite! Mais pour cela, il faudra attendre le mois de mai... Je serai au rendez-vous, c'est certain!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 06:48

Une jolie couverture colorée et pailletée avec une jeune voleuse en ombre chinoise, un résumé alléchant et un titre annonçant une histoire légère, il n'en fallait guère plus pour me convaincre de lire ce livre à l'approche des vacances...  Oui, je l'avoue, je suis faible!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Née dans une famille d'experts dans l'art du vol de tableaux de maîtres, Katarina Bishop a participé à son premier coup alors qu'elle n'avait que cinq. Mais à quinze ans, elle décide de raccrocher et de mener une vie normale, au risque de décevoir toute sa famille. Elle entre au lycée Colgan, mais se voit convoquée trois mois plus tard en conseil de discipline pour avoir volé et déposé la Porsche du directeur au sommet de la fontaine du lycée. Il s'agit bien évidemment d'un coup monté, et qui d'autre que les membres de sa famille sont capables de faire cela? Mais pourquoi? Tout simplement, parce qu'ils ont besoin de Katarina pour une affaire très délicate : un truand italien s'est fait dérobé plusieurs tableaux et est persuadé que Monsieur Bishop est l'auteur de ce vol. C'est un homme très dangereux, et il a lancé un ultimatum... Katarina va donc devoir retrouver les tableaux pour sauver la vie de son père.. Mais ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que ces tableaux sont cachés dans l'un des musées les plus sécurisés au monde....

 

J'ai passé un bon moment avec ce roman que j'ai lu presque d'une seule traite. Les chapitres sont courts et s'organisent sous la forme d'un décompte jusqu'au jour J, celui où Katarina et son équipe sont censés cambrioler le musée Henley pour restituer les tableaux au truand Arturo Taccone. Le lecteur voyage des Etats-Unis jusqu'en Europe en compagnie de ces jeunes voleurs, et chaque étape commence avec une belle illustration de carte. Le rythme est rapide, les actions s'enchaînent très vite et on n'a pas le temps de s'ennuyer....

 

Pourtant, je dois bien avouer que je suis loin du coup de coeur. Une lecture sympa, certes, mais sans plus... J'ai trouvé que certains passages étaient assez confus...notamment ceux dans lesquels il est question de Visily Romani, j'ai bien compris qu'il s'agissait d'un surnom emprunté par plusieurs générations de grands voleurs, et que ce personnage avait un rôle plus important qu'il n'y paraissait dans toute cette histoire, mais je n'ai cependant pas réussi à me faire une idée claire et précise des événements. De même que tout ce qui concerne le vol dans le musée. Bien évidemment, il s'agit de semer la confusion et de faire diversion, mais c'est surtout dans mon esprit que la confusion a été semée...

 

Finalement, le récit est surtout porté par ses personnages, et notamment Katarina, encore appelée Kat ou Kitty Kat que j'ai trouvée attachante dans son rôle de gentlewoman cambrioleuse. C'est d'ailleurs assez drôle de voir que le lecteur trouve ces voleurs sympathiques et souhaite qu'ils réussissent leur coup.

 

Bref, une lecture agréable pour commencer les vacances, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable...

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 06:06

Après un thriller des plus sombres hier, je vous propose aujourd'hui un petit livre tout en humour et en légèreté... Une sorte de bande dessinée qui ravira tous les amoureux des chats, comme moi!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Dans ce petit livre, la parole est donnée au maître d'un chat qui, comme tous les chats est bourré de défauts, à commencer par l'hypocrisie. On retrouve donc notre ami à moustaches dans diverses situations toutes plus drôles les unes que les autres... tout en accédant à ses pensées.  Le parcours du combattant pour atteindre le poulet  sur la table, les crises de folie lorsqu'il se met à courir dans tous les sens, la place immense réservée à ce tout petit être dans notre lit, son dédain pour le griffoir tout beau, tout neuf, quand il y a un canapé non loin, les câlins quand il veut et uniquement quand il veut... et j'en passe et des meilleures!

 

Inutile de vous dire que ce livre n'est pas passé par la case PAL. Aussitôt déballé, aussitôt lu. Oui, parce que c'est là son seul et unique défaut : il se lit en moins de dix minutes... Le format est légèrement plus petit qu'un livre de poche et ne compte que 80 pages.

 

Mais alors quel bonheur!!! C'est un portrait très réaliste de la gent féline qui nous est livré ici, et cela ne fait aucun doute, les auteurs connaissent bien ce petit animal facétieux. Certes, ce sont surtout les défauts de nos petits compagnons qui sont croqués ici, mais n'est-ce pas, aussi et surtout pour cela qu'on les aime? A chaque page, j'ai reconnu l'un ou l'autre de mes chats, interrompant sans cesse mon mari par mes "tiens, regarde, c'est qui là? ", "tu le reconnais?"... J'ai donc ri du début à la fin!

 

Un petit livre que j'avais repéré il y a bien longtemps chez Manu, et qui a recroisé mon chemin récemment par hasard... A conseiller à tous ceux qui aiment les chats et qui les comprennent!

 

 

Image hébergée par servimg.com

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 09:04

J'avais lu l'année dernière Le livre des morts, et même si mon avis était plutôt mitigé parce que j'avais deviné une bonne partie de l'intrigue bien avant la fin, l'envie de lire la suite ne m'a pas quittée. Parce qu'il faut bien reconnaître que ce livre repose sur une question à la fois inquiétante et passionnante : et si vous connaissiez l'heure de votre mort?

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

***Attention spoilers sur le premier tome, si vous souhaitez le lire, évitez ce qui suit*** Suite aux événement racontés dans Le livre des morts, Will Piper a signé un engagement à ne jamais rien révéler de ce qu'il a appris sur la zone 51. Il a également pris une retraite anticipée du FBI et épousé Nancy, sa jeune coéquipière. Il mène donc maintenant une vie tranquille à New-York, jusqu'à ce qu'il croise la route de deux hommes mystérieux dans un camping-car luxueux. Ces hommes font partie du club 2027, une association d'anciens ayant travaillé à la zone 51, et Henry Spence, le directeur a besoin des services de Will. En effet, un mystérieux manuscrit vient d'être déposé dans une célèbre maison de vente aux enchères. Il s'agit de l'un des livres qui ont été écrits sur l'île de Wight, il porte la date de 1527. Spence souhaite absolument gagner l'enchère, mais il n'est pas le seul sur le coup. Les gardiens de la zone 51 ont eu aussi eu vent de cette vente et souhaitent récupérer le manuscrit manquant. Leur colère est donc sans limite lorsqu'ils perdent l'enchère. Will se retrouve en possession du manuscrit, et découvre dans la couverture un mystérieux poème qui semble avoir été écrit par William Shakespeare en personne. Un poème qui, Will et Spence en sont persuadés, contient une éngme...

 

Quelle intrigue époustouflante! Je dois reconnaître que j'ai nettement préféré ce second tome au premier! On retrouve une construction alternant les époques, entre aujourd'hui et le Moyen-Âge. On suit en fait le parcours de ce fameux livre depuis à travers les siècles et les raisons pour lesquelles il ne se trouvait pas comme les autres dans la bibliothèque secrète du monastère. Un parcours véritablement passionnant puisqu'on y croise William Shakespeare, Jean Calvin ou encore Nostradamus, alors qu'il ne sont encore que de simples anonymes. Glenn Cooper utilise l'histoire pour bâtir son roman et il le fait bien puisque c'est en partie grâce à ce manuscrit que ces personnages deviendront célèbre.

 

Le poème trouvé dans la couverture du livre a pour but de reconstituer ce parcours, par le biais d'énigmes. Will Piper qui refuse d'abord de se lancer dans une enquête dangereuse, notamment parce qu'il vient d'avoir un bébé ne peut résister à l'envie d'en savoir plus. Il se rend donc chez Lord Cantwell, l'homme qui avait déposé le manuscrit aux enchères et tente de résoudre les énigmes, avec la petite fille de ce dernier, étudiante en histoire. J'ai aimé le duo formé par ces deux personnages, même si certains aspects de leur relation m'ont dérangée, car si Will s'est beaucoup assagi depuis Le livre des morts, il a encore beaucoup de mal parfois à résister à l'appel de la bouteille... Mais ceci n'est qu'un détail, et j'ai été complètement transportée par le rythme haletant du roman. Dangers et suspense sont au rendez-vous...

 

Bref, un excellent thriller, bien meilleur à mes yeux que le premier, même s'il faut bien évidemment l'avoir lu pour apprécier complètement cette lecture!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article