Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 18:00

C'est dans le cadre de la dernière masse critique Babelio que j'ai reçu ce livre : une anthologie d'expressions nées dans des familles et parfois transmises de générations en générations... des expressions peu connues donc puisque limitées à certaines sphères familiales, mais des expressions aux origines toutes plus savoureuses les une que les autres...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

J'ai pour habitude de commencer par un petit résumé de l'histoire, mais ici il n'y a pas une, mais plusieurs dizaines de petites histoires qui expliquant l'apparition de ces expressions, car croyez-moi, on ne devient pas une conne à sucre par hasard! L'auteur expose clairement son projet dans un préambule : recenser des expressions qui ont un sens précis, et qui ont été inventées pour une utilisation familiale.

 

 

Seulement, ces inventions ont toutes une origine et chaque expression est accompagnée de sa petite anecdote, qui est généralement très drôle! Il faut dire que bien souvent les ancêtres en prennent pour leur grade : les vieilles tantes sont mises à mal, sans oublier les belles-mères! Ainsi la cuiller belle-mère, c'est celle qui vient de glisser dans le plat et qu'on ne sait plus par quel bout prendre... Mais parfois, l'explication est historique et très sérieuse. Ainsi, vous apprendre en lisant ce petit recueil ce qu'est le trou de ma soeur. J'en vois déjà qui rigole, eh bien détrompez-vous, cela n'a rien à voir avec ce à quoi vous pensez!

 

 

Par ailleurs, pour ne rien gâcher, Cookie Allez a un véritable talent de conteuse. Elle-même manipule très bien les jeux de mots et expressions, et elle interpelle régulièrement le lecteur, lui offrant un véritable rôle. Un petit livre à butiner pour se donner le sourire. Vous pourrez même le sortir lors de vos repas de famille puisque la dernière partie du livre est consacrée aux devinettes. Cela évitera ainsi que vos invités aient une attaque de stores...

 

 

 

Et pour finir, en voici quelques-unes... Saurez-vous en trouver le sens?

 

*** avoir un défaut de carrelage *** ( on peut dire que ce petit recueil n'en a pas... )

 

*** mettre les araignées à pied ***

 

***aller vérifier la roue arrière***

 

Un grand merci à Babelio et aux éditions Buchet-Chastel pour cet agréable moment de lecture!

 

                                                                    

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 13:40

C'est grâce au forum Livraddict que j'avais pu découvrir en février les éditions Abel Bécanes. Souvenez-vous je m'étais régalée à la lecture de Tête de piaf de Philippe Crognier . C'est pourquoi j'ai sauté sur l'occasion quand un nouveau partenariat avec ces éditions a été proposé à la fin du mois de juin. J'ai ainsi pu découvrir un nouveau titre de leur catalogue qui gagne à être connu.

 

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

"Et avec ceci", trois mots prononcés plusieurs dizaines de fois par jour dans un supermarché. Le supermarché d'une petite ville où tout le monde se connaît et où les rumeurs vont bon train, surtout depuis que la jeune Mélanie a été retrouvée assassinée sur le parking. Un défilé de clients venus faire leurs emplettes mais aussi en quête d'informations sur le drame. Des clients qui sont le prétexte pour l'auteur à une galerie de portraits : Zorro, le mec un peu paumé qui vit de petits boulots et vient acheter son vin chaque jour, Germain, retraité de la Poste qui a gardé un goût prononcé pour la couleur jaune, Lydie qui porte des vêtements assortis à la voiture tunning de son petit ami, Jennifer qui a su quitter un mari violent ... Des vies simples, comme le dit si bien Jean-Louis Rambour " des petites vies d'ici, barrées elles aussi, codées, vécues à force de listes de courses, de bouteilles pour arroser les dates retenues, de menus de fête, de régime, du quotidien le plus banal, le plus insipide, comme du pain sans sel, du vide, du vide, de l'incorrigible vide".

 

Eh bien de ce vide, l'auteur a réussi le pari de faire un très beau livre. Un livre à la fois touchant et drôle. Touchant, parce que ces personnes, bien que banales, sont criantes de vérité. On reconnaît forcément en l'un d'eux, quelqu'un de notre entourage, un ami, un membre de la famille, ou cet anonyme que l'on croise régulièrement au supermarché. Touchant parce que l'auteur a choisi de nous parler essentiellement de gens qui souffrent, qui font pitié et que ces gens il en parle avec une grande tendresse. Et une fois n'est pas coutume, je vais encore citer un passage qui illustre selon moi très bien ce petit roman : " Mais ainsi est le talent, qui d'une réalité triviale, aboutit à l'émotion". Zorro, par exemple, m'a beaucoup touchée, et pourtant qui dans la vraie vie se retourne sur le paumé du coin, alcoolique, qui va acheter son vin bon marché sur sa vieille mobylette? Mais ce petit roman n'a pas pour but de faire pleurer dans les chaumières, car il est également très drôle. L'auteur se moque gentiment de ses personnages et de l'ironie du destin car la mort n'est jamais loin. Il porte un regard amusé sur eux et ses propos sonnent toujours très justes. Certains passages sont truculents, et je vous en livre un que j'ai particulièrement apprécié : " Maintenant, pour l'enterrement, on a bien le droit d'utiliser des mots de notaires même si on n'a jamais acquis que le droit de travailler et de se taire ; des mots des affaires supérieures de la vie, des mots de la Justice, bref du grand monde. La cérémonie n'a pas lieu dans mais en l'église. Claudette n'est pas la femme de Claude mais son épouse. Le cadavre devient la dépouille mortelle, qui est inhumée dans ledit cimetière de ladite paroisse. Même Thierry Dechaunes comprend cette langue et pourrait la raper sans difficulté, le pied battant le pare-chocs pour mesurer le rythme."

 

Vous l'aurez compris, il y a des petits bonheurs de lecture à dénicher aux éditions Abel Bécanes que je remercie chaleureusement ainsi que Livraddict pour l'envoi.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 21:33

La lecture du dimanche

 

J'ai lu de nombreux articles sur ce roman jeunesse, et tous étaient très enthousiastes... Ce livre avait donc tout pour me plaire puisqu'il fait partie de la collection Blackmoon chez Hachette Jeunesse, une collection qui me plaît non seulement pour l'esthétique des couvertures, mais aussi pour les histoires proposées. Et comme il a atterri également sur la PAL de Stéphie, nous avons décidé d'en faire une lecture commune.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Ethan, jeune lycéen est hanté par un rêve : il rêve d'une jeune fille en danger qu'il tente de sauver de la chute par tous les moyens. Le jour de la rentrée, c'est la stupeur : il reconnaît en Lena, une nouvelle élève, la jeune fille de son rêve. Mais très vite, cette dernière est rejetée par ses camarades et pointée du doigt par toute la ville. C'est qu'Ethan vit dans une petite ville de Caroline du Sud, encore très marquée par la guerre de Sécession : les étrangers ne sont pas les bienvenus et on leur mène la vie dure. Et en plus, Lena est la nièce de Ravenwood, un homme que l'on considère comme un vieux fou : il ne sort jamais de son domaine qui a bizarrement échappé aux grands incendies plusieurs dizaines d'années auparavant. Mais Ethan refuse de hurler avec les loups quitte à s'attirer les foudres de toute la communauté, ses amis y compris. Seulement, il ignore encore que Lena est menacée par une terrible malédiction qui anéantira peut-être leur amour le jour de ses seize ans...

 

Les romans pour la jeunesse sur le thème de l'amour impossible sont très nombreux et de qualité inégale. 16 Lunes fait partie selon moi, des romans de qualité! Plusieurs aspects de ce roman ont attiré mon attention. D'abord le choix du narrateur : ici, contrairement à ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant, c'est le jeune homme qui raconte son histoire, ce qui enlève tout le côté guimauve que peut avoir le récit d'une adolescente amoureuse... Pour autant, Ethan ne manque de romantisme. C'est un personnage attachant, non seulement par sa relation avec Lena, mais aussi plus généralement avec les femmes de son entourage : sa maman, décédée quelques années plus tôt et dont il a encore beaucoup de mal à parler, et Amma, la gouvernante qui s'occupe de lui, une dame haute en couleur qui se livre à des pratiques vaudou et parsème ses amulettes dans toute la maison. Lena est également un personnage que j'ai beaucoup apprécié  : son histoire est originale et très intéressante, liée à une malédiction historique. Je ne veux pas trop en révéler là-dessus car j'ai vraiment pris plaisir à découvrir peu à peu les différents éléments et je ne voudrais pas en gâcher la découverte pour de futurs lecteurs. Je dirai juste que les retours en arrière qui permettent de l'expliquer m'ont vraiment plu, cela donne un petit côté désuet au roman très appréciable. Et surtout, j'ai envie d'ajouter que cela contribue à faire de 16 Lunes, un roman intelligent. Parce que l'on y apprend aussi des choses. D'une part sur cette terrible guerre de Sécession dont je ne connaissais que peu de choses. Mais pas seulement. Le roman est truffé de références et de citations littéraires, notamment à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee qui est très justement cité avant le roman. Et pour couronner le tout, je l'ai trouvé particulièrement bien écrit, avec un vocabulaire plutôt recherché. Bref, un roman que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire et que je vous recommande chaudement! J'attends maintenant avec impatience le mois de novembre pour pouvoir lire le deuxième tome de ce qui sera une trilogie : 17 Lunes. Je pense que Stéphie ne me contredira pas, allons lire son billet de ce pas!

 

calepin-2.jpg

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 10:15

Voilà un petit moment que je ne m'étais pas replongée dans un Jonquet, un auteur que j'ai découvert l'an dernier pour mon plus grand plaisir! Alors, comme deux titres m'attendaient encore dans ma PAL, j'ai profité de mon envie de thriller pour pénétrer dans le manoir des immortelles...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Un homme mystérieux qui se fait appeler Hadès surveille depuis un studio les allées et venues dans l'appartement d'en face. Il attribue un numéro aux différents visiteurs avant de les prendre en filature. De son côté, Salarnier se trouve confronté à une enquête déroutante : le médecin légiste avec qui il a l'habitude de travailler est retrouvé décapité sur un chantier. Et l'outil qui a été utilisé pour lui couper la tête est pour le moins inhabituel... D'autant plus inhabituel que Salarnier fait rapidement le rapprochement avec d'autres cadavres qui ont été retrouvés assassinés dans les mêmes conditions... Mais rien ne semble pouvoir relier les différentes victimes, à moins que...

 

Dès les premières pages, pas de doute, on sait qu'on vient d'ouvrir un Jonquet. Son univers si particulier est là, tout est fait pour perdre le lecteur, pour lui enlever tout repère. En effet, l'auteur aime embrouiller l'esprit du lecteur, le mener sur un chemin qu'il devra d'abord parcourir à l'aveuglette avant de comprendre peu à peu ce dont il est question. Mais Jonquet, je commence à le connaître, et cette fois, j'avais compris certaines astuces dès les premières pages. Cela n'enlève pas le plaisir de la lecture, bien au contraire... car je savais que j'étais attendue au tournant et que ce que j'avais deviné n'était qu'une petite partie de ce qu'il y avait à comprendre. L'auteur nous sert une fois de plus un roman sombre à souhait, avec un tueur complexe. La mort est omniprésente, d'une part avec les meurtres, mais aussi par la maladie à laquelle font face Salarnier et son épouse, gravement malade. J'ai beaucoup aimé la manière dont Jonquet traite le cancer de Martine, il propose une véritable réflexion sur la maladie et la mort et donne par la même occasion, une épaisseur particulière à son enquêteur. Encore un très bon Jonquet, et il me tarde de me plonger dans le prochain!

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 14:00

La lecture du dimanche

 

Je vous le disais hier, la lecture de Hush m'a donné envie de me replonger dans une série de thrillers... d'autant que j'en ai quelques-uns qui attendent leur tour sur ma PAL! Cela tombe bien, puisqu'avec Stéphie, nous avons choisi cette semaine de lire un thriller que nous avons toutes deux reçu grâce aux éditions First et à Suzanne de chez les filles que je remercie.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Un sous-marin nucléaire français, Le Terrible, a été détourné. Rapidement, un courrier est envoyé au Président : le groupe Jéricho revendique le détournement et menace de lancer les missiles nucléaires si deux de leurs revendications ne sont pas acceptées sous dix jours : libérer un prisonnier iranien et verser une somme d'argent sur un compte secret. Parallèlement, plusieurs cadavres sont retrouvés : un guide du musée du Louvre est retrouvé décapité, mais la tête a disparu, et un cheminot semble avoir été attaqué par une bête sauvage. On l'a retrouvé dans une pièce jusqu'alors inconnue des sous sols de la gare d'Austerlitz dans laquelle se trouve un tombeau vieux de 200 ans. Le lieutenant Lazare va devoir démêler cet écheveau complexe et faire le lien entre ces affaires en apparence différentes et classées pour certaines "secret défense". Mais comme le lui répétait sans cesse son père " Lazare, dans la vie, il n'y a pas de hasard" , tout finit par prendre sens...

 

Voilà un thriller pour le moins déroutant! J'ai passé un excellent moment de lecture, mais maintenant que le livre est refermé, j'ai l'impression de ne pas avoir obtenu toutes les réponses, de ne pas avoir compris certaines motivations et certains enjeux. Disons que la construction même du roman est propre à nous embrouiller : les époques et les points de vue se mélangent. Tout commence en 1816 avec le naufrage de la Méduse et ses rescapés pour se poursuivre de nos jours, entre un malade mental qui souffre de migraines, la Brigade criminelle et un groupe d'intervention secret mené par les hautes instances de l'Etat. Autant dire qu'on ne s'ennuie pas un instant, ou presque! Au début, le lecteur est un peu perdu, puis peu à peu les différents éléments font sens. J'ai trouvé le rythme haletant, la menace pesante grâce à cette idée de l'ultimatum. On évolue assez rapidement, et malgré les 400 pages, ce roman se lit relativement vite. Certains passages m'ont un peu ennuyée, notamment lors des réunions du fameux groupe secret dans lesquelles un certain professeur Champagne intervient, mais ces passages ne sont pas si nombreux. Les personnages sont nombreux, et j'ai trouvé que l'auteur avait tendance à les multiplier, parfois à bon escient puisque la majorité d'entre eux ont un rôle bien défini, même si minime. Mais certains m'ont semblé en trop, contribuant à rendre le roman confus.

 

En bref, un bon moment de lecture, un thriller qui a réussi à me happer et que j'ai eu du mal à lâcher, mais qui me laisse une impression un peu plus mitigée une fois le livre refermé, une certaine frustration de ne pas avoir obtenu certaines réponses, comme le rôle de cette fameuse troisième table... J'ai hâte de connaître l'avis de Stéphie qui, je le crains sera beaucoup moins positif que le mien!

 

calepin-2.jpg

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 20:34

J'ai toujours été fascinée par ces femmes qu'on a accusées de sorcellerie et qui en ont payé de leur vie. Alors quand Blog-o-book a proposé un partenariat avec les éditions XO pour découvrir ce titre, je n'ai pas hésité une seconde... Et je les remercie chaleureusement tous deux pour cette découverte!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Connie est étudiante en histoire. Sa mère l'a chargée de faire le tri dans la maison de sa défunte grand-mère afin d'organiser une vente qui permettra d'éponger des dettes accumulées depuis plusieurs années. Mais elle va faire une découverte qui va bouleverser sa vie. Dans une vieille Bible, elle trouve une clé dans laquelle est enroulé un papier sur lequel figure un nom : " Deliverance Dane".  Aussitôt sa passion pour l'histoire l'amène à faire des recherches pour tenter d'identifier cette Deliverance.  Connie ne tarde pas à découvrir que cette femme était l'une des sorcières de Salem condamnées à la pendaison en 1692 et qu'elle aurait laissé en héritage à sa fille un précieux livre de recettes. Connie n'a plus qu'une idée en tête : trouver ce précieux grimoire. Mais bientôt des phénomènes étranges surviennent...

 

Voilà un livre fort intéressant! L'auteur s'est inspirée de sa propre histoire : l'une de ses ancêtres a été accusée de sorcellerie lors de la chasse aux sorcières de Salem, et si les historiens ont montré que ces femmes avaient été condamnées à tort, Katherine Howe prend le parti  inverse en nous présentant des femmes avec un véritable pouvoir magique. Ce pouvoir a été consigné dans un livre qu'elles se lèguent de mères en filles. Et, le lecteur, à l'image de Connie est totalement envoûté par la quête de ce livre à travers archives et bibliothèques et a hâte d'en connaître le contenu.  J'ai apprécié également les interludes - c'est ainsi que l'auteur les a nommés - qui nous plongent dans le passé, et nous permettent de rencontrer Deliverance et de comprendre exactement ce qui s'est passé à l'époque. Ces différents passages m'ont fascinée, et donnent un rythme haletant au roman puisqu'on passe d'une époque à une autre avec l'envie de savoir ce qui se passera ensuite. Malgré cela, l'ensemble reste assez léger et se lit très facilement, ce qui me semble l'idéal en cette période de vacances. En effet, Connie ne se contente pas de jouer à l'apprentie sorcière, elle découvre également l'amour avec Sam. J'ai donc passé un très bon moment avec ce roman qui mêle histoire, magie et amour, le tout savamment dosé!

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 17:15

La lecture du dimanche

 

Je vous parlais il y a deux mois du premier tome de cette série : evermore qui m'avait pas mal enthousiasmée. Naturellement, j'ai donc eu envie de lire la suite... Et comme Stéphie avait prévu de la lire également, nous avons décidé d'en faire une nouvelle lecture du dimanche.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

***Attention, ce résumé contient plusieurs spoilers sur le premier tome*** Damen a offert l'immortalité à Ever, ils peuvent maintenant vivre pleinement leur amour. Ever est d'ailleurs prête à se donner à Damen après un long moment d'hésitation. Ils ont réservé une suite qu'ils rejoindront après avoir avoir assisté à la représentation théâtrale dans laquelle joue Miles, un de leurs amis. Seulement, Damen sort chercher la voiture et ne revient pas chercher Ever.  Morte d'inquiétude, elle le cherche tout le weekend jusqu'au lundi où il est de retour au lycée comme si rien ne s'était passé. Pire, il l'ignore totalement et se rapproche de Stacia, la bimbo de la classe. Cela ne ressemble vraiment pas à Damen et Ever est vite persuadée qu'on lui a jeté un sort. Elle soupçonne d'ailleurs Roman, un nouvel étudiant qu'elle ne parvient pas à cerner...

 

D'abord, je dois dire que j'ai eu un peu de mal à reprendre le fil de l'histoire. J'ai lu pas mal de séries jeunesse du même genre ces derniers temps, et à force on a tendance à confondre les différentes intrigues. J'ai déjà signalé en effet le manque d'originalité de ces romans jeunesse qui exploitent tous les mêmes thèmes.  Du coup, j'aurais apprécié un rappel des événements précédents dans les premières pages. Certes, certains événements sont rappelés mais plutôt au fil du roman. Une fois cette première difficulté surmontée, je me suis plongée dans l'intrigue sans grande conviction. Autant le premier tome m'avait plutôt emballée, autant ici je me suis ennuyée. Les voyages incessants dans l'Eté perpétuel, une sorte de monde parallèle dans lequel se trouve la vérité, ne m'a pas convaincue. Et j'ai même trouvé l'ensemble assez brouillon, entre les elixirs, les antidotes, la lune bleue...  j'ai eu l'impression que l'auteur s'était emmêlée dans sa propre intrigue et je dois reconnaître que je m'y suis perdue... Un élément cependant a retenu mon attention : le personnage de Roman autour duquel un mystère plane jusque dans les dernières pages. Ce personnage donne une certaine dynamique au roman et permet de conserver suffisamment de suspens pour intriguer le lecteur et lui donner envie de tourner les pages. Néanmoins, lorsque l'on apprend sa véritable identité, j'ai été encore une fois ennuyée : comment se fait-il que ce personnage n'ait jamais été évoqué auparavant et comment Damen pouvait-il en ignorer l'existence? Une nouvelle incohérence selon moi... Malgré tout, les dernières pages sont assez intriguantes pour m'avoir donné envie de jeter un oeil au tome 3 ... Comme quoi, on ne se refait pas!

 

Je me demande ce que Stéphie a bien pu en penser et je cours lire son avis!

 

calepin-2.jpg

Partager cet article
Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 19:56

L'annonce de la sortie d'un cinquième tome de la saga Fascination m'avait presque rendue hystérique et j'attendais avec impatience de pouvoir le lire! J'ai adoré les quatre premiers tomes et j'avais refermé Révélation avec grands regrets. Autant dire que j'attendais beaucoup de ce nouvel opus...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Souvenez-vous : dans Hésitation, la méchante Victoria avait créé une armée de jeunes vampires assoiffés de sang afin de combattre les Cullen. Bree Tanner est l'une de ces jeunes personnes qui ont été transformées. Nous la suivons donc dans ses premiers pas de vampires sous la coupe de Riley qui travaille pour Victoria. Ce dernier leur interdit de sortir le jour, car cela les réduirait en cendre. Les jeunes vampires ne peuvent donc chasser que la nuit. Mais très vite, Bree se rapproche de Diego, un autre vampire nouveau-né, et à eux deux, ils vont vite comprendre qu'ils ne sont que les marionnettes d'une terrible machination. Mais le piège semble déjà se refermer sur eux...

 

D'abord, je dois dire que ce nouveau tome se lit tout seul, et ce pour plusieurs raisons : la première, la plus simple, c'est qu'il est très court, presque trop d'ailleurs. La seconde, c'est que d'avoir le point de vue d'une vampire est très intéressant. ***Attention spoiler sur Révélation*** Certes Bella devient vampire dans le quatrième tome mais elle réussit très vite à se maîtriser et elle souffre finalement très peu. ***Fin du spoiler*** Ici, Bree souffre terriblement de cette soif de sang humain qui reste incontrôlable. Elle inspire à la fois peur, dégoût et pitié. Enfin, la dernière raison, c'est que l'on tourne les pages avidement dans l'espoir de voir apparaître enfin Bella et surtout les Cullen. Tout ce dont j'avais envie, c'était de retrouver ces personnages qui avaient su me transporter et me faire rêver... Alors autant le dire tout de suite, ils n'apparaissent que dans les dernières pages de ce roman. Et si j'étais ravie de les retrouver, cela m'a laissé un goût de trop peu... Alors j'ai bien conscience que le but de l'auteur était d'éclaircir la vie de Bree Tanner et non pas de s'apesantir sur les Cullen. Je le savais même avant de commencer le livre, mais je gardais l'espoir de retrouver cette magie des premiers tomes. Malgré tout, j'ai passé un très bon moment avec ce roman et je ne regrette pas de l'avoir lu. J'espère seulement que Stephenie Meyer trouvera le moyen de nous redonner à lire les aventures de Bella et Edward...

 

Un grand merci à Cécile des éditions Hachette Jeunesse.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 21:07

La lecture du dimanche

 

Stéphie avait tellement aimé le premier tome qu'elle me l'avait offert, faisant de moi une lectrice heureuse. J'avais littéralement dévoré ce premier tome! Et je faisais partie, comme Stéphie de ces lectrices impatientes de pouvoir lire le second! De ce fait, nous avons décidé d'en faire une lecture du dimanche.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Avoir gagné les précédents Hunger Games n'est malheureusement pas un gage de liberté pour Peeta et Katniss. Cette dernière, en effet, a osé défier le Capitole et Snow, le président n'est pas prêt à laisser passer cela. Lors de la tournée de la victoire, Katniss prend conscience de l'influence de son geste : plusieurs districts sont au bord de la rebellion. Jouer les amoureux avec Peeta risque de ne pas suffire. Et Katniss doit protéger sa famille et Gale, son meilleur ami. Pour cela, elle est contrainte de mettre de côté une partie de ses convictions et de renoncer à certains projets. La répression augmente dans le district 12. La tension monte peu à peu pour atteindre son paroxysme lors de l'annonce de la prochaine session des Hunger Games : la 75è édition. Il s'agit d'une édition particulière, celle des Jeux de l'expiation qui a lieu tous les 25 ans pour rappeller aux rebelles qu'on ne s'oppose pas ainsi au Capitole. Les régles sont alors légèrement différentes. Mais cette annonce risque de changer beaucoup de choses...

 

J'étais vraiment pressée de découvrir ce second tome, sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Je l'ai acheté les yeux fermés, sans lire la quatrième de couverture, ni aucun avis sur la blogosphère. Et si j'ai aimé retrouver les différents personnages que j'avais beaucoup appréciés dans le premier tome, je dois reconnaître que toute la première partie m'a plutôt déçue. Je n'ai pas retrouvé le suspens et le rythme haletant qui m'avaient tant enchantée dans le premier tome. C'est un peu lent et il ne se passe pas grand chose. Cela reste agréable à lire, mais après un premier tome aussi bon, j'en attendais davantage du second. L'action commence vraiment dans la seconde partie du roman et le lecteur est de nouveau plongé dans l'arène pour les jeux, sauf qu'il s'agit d'une édition un peu spéciale. J'ai adoré retrouver cette ambiance de lutte pour la survie, même si ça avait un petit goût de déjà vu. Rien de bien nouveau dans ce second tome... Je m'attendais à être surprise, à trouver un peu d'originalité.

 

Finalement, une lecture agréable, mais dont j'attendais un peu plus...

Allons voir ce que Stéphie en a pensé.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 06:30

J'attendais ce rendez-vous avec impatience, le moment est enfin arrivé de publier nos billets sur Fred Vargas! Je n'avais encore rien lu de cet auteur, j'ai donc choisi de commencer par ce titre, qui est le tout premier. En effet, vous avez été nombreux ( nombreuses? ) à conseiller de les lire dans l'ordre. J'ai donc suivi vos précieux conseils...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Un mystérieux inconnu s'amuse à tracer des cercles bleus à la craie sur les trottoirs parisiens. Dans chacun de ces cercles se trouve un objet insolite : bouchon, pince à épiler, briquet, revue, capsule de bière... Cet homme, qualifié de maniaque par la presse accompagne ces mises en scène d'une étrange phrase : " Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors? " On parle beaucoup de ce phénomène, on s'en amuse, mais le commissaire Adamsberg, nouvellement nommé, y voit un mauvais présage. Il est persuadé que l'homme aux cercles bleus, comme on le surnomme désormais, finira par commettre l'irréparable. Il commence donc à mener discrètement l'enquête jusqu"à ce que le temps lui donne raison...

 

Soyons honnête, ça commençait plutôt mal... J'ai eu du mal à entrer dans les premières pages du roman et j'ai bien cru que j'allais m'ennuyer ferme..." Doucement, il avait souri, doucement il avait serré les mains, expliqué et écouté, parce qu'Adamsberg faisait toujours tout doucement." Aïe, moi qui aime l'action et les péripéties palpitantes, voilà qui avait de quoi m'effrayer... Mais on nous l'annonce dès le début : derrière cette nonchalance se cache un génie incroyable. Et en effet, Adamsberg est étonnant, il peut passer des heures à griffoner un carnet ou à marcher, mais ses intuitions sont toujours justes. Et finalement, j'ai pris grand plaisir à découvrir ce personnage. Un commissaire comme je les aime : tourmenté, obnibulé par le souvenir de Camille, "la petite chérie" qui l'a quitté mais surtout un enquêteur incomparable. Fred Vargas lui donne dès ce premier roman ( parce qu'Adamsberg apparaît dans plusieurs de ses romans, et je m'en réjouis à l'avance ) une épaisseur et une ligne de conduite particulièrement intéressante parce qu'originale. Concernant l'intrigue, je l'ai trouvée très plaisante : l'intérêt du lecteur est rapidement éveillé par ce phénomène étrange des cercles bleus, et comme Adamsberg, on pressent que ça ne va pas s'arrêter là ( oui, parce que quand même il est écrit policier sur la couverture, et que ce ne sont pas quelques trombones qui vont mener à l'ouverture d'une enquête ). Par contre, cela peine un peu à démarrer... Mais dans l'ensemble, tout se tient et on ne voit rien venir. Une déception cependant : aucune explication n'est donnée sur la phrase qui accompagne chacun des cercles ( ou alors c'est moi qui ai raté quelque chose? ) et j'aurais aimé en savoir plus à ce sujet.

 

Bref, une lecture très agréable dans l'ensemble. Quelques petits reproches cependant, mais je garde en tête qu'il s'agit là du tout premier roman et qu'il me promet donc de belles lectures pour la suite... Vous l'aurez compris : je n'en resterai pas là, et j'ai hâte de lire tous vos billets ( que vous retrouverez dans l'article ci-dessous ) pour voir ce que me réserve la suite!

 

fred vargas logo

Partager cet article
Repost0