Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:05

La lecture du dimanche

 

C'est aujourd'hui que se termine notre semaine anniversaire de lectures communes. Et pour finir la semaine en beauté, rien de tel qu'un bon polar scandinave. Je remercie d'ailleurs Blog-o-book et les éditions du Serpent à Plumes puisque j'ai reçu ce livre dans le cadre d'un partenariat.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

C'était un été paisible qui avait commencé sur l'île de Gotland... Le chantier de fouilles archéologiques avait presque un air de colonie de vacances. Mais lorsque deux petites filles découvrent un cheval décapité dans le champ de leur grand-père, c'est le début de la psychose. Il faut dire que les médias qui n'avaient rien à se mettre sous la dent en cette période estivale assez calme en profitent pour faire les gros titres.  D'autant qu'ils détiennent une information à sensation : la tête de l'animal n'a pas été retrouvée, il semblerait que l'assassin l'ait emportée. Quelques jours plus tard, l'horreur monte d'un cran. Cette fois-ci, c'est une jeune étudiante du champ de fouilles qui disparaît... Elle avait un petit ami et sortait souvent le soir, mais personne ne savait réellement de qui il s'agissait... Des rumeurs se mettent rapidement à courir : elle aurait eu une liaison avec son professeur.réputé pour être un coureur de jupons.. Lorsque le corps de la jeune femme est retrouvé pendu et affreusement mutilé, les soupçons se portent aussitôt sur cet homme...

 

On retrouve dans ce roman l'empreinte caractéristique des polars nordiques, à savoir une certaine lenteur du récit, mais avec une montée croissante de l'horreur et du glauque. De nombreuses pages se tournent avant que le premier cadavre n'apparaissent, mais la découverte du cheval permet déjà de créer une atmosphère sombre et inquiétante. Qui peut être assez fou pour tuer un cheval, le décapiter et emporter la tête? D'autant qu'il n'y a que très peu de sang, comme si on l'avait également récupéré... Le point de vue adopté change à chaque chapitre, et le lecteur fait ainsi connaissance avec deux personnages essentiels qui mènent l'enquête chacun à leur manière. Knutas, tout d'abord, l'inspecteur de la brigade criminelle qui se trouve bien désemparé et dont l'enquête stagne.  Johan, d'autre part, le journaliste qui a quitté la grande ville pour rejoindre sa bien-aimée sur l'île et qui ne recule devant rien pour obtenir des informations.

 

J'ai particulièrement apprécié le glauque de ce roman, et l'impression d'etouffement est renforcé par le fait que cela se passe sur une île, presque comme un huis-clos. L'assassin n'est pas loin, c'est certain, on en vient à soupçonner tout le monde. Certains chapitres contribent également à cette atmosphère étrange puisqu'on suit un homme dont on ignore l'identité qui se livre à de bien étranges actions.

 

Bref, une semaine qui se termine en beauté! Allons voir ce que Stéphie en a pensé!

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 06:01

Ce livre était dans ma PAL depuis quelques mois déjà, et malgré une envie irrésistible de le lire, je ne lui avais pas encore fait un sort. L'occasion était trop belle puisque Stéphie était dans le même cas que moi. Nous avons donc exhumé Flavia de nos PAL pour en faire l'une des lectures communes de notre semaine anniversaire...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire:

 

Flavia vit avec son père et ses deux soeurs dans le manoir des de Luce. C'est une enfant intelligente, malicieuse et passionnée par la chimie qui se livre à de nombreuses expériences dans son laboratoire.  Des expériences qu'elle n'hésite pas à tester sur ses deux soeurs Ophélia et Daphné qui la détestent et à qui elle le rend bien. Mais en cet été 1950 d'étranges phénomènes se produisent : d'abord un martin-pêcheur mort avec un timbre enfoncé sur le bec que l'on retrouve sur le perron. Puis, un matin, Flavia découvre le cadavre d'un homme au milieu des concombres dans le jardin. Le même homme avec qui son père se disputait dans son bureau au beau milieu de la nuit ( Flavia aime écouter aux portes ) au sujet de la mort d'un homme quelques décennies plus tôt. Le Colonel de Luce est le suspect idéal et ne tarde pas à être arrêtée. Mais Flavia, persuadée de son innocence, ne l'entend pas de cette oreille : elle décide de mener l'enquête de son côté, parfois au péril de sa vie!

 

Je vais avoir beaucoup de mal à vous livrer mon avis sur ce roman, car je l'ai trouvé à la fois délicieux et ennuyeux. Délicieux tout d'abord pour son style un petit peu désuet : l'intrigue se déroule dans les années 50 mais le lecteur est également plongé par le biais de retours en arrière dans l'adolescence du colonel. Délicieux également pour ses personnages hauts en couleurs. J'ai beaucoup aimé Flavia et le rapport qu'elle entretient avec ses deux soeurs aînées, deux belles adoleschiantes. Leurs disputes sont savoureuses, les répliques cinglantes et les vengeances empoisonnées. J'ai apprécié également les deux personnages qui travaillent au service du colonel de Luce : Dogger, l'homme à tout faire, mystérieux et renfermé et Mme Mullet, la cuisinière, reine des tartes à la crème que tout le monde déteste sauf son mari. Délicieuse enfin l'intrigue qui tourne autour de la philatélie, une intrigue farfelue, originale qui ne donne pas l'impression d'avoir déjà été lue.

 

Tout ceci est plutôt positif, me direz-vous. Alors qu'est-ce qui cloche? Des détails en fait... Enfin surtout un : cette passion pour la chimie que je ne partage absolument pas avec l'héroïne... Ainsi quand je lis ceci :

 

"Après avoir déchiffré tant bien que mal les équations chimiques telles que K4FeC6N6 + 2K = 6KCN + Fe ( qui décrit la réaction entre du prussiate jaune de potasse qu'on chauffe avec du potassium pour produire du cyanure de potassium ), l'univers tout entier s'ouvrit à moi."

 

j'ai tendance pour ma part à me refermer totalement... et à être beaucoup moins réceptive! J'ai donc relevé dans le roman certaines longueurs, essentiellement liées à cet aspect. C'est tout à fait personnel bien évidemment, mais cela a malheureusement souvent pris le pas sur le plaisir de la lecture. (J'en profite pour saluer les professeurs de Physique-chimie qui ont tenté de m'enseigner cette matière obscure au lycée, et qui ne m'ont absolument pas traumatisée, vous en conviendrez...)

 

Bon, je m'égare... J'ai néanmoins passé un bon moment avec ce roman qui a de nombreuses qualités. J'attends maintenant avec impatience de pouvoir lire l'avis de Stéphie qui est sans doute moins psycho-rigide que moi en matière de chimie...

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 07:08

Notre semaine de lectures communes continue, le ryhtme est soutenu mais nous ne reculons pas devant la difficulté puisque le livre dont nous allons vous parler aujourd'hui est un joli petit pavé de 485 pages... Mais les lectrices du dimanche n'ont peur de rien, surtout lorsqu'il s'agit d'un thriller qui s'annonce bien glauque...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Un homme et une femme se rencontrent par le biais d'un tchat vidéo. Ils se donnent rendez-vous dans sous un porche pour assouvir leurs pulsions sexuelles. Mais la jeune femme est retrouvée sauvagement assassinée et mutilée.

Une jeune femme terriblement sexy se rend dans les clubs de la ville pour séduire des hommes riches et puissants. Elle les attire dans sa toile avant de les droguer et de leur voler argent et bijoux... Mais un soir, cela tourne mal, les effets de la drogue s'estompent plus vite que prévu. Plus tard, l'homme est retrouvé mort, sauvagement émasculé.

Sarah Weiss, arrêtée deux ans auparavant pour l'assassinat de Mickael Ryan, un inspecteur de police, vient de se suicider en s'immolant dans sa voiture.

Quel est le lien entre tout cela? C'est ce que l'inspecteur de la police criminelle de Cleveland Jack Salvatore Paris va devoir découvrir. Mickael Ryan était son ami. Il aurait été assassiné suite à une affaire de corruption, mais Jack n'y a jamais vraiment cru. Saura-t-il dénouer le fil de la vérité?

 

Voilà un thriller qui cumule de nombreuses qualités! Sa construction tout d'abord, qui est assez exceptionnelle et qui explique pourquoi j'ai eu du mal à vous faire un résumé de ce livre. En effet, plusieurs histoires, en apparence sans lien, s'entremêlent pour se rejoindre peu à peu. Les points de vue changent sans arrêt et le lecteur s'arrête, l'espace d'un chapitre sur tel ou tel personnage. La voix du meurtrier se fait entendre, mais nous suivons aussi, entre autre, l'enquête menée par Jack. Par ailleurs, quelques retours en arrière permettent eux aussi, de lever peu à peu le mystère. Un mystère néanmoins bien gardé, puisque les révélations s'enchaînent jusqu'à la toute fin du roman. J'ai beaucoup aimé me laisser entraîner par l'auteur dans ce qui semble au début une accumulation de faits disparates. On s'interroge énormément au fil des pages, avec la sensation d'être un peu perdu, mais bien évidemment, quand on a l'habitude de lire des thrillers, on n'est pas dupes, et on sait bien que tous ces éléments finiront par se rejoindre. Tout le plaisir du lecteur réside justement dans les hypothèses qu'il fait.

 

Autre qualité du roman : son côté sombre et glauque, qui, vous vous en doutez, n'a pas manqué de trouver grâce à mes yeux. Dès les premiers chapitres, le lecteur est dans le bain. Un bain de sang et de cervelle si je puis me permettre... Le premier crime fait véritablement froid dans le dos... d'autant qu'il est raconté par le tueur lui-même, qui agit avec un véritable plaisir sadique. Et pour couronner le tout, les meurtres ont lieu sur un fond de santeria, une croyance venue des Caraïbes, qui s'apparente au vaudou, ce qui crée une atmosphère pesante et inquiétante qui tourne autour de la magie et des rites sacrificiels sans pour autant que cela prenne le pas sur le reste.

 

Bref, une belle réussite pour les amateurs du genre. Une petite réserve cependant pour l'une des ficelles du dénouement que j'ai trouvé un peu tirée par les cheveux. Jack se trouve dans une situation difficile et parvient à s'en sortir sans que le lecteur ne sache exactement comment... un petit raccourci pris par l'auteur à ce moment-là m'a légèrement agacée. Mais cela n'a pas entâché mon impression générale qui est très positive!

 

Je vais de ce pas lire ce qu'en a pensé Stéphie!

 

Et je remercie Solène des éditions Cherche-Midi pour cette découverte. Je la remercie d'autant plus qu'elle nous offre la possibilité de vous faire gagner un exemplaire de ce livre sur chacun de nos blogs.

 

Pour tenter votre chance, rien de plus simple, il vous suffit de laisser un commentaire ( avant dimanche 8 mai à 23h59 ) en me disant quelle est notre lecture du dimanche qui vous a le plus marqué, celle qui vous a donné envie de lire un titre, ou qui, au contraire, vous l'a fait rayer à vie de votre LAL. Un tirage au sort départagera les participants. Je précise que ce concours est réservé aux bloggueurs et bloggueuses que nous connaissons, et qui ont déjà commenté nos billets, le but étant bien sûr, de faire plaisir à ceux qui nous suivent habituellement!

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 06:47

Le mercredi, Stéphie lit avec son petit. J'ai donc choisi de me joindre à eux pour cette troisième lecture commune de la semaine. Notre choix s'est porté sur ce magnifique coffret publié récemment aux éditions Nathan. Des histoires de vampires, pour les plus petits, il n'en fallait guère plus pour me convaincre!

 

 

Image hébergée par servimg.com

Ce coffret réunit les trois histoires publiées précédemment par Eric Sanvoisin et propose également une histoire inédite.

 

Dans Le buveur d'encre nous faisons connaissance avec un petit garçon dont le papa adore les livres. Et pour cause, il est libraire! Notre héros lui n'aime pas lire, et il s'ennuie lorsque son père l'emmène à la librairie. Jusqu'au jour où il surprend un étrange client en train de boire l'encre d'un livre à la paille. Il décide alors de le poursuivre, ce qui le mène jusqu'au cimetière où il est mordu et transformé à son tour en buveur d'encre.

 

Dans Le petit buveur d'encre rouge, nous retrouvons notre jeune garçon et l'étrange client et nous apprenons qu'ils se prénomment respectivement Odilon et Draculivre. Ce dernier a une nièce qui se prénomme Carmilla et qui devient très vite l'amoureuse d'Odilon. Pour boire ensemble l'encre, ils ont fabriqué une paille tandem en forme de Y. Mais un jour, ils sont aspirés par cette paille et se retrouvent plongés au coeur de l'histoire du Petit Chaperon Rouge.

 

Nous retrouvons ensuite nos héros dans La petite buveuse de couleurs. Odilon est bien triste, car son amoureuse est malade. Le médecin pense que l'air de la montagne lui fera du bien, mais Carmilla n'a plus d'appétit, elle n'arrive plus à avaler une seule goutte d'encre. Comment Odilon parviendra-t-il à l'aider à guérir?

 

Pour finir, nous vivons un véritable Cauchemar à Dracuville : toutes les pailles ont disparu et les buveurs d'encre ne peuvent plus se nourrir. A l'aide du stylo magique, le lecture et nos héros mènent l'enquête pour retrouver le voleur de pailles!

 

Ce coffret est un véritable délice! D'abord parce qu'il est superbe : la couverture est faite d'un carton très épais et s'ouvre à l'aide d'un aimant. Le papier est d'excellente qualité et les illustrations de Martin Matje et Olivier Latyk très réussies! Il s'agit vraiment d'un magnifique objet que j'ai pris beaucoup de plaisir à manipuler et qui devrait ravir les plus jeunes lecteurs!

 

En ce qui concerne le contenu, je me suis régalée! Ces histoires regorgent de références littéraires, accessibles aux plus jeunes bien évidemment, telles que Le Petit Chaperon rouge, ou d'autres contes bien connus. Mais on y trouve également des références très fines à la littérature vampirique. Draculivre évoque ainsi Dracula, Carmilla le personnage du même nom créé par Sheridan Le Fanu. Et le père de cette dernière se prénomme Vlad. On croise également au détour des pages le docteur Freudkenstein...Des tas de clins d'oeil à l'intention de l'adulte qui accompagne son enfant dans la lecture. Un vrai bonheur!

 

Une jolie réflexion également sur le goût de la lecture des plus jeunes... les buveurs d'encre représentant symboliquement ceux qui dévorent les livres. Et là encore, les formules employées par l'auteur sont très justes :

 

"Un livre, ce n'est pas un être vivant, lui ai-je répondu. C'est l'histoire qui est vivante. Au moment où tu la bois, elle ne meurt pas. Au contraire, elle continue à vivre en toi. Elle ne s'efface jamais, même quand les pages du livre sont toutes devenues blanches."

 

Dernier point fort de ce coffret : la lampe-stylo magique. Certains mots du texte sont écrits avec une "encre invisible" qui devient lisible avec la lampe-stylo. Personnellement, je n'ai pas été convaincue, mais je pense que c'est surtout parce que j'ai passé l'âge...  Je ne doute pas un instant de l'attrait qu'il peut représenter pour un enfant... D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher d'écrire un petit mot invisible à la fin, puisque deux pages permettent à l'enfant d'écrire à son tour des mots invisibles.

 

Bref, un livre magnifique, bien écrit, intelligent et drôle à la fois qui devrait ravir nos jeunes lecteurs ( mais aussi les moins jeunes comme moi) !

Il me tarde d'ailleurs de lire ce qu'en ont pensé Stéphie et son mini-elle !

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 06:48

Pour commencer la semaine en douceur - parce que, croyez-moi, le rythme va être soutenu, nous avons choisi de lire un jeunesse. Un roman sorti tout récemment aux éditions Nathan et qui a déjà reçu quelques bons échos sur la blogosphère!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Tout a commencé avec ce terrible accident : alors qu'il dormait à l'arrière de la voiture, un terrible choc a réveille Tim. Immédiatemment, il en a la certitude, ses parents ainsi que son frère sont morts tous les trois. Sentant l'odeur de l'essence, il parvient à s'extirper du véhicule et à prendre la fuite. Mais il vit alors une drôle d'expérience : il se métamorphose en grizzli et se met à chasser un daim. Ce sera tout ce dont il se souviendra lors de son réveil à l'hôpital. A-t-il rêvé? Est-il devenu fou? Est-ce un traumatisme lié au choc? Les examens médicaux ne révélent aucune lésion au cerveau.  Le professeur McIntyre, un psychiatre spécialisé dans ce type de traumatisme vient tout spécialement pour lui et lui propose d'entrer dans son Institut de recherche. Il lui apprend qu'il n'est pas le seul et que de nombreux humains subissent eux aussi des métamorphoses animales. Persuadé d'avoir été piégé par une secte, Tim organise son évasion. Mais il comprend bien vite que le professeur ne lui a pas menti, et que, pire encore, des hommes se sont mis en tête de chasser ceux que l'on appelle les initiés...

 

Voilà un roman pour la jeunesse comme je les aime!  Une fois commencé, il est très difficile de s'en détacher, et cela pour plusieurs raisons. Le suspense, tout d'abord est très efficace : le lecteur doute beaucoup tout au long de la lecture, de nombreux mystères s'éclaircissent tout au long du roman et ouvrent de nouvelles portes. Plus on avance, mieux on comprend, et meilleur c'est. L'intrigue est captivante d'ailleurs notamment grâce à son originalité : et si nous avions la possibilité d'exprimer notre part animale par le biais d'une métamorphose? Effrayant et drôle à la fois, puisque chaque personnage a un animal qui lui correspond. Et ce n'est pas parfois pas dénué d'humour : ainsi Shariff, qui partage la maison avec Tim et Flora, se métamorphose en homard au gré des marées... Flora, quand à elle tient à garder le secret sur ses métamorphoses, et j'ai beaucoup aimé en apprendre davantage sur elle...

 

Bien entendu, ce n'est pas toujours facile à gérer et la cohabitation s'avère parfois chaotique! Mais lorsqu'ils sont menacés, les initiés savent faire preuve de solidarité, et prendre des risques pour venir en aide à leur congénère. Et c'est là encore quelque chose qui m'a plu : pas de temps mort dans ce roman, les actions s'enchaînent, et parfois même se déchaînent, pas le temps de s'ennuyer!

 

Bref, voilà un roman qui remplit pleinement son rôle : une histoire captivante, un univers original et bien construit, des personnages attachants, une pointe d'humour et de l'action! Voilà qui devrait ravir les jeunes, et les moins jeunes!

 

Voyons maintenant ce qu'en a pensé Stéphie.

Et à demain pour une nouvelle lecture commune!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 06:51

Je vous propose aujourd'hui un peu de littérature de jeunesse... La couverture à elle-seule avait déjà retenu toute mon attention, et le contenu a achevé de me convaincre. Lisez plutôt :

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Manon est une adolescente comme tant d'autres. Ses parents sont divorcés, elle vit donc la plupart du temps chez sa mère mais passe un week-end sur deux, ainsi que la moitié des vacances chez son père. Sa mère, Suzanne, n'a pas refait sa vie, et passe son temps à se morfondre sur son sort. Son père Paul s'est remarié avec Florence qui avait déjà une fille Léa. Entre Manon et Léa, la guerre est déclarée : elle ne peuvent pas se sentir. Alors lorsque Manon se voit contrainte d'aller passer les vacances en Normandie avec son père, en lieu et place d'un séjour au Maroc avec sa mère, elle est bien décidée à leur en faire voir de toutes les couleurs...  D'autant que les vacances commencent mal : Yolande, la mère de Florence les accompagne et elle a déjà investi la chambre de Manon. Cette dernière doit choisir : dormir avec Léa, son ennemie jurée ou partager son espace avec Yolande, la mémé...  Elle choisit Yolande et décide de mener une étude sur les mémés qui va la conduire à se passionner pour les romans-photos...

 

Ce livre se présente comme un carnet, celui dans lequel Manon écrit ses pensées:

 

"J'ai décidé dès le début que mon carnet ne ressemblerait pas à un journal secret avec une petite clef-clef dorée. C'est quoi alors? Plutôt des chroniques où je peux écrire ce que je veux quand je veux. Archi liiiiibre. Le genre : les pensées d'un philosophe quoi. En plus cool."

 

C'est un très bel objet livre, fermé par un élastique, illustré et coloré sur un papier de qualité. Voilà qui commence plutôt bien et qui donne envie de se plonger dans cette lecture.

 

Et croyez-moi, ça vaut le détour, ces pensées sont tout simplement hilarantes! Manon a du caractère, de la répartie et elle porte un regard à la fois objectif et terriblement caricatural sur le monde qui l'entoure. J'ai beaucoup ri, surtout à la lecture du roman-photo qu'elle se met en tête de réaliser : les aventures de Brandon, Pamela et Kimberley... ou encore lorsqu'elle s'amuse à relooker le principal du collège et son adjointe. De nombreuses illustrations viennent ainsi colorer le carnet de Manon pour notre plus grand plaisir.

 

Et si Manon plaira aux adultes, elle plaira encore plus aux adolescentes qui s'identifieront à elle sans mal. D'ailleurs, au delà de son aspect humoristique, ce livre permet aussi de beaucoup dédramatiser des situations familiales devenues courantes. Avoir des parents divorcés ou vivre dans une famille recomposée n'est pas toujours facile pour un ado mais c'est évoqué ici avec beaucoup de légéreté et de dérision. Manon aborde également les difficultés de communication entre les enfants et leurs parents, un sujet d'actualité, à n'en pas douter!

 

Bref, une lecture très plaisante, légère et vraiment drôle qui ravira autant les adolescents que les grands!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 06:35

J'avais tout d'abord choisi de vous parler d'un autre titre : Les mots des riches, les mots des pauvres mais l'exemplaire que j'ai acheté est défectueux... en son centre j'ai trouvé cinquante pages issues d'un traité de philosophie. L'éditeur, efficace, va me le remplacer, mais comme le délai était court, j'ai commandé un autre titre, qui m'est arrivé, lui, en entier... Ouf, je suis dans les temps pour notre rendez-vous!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Nous vivons dans une époque où les enfants sont rois... et où de nombreux parents se sont quelque peu laissés déborder ( doux euphémisme ) par les caprices de leur progéniture. Jean-Louis Fournier propose ici un petit guide à l'usage des parents qui ne veulent plus se laisser marcher sur les pieds. Un guide qui a pour but de vous convaincre d'une seule chose : ne faites pas d'enfant! Et si le mal est fait, tant pis pour vous, vous en prenez au moins pour trente ans ( sur le mode Tanguy... ) et un enfant, ça coûte cher. Et surtout il faut l'éduquer et lui assurer un avenir. Tout ceci sans espérer la moindre reconnaissance de la part de votre chérubin car l'enfant est un être ingrat...

 

"Regardez un bébé qui boit son biberon.

Vous avez devant vous un petit animal seulement préoccupée de son bien-être.

Vous pouvez crever à côté de lui, la gueule ouverte, il s'en fout.

Tant qu'il est bien, tout va bien."

 

Quand ce petit animal aura grandi, avec si besoin quelques châtiments corporels, et que vous penserez enfin être tranquille, il se reproduira à son tour... Et c'est vos petits-enfants qui prendront la relève...

 

Celles et ceux qui me connaissent un peu vous le diront : ce livre a été écrit pour moi, c'est certain! D'abord, parce que je n'aime pas les morveux, comprenez les enfants qui sont mal élevés, à la sauce Super Nanny. Ensuite, parce que, bien évidemment, tout ceci est du second degré...  et que j'adore l'humour cynique de Jean-Louis Fournier. J'ai donc ri de bon coeur du début à la fin de ce petit livre qui se dévore d'une seule traite en moins d'une heure. L'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère, même si au fond la vérité n'est jamais très loin :

 

"Avant, les enfants avaient peur de leurs parents, c'était bien.

Maintenant, ce sont les parents qui ont peur de leurs enfants, c'est pas bien."

 

Un bon moment de lecture donc, comme chaque fois que je me plonge dans l'un des livres de Jean-Louis Fournier!

 

logo fournier

 

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 09:34

Lune de printemps

 

Après la folie des vampires, c'est au tour des loups-garous d'avoir la côte. Fan des premiers, je ne leur ai cependant pas juré fidélité. Je me suis donc plongée dans ce récit lupin avec beaucoup de curiosité, surtout que j'en avais entendu le plus grand bien...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Indiana Teller n'est pas un loup-garou. Son père en était un. Sa mère, non. Cette dernière est une rebrousse-temps, une créature magique très rare capable de s'éclipser pour voyager dans le temps. Indiana, lui, n'a encore développé aucune des caractéristiques de l'un ou de l'autre. Il est humain, et cela ennuie beaucoup ses grands-parents qui sont chargés de son éducation depuis la mort de son père et l'internement de sa mère. Ils espèrent toujours qu'il évoluera avec le temps. Depuis sa naissance, une loi interdit aux loups-garous de se marier avec des humaines, auquel cas leur enfant serait immédiatement tué. Le secret des loups-garous doit être bien gardé, et le grand-père d'Indiana, loup Alpha de la meute, y veille. Aussi, lorsque le jeune garçon part pour l'université, sa famille le met en garde, il ne devra fréquenter que des louves et ne surtout pas avoir de relation amoureuse avec une humaine, auquel cas cette dernière serait abattue. Mais l'amour ne se contrôle pas, et Indiana rencontre Katerina, une humaine...  Il veille cependant à conserver ses distances, pour la protéger. Mais Tyler, son rival, lui aussi loup, ne cache pas ses sentiments pour la jeune fille, au risque de la mettre en danger...

 

Dès les premières pages, j'ai été conquise par le personnage d'Indiana. C'est lui qui mène la narration et il le fait avec beaucoup d'humour et quelques clins d'oeil pour le lecteur :

 

"Oh, mince alors, encore une histoire de loup-garou. Avec hurlements, morsures et bagarres avec les vampires à la clef.

Pas du tout."

 

Par ailleurs, c'est un personnage très attachant, parce que vivre au milieu des loups quand on n'en est pas un n'est pas une sinécure. Il a beau être le petit-fils du chef de meute, il souffre de ne pas être comme les autres. Pire, on se moque de lui, de sa lenteur, de son manque de réflexe. J'ai aimé la volonté avec laquelle il s'entraîne pour tenter d'améliorer ses conditions physiques. Indiana est intelligent, volontaire et attachant.

 

Le suivre dans ses aventures fut donc un véritable plaisir, d'autant que le roman ne manque pas d'actions et ménage un suspense parfois intenable. Le lecteur se prend d'amitié pour Katerina, bien évidemment, et voudrait la voir sortir des griffes de l'horrible Tyler. Mais c'est bien plus qu'une rivalité amoureuse qui se cache derrière tout cela. Car Tyler n'est autre que le petit-fils du plus ancien rival de son grand-père. Et ce qui ressemble à une simple broutille d'adolescent pourrait bien se transformer en guerre des clans. Et les loups-garous ne font pas de cadeaux dans ce cas...

 

De l'amour, de l'action, des rivalités, du suspens, le tout dans un univers magique très bien pensé, ce premier tome d'Indiana Teller m'a convaincue et j'ai hâte de lire la suite de ses aventures qui promettent d'être tout aussi géniales!

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 08:09

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre jusqu'à ce que je croise l'avis de Dolly. Il ne fallait guère plus que cet avis pour me convaincre de commander ce livre dans la foulée. Et oui..., je suis faible! Et comme en plus ces dessins sont publiés aux éditions Sonatine, j'espérais bien ne pas être déçue!

 

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

Point d'histoire dans ce livre mais des histoires sous la forme de dessins humoristiques. Des dessins très simples, en noir et blanc, qui mettent en scène des personnages tels que des enfants pourraient les dessiner. Et pourtant, ce livre n'a rien d'enfantin. Accompagné d'une légende ou de bulles, chacun de ces dessins fait mouche, à condition bien sûr d'être sensible à cet humour très particulier qu'est l'humour noir... Des sujets très délicats sont abordés, tels que la mort, la guerre, ou encore la pédophilie. Certains dessins sont vraiment crades, voire choquants, mais qu'est-ce que c'est drôle! J'ai enchaîné d'une seule traite les 185 dessins qui composent ce recueil et j'ai passé un excellent moment, me demandant chaque fois ce que l'auteur allait nous réserver à la page suivante.

 

Si vous aimez l'humour noir, foncez et lisez ce livre, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçus! Par contre, si c'est quelque chose qui vous rebute habituellement, passez votre chemin!!

 

Et puis, plutôt qu'un long article, je pense que quelques extraits achèveront de vous convaincre. Ou pas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 07:44

Rien de tel qu'une petite lecture coquine pour bien commencer les vacances, étendue sur l'herbe au soleil... Mes dernières lectures de ce genre m'avaient plutôt déçue, alors j'ai profité d'un partenariat proposé par Blog-o-book et les éditions Héloïse d'Ormesson ( que je remercie tous deux ) pour renouveler l'expérience, en espérant qu'elle soit meilleure...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire:

 

Alors qu'il vient d'être embauché dans une banque japonaise, le jeune André Bernard, tout juste diplômé, accepte de suivre l'un des grands patrons pour prendre un verre à la sortie du bureau. Mais Nathan l'emmène dans un endroit assez particulier, où les serveuses sont presque nues... D'abord surpris, André se laisse vite détendre par l'ambiance échauffée des lieux, se surprenant même à apprécier les gestes toujours plus pressants de son patron. Tous deux finissent alors la soirée chez André. Ce dernier est un peu perturbé par cette expérience, la première avec un homme... Et d'ailleurs, ce n'est pas une simple aventure mais bien une véritable relation qui commence : le jeune homme est en train de tomber amoureux.

Pourtant, tout se complique lorsque Nathan, la veille de partir quinze jours pour un voyage d'affaires, présente son épouse à André. Ces derniers tombent rapidement dans les bras l'un de l'autre. S'ensuit une relation cocasse où André doit jongler pour voir ses deux partenaires, ces derniers ne sachant bien évidemment qu'ils ont le même amant...

 

Alors qu'ai-je pensé de ce livre? Pour le côté érotique, je ne suis pas vraiment convaincue. Par contre, j'ai adoré l'histoire complètement rocambolesque! Commençons par l'érotisme donc, j'ai trouvé que les scènes manquaient de saveur ( pardonnez-moi l'expression... ), elles sont effleurées et trop peu développées à mon goût. Par exemple, lorsqu'André rejoint Nathan dans son bureau et qu'ils ne résistent pas à l'envie d'une petite partie de jambes en l'air, cela est décrit en quelques lignes, alors qu'il y aurait sans doute eu matière à développer. Pas seulement sur l'acte en lui-même, mais aussi sur le stress de voir entrer quelqu'un, d'être surpris.

 

Concernant l'histoire, par contre, j'ai adoré! Que c'est drôle! Comme les situations sont cocasses! Nathan et Sybil sont, certes, un couple libre, mais avoir le même amant sans le savoir pose certains problèmes de gestion... D'où le titre du roman car André est obligé de tenir un agenda pour organiser ses rencontres avec l'un ou l'autre, en leur ménageant également des soirées où ils sont ensemble afin de ne pas éveiller les soupçons... Et pour ne pas s'ennuyer ces soirs là, il invite la secrétaire qui, à l'occasion peut lui servir d'alibi, revoit l'une de ses ex ou sort dans les boites gay. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir mais tout ceci donne lieu à des situations terriblement cocasses et se termine dans un imbroglio extraordinaire.

 

A lire pour le plaisir donc, mais pas forcément celui auquel on s'attend...

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article