Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 19:15

J'ai découvert Fabrice Colin l'an dernier au cours de mes nombreuses lectures vampiriques avec un titre qui m'avait beaucoup plu et que mes élèves avaient également fortement apprécié : Les vampires de Londres. Il était donc évident pour moi que je lirais d'autres titres de cet auteur. C'est maintenant chose faite, et je peux d'ores et déjà vous dire que je ne m'arrêterai pas en si bon chemin...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

C'est en voulant donner un peu de son temps aux personnes malades que le narrateur a rencontré le Poète. Ce dernier, se sachant condamné lui a remis une enveloppe contenant un livre qu'il lui demande de publier. Dans ce livre, le Poète raconte les différents voyages qu'il a faits autour du monde pour aller à la rencontre de personnes au destin extraordinaire. Ce sont 21 personnes d'horizons différents qui ont accepté de le recevoir et de lui raconter leurs histoires étonnantes :

Le propriétaire d'un restaurant retiré au fin fond du Népal, dans lequel on ne peut se rendre qu'avec un vol en avion des plus dangereux... 

Le résident d'une cité qui suite à la mort de son fils a choisi de redonner vie aux immeubles : les portes sont toujours ouvertures et l'on cultive des légumes sur le toit.

Une toute jeune écrivain pékinoise qui refuse que l'on publie ses romans tant qu'elle n'aura pas écrit les onze tomes qu'elle a prévus.

Une famille romaine qui héberge dans le parc de sa propriété des dinosaures disparus depuis plusieurs millénaires...

 

Et tant d'autres, tous plus farfelus les uns que les autres, cocasses mais aussi touchants et attachants. Fabrice Colin nous offre une galerie de portraits étonnants et savoureux!

Ceux qui ont l'habitude de me lire savent que je ne suis pas particulièrement attirée par les nouvelles ... Eh bien pour une fois, me voilà conquise! Il faut dire que ce roman est un excellent compromis entre le roman et la nouvelle. Si chaque histoire peut se lire indépendamment - on pourrait presque choisir de les lire dans le désordre - elles sont néanmoins reliées par un fil conducteur : le narrateur reste le même et chaque histoire lui permet d'avancer dans son projet : recenser des anecdotes extraordinaires auprès de gens totalement ordinaires. La construction du roman est intéressante et la mise en abime permet d'accrocher le lecteur dès les premières pages, ce qui me semble être essentiel lorsque l'on s'adresse à de jeunes lecteurs de plus en plus réticents à ouvrir un livre... Par ailleurs, le style est agréable, souvent drôle, même si des sujets graves tels que la maladie ou la mort sont évoqués.

Bien entendu, certaines rencontres m'ont moins emballée que d'autres. Je pense à l'histoire du footballeur qui a marqué trois buts incroyables en un seul match. Mais finalement, les thèmes sont si variés que chacun est sûr d'y trouver son compte. Pour ma part, l'une des histoires que j'ai préférée est celle de Jeffrey - le clown de l'hôpital pour enfants - qui m'a beaucoup émue.

 

Une mission réussie pour le poète donc qui entendait montrer aux gens que la vie vaut la peine d'être vécue. C'était un rêveur, un idéaliste. Les rêveurs et les idéalistes finissent leurs jours dans la solitude et l'affliction : c'est là une triste vérité. Leurs histoires ,néanmoins, leur survivent et son libres.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 11:44

Lorsque j'ai eu connaissance de la parution de ce livre, mettant en scène l'une de mes pièces de théâtre préférées, Roméo et Juliette, j'ai aussitôt eu envie de le découvrir. Pour ne rien gâcher, la couverture est absolument magnifique, et une fois le livre en mains, on n'a plus qu'une seule idée en tête : le lire!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Lorsque sa tante Rose décède, Julie est effondrée car c'est elle qui les a élevées, elle et sa soeur jumelle Janice après la mort de ses parents. Mais lors de l'ouverture du testament, Julie doit accuser le coup : tout revient à Janice, alors qu'elle était la nièce préférée de Rose. Elle n'hérite que d'une clé mystérieuse, qui doit ouvrir un coffre dans une banque à Sienne. Elle fait le voyage jusqu'en Italie depuis les Etats-Unis, mais à peine arrivée, d'étranges événements se produisent. Julie se sent suivie, et sa chambre d'hôtel est cambriolée. Pourtant, tout ce qu'elle a trouvé dans le coffre de la banque est un coffret contenant plusieurs documents relatifs à ses ancêtres. Elle découvre qu'elle est probablement une descendante de Giulietta Tolomei, la Juliette qui a inspiré la pièce de Shakespeare.

 

 

Quel roman passionnant! Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. Les personnages sont mystérieux, complexes, tous semblent avoir quelque chose à cacher. Il faut dire que la ville de Sienne a conservé les traces de son passé et que les rivalités entre les différentes familles sont loin d'être apaisées. L'ambiance est lourde, et d'autant plus inquiétante qu'on ne peut jamais savoir d'où viendra le danger.

 

La construction du roman est particulièrement intéressante parce qu'elle alterne les différentes époques. Les documents que découvre Julie - dont le vrai prénom est Giulietta- sont révélés au lecteur au fur et à mesure et nous découvrons la véritable histoire de Roméo et Giulietta qui s'est déroulée à Sienne en 1340, et dont Shakespeare se serait inspiré pour écrire sa pièce. Cette histoire m'a envoûtée, l'auteur a réussi à recréer cette atmosphère si particulière du Moyen-Âge, le rôle du moine est remarquable, et j'ai beaucoup aimé ce personnage. Une histoire magnifique qui a laissé derrière elle une terrible malédiction pour les générations futures, une malédiction qui risque fort de s'abattre sur Julie.

 

Un savant mélange entre roman historique et thriller, le tout aux frontières du fantastique. Un roman qui donne envie de relire la célèbre pièce de Shakespeare. Un roman passionnant et bien écrit qui fera, je pense, parler de lui...

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 09:53

Contes explosifs pour enfants

 

Aujourd'hui, mercredi, j'ai eu envie de retomber un peu en enfance et de vous parler d'un magnfique livre de contes pour enfants qui sera disponible dès demain en librairie. Des contes modernes et explosifs qui plairont à n'en pas douter aux enfants tout aussi explosifs de notre époque!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Les Tollins sont des petites créatures qui vivent à Chorleywood. Les Tollins ressemblent aux Elfes mais en bien plus grand : ils sont beaucoup plus résistants. Ils menaient une existence paisible jusqu'à ce que les humains découvrent qu'ils peuvent les utiliser dans leurs feux d'artifice pour rendre ceux-ci bien plus colorés. Aussitôt la chasse aux Tollins est ouverte... Les pauvres créatures ressortent bléssées de l'explosion et leurs ailes mettent deux mois à repousser. Cette situation ne peut plus durer : Lucio, un jeune Tollin décide de mener l'enquête et de trouver un moyen de fabriquer d'aussi jolis feux artifices, sans utiliser leurs corps. Mais pour cela, il va devoir enfreindre la loi suprême de son peuple et entrer en contact avec les humains pour leur proposer un moyen de substitution. Dès lors, il comprend qu'il a sans doute des choses à apprendre des hommes et il décide de devenir un tollin scientifique...

 

Dès que j'ai eu ce livre entre les mains, je n'ai eu qu'une seule envie : l'ouvrir et le lire! L'image ci-contre ne lui fait pas vraiment honneur. Mais la couverture est un merveilleux compromis entre tradition et modernité. J'ai adoré manipuler cette grosse couverture cartonnée rouge cernée d'un magnifique liseré aux reflets changeants qui m'a rappelé les livres de mon enfance. Mais ici, pas de prince charmant, pas de sorcière, pas d'ogre, mais une toute petite créature ailée enfermée dans un bocal : le ton est donné, ces contes seront explosifs! Et quand j'ai commencé à tourner les pages, ce fut une succession de "whaouh" et de "ohlala qu'est-ce que c'est beau!". Les pages sont faites d'un papier assez épais, très agréable au toucher et surtout, sur chacune se trouvent de magnifiques illustrations, colorées, vives, explosives! Je ne peux que saluer le travail de Lizzy Duncan, l'illustratrice! Vous l'aurez compris, ce livre est un très bel objet, et je compte bien lui réserver une place de choix dans ma bibliothèque!

 

Parlons maintenant de l'histoire : là encore, j'ai été charmée! Le contenu est à la fois drôle et sérieux. Drôle parce que ces créatures, très attachantes ont un mode de vie qui leur appartient. Certaines situations sont vraiment cocasses et vous donnent le sourire. Mais des thèmes sérieux sont abordés tout au long des trois contes que l'on peut lire dans ce livre : expériences, soins par les plantes, abus de pouvoir, invention... on y apprend par exemple le fonctionnement d'une montgolfière. Le contenu est varié et intéressant, on ne s'en lasse pas! Et je suis persuadée que ce livre saura plaire aux enfants! Pour finir, il est conseillé dès huit ans, mais je pense qu'il sera nécessaire à cet âge d'accompagner un peu la lecture. A découvrir!

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 15:00

La lecture du dimanche

 

Lorsque les éditions XO -que je remercie- m'ont proposé de découvrir ce titre, j'ai accepté parce que j'avais très envie de découvrir cet auteur depuis Dieu est un pote à moi, et que je me suis dit qu'avec un titre pareil, ça allait sans doute être drôle... Comme Stéphie l'a reçu également, nous avons décidé de le lire en même temps et de vous en proposer une lecture du dimanche!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Le narrateur est beau, très beau, trop beau... Si beau que depuis sa tendre enfance, sa mère le couve et l'empêche de sortir. Il ne va pas à l'école. Ce n'est pas faute d'avoir essayé pourtant, mais tous se battaient pour devenir son meilleur ami, à tel point qu'il a fallu l'isoler. Puis, un jour, ce fut le drame. Son père meurt sur un parking de supermarché à cause de la beauté de son fils... Les médias s'emparent de l'événement, et Lucinda, réalisatrice d'émissions de télé-réalité propose beaucoup d'argent à la mère désormais seule, pour que son fils devienne la star de l'emission "Je suis l'Homme le plus beau du monde". Mais l'engouement dépasse tout ce que l'on pouvait imaginer et notre homme est obligé de vivre cloîtré pour éviter photographes et groupies... Lassé et excédé, il décide alors de disparaître, mais comment faire lorsqu'on est connu à travers le monde entier...?

 

Il faut toujours se méfier d'un titre... Je m'attendais à lire le récit d'un mec imbu de sa personne, un petit prétentieux agaçant de qui j'aurais pu me moquer. Eh bien non, pas du tout! C'est un récit juste et touchant que j'ai lu, l'histoire d'un homme qui souffre à cause de sa beauté et de tous les ennuis qu'elle lui cause, à commencer par la mort de son père. Un récit joliment écrit, à la manière d'une fable. Un récit fluide qui se laisse lire facilement tout en nous livrant une réflexion très intéressante sur le culte de la beauté, sur la manière dont, dans notre société, on se laisse influencer par certains courants de mode. Une belle réflexion aussi sur ce qu'est véritablement le bonheur. Et enfin, une critique bien menée sur la télé-réalité dont nous sommes actuellement abreuvés jusqu'à plus soif...

 

J'ai lu ce roman d'une seule traite, touchée par le destin de cet homme qui a pourtant "tout pour être heureux". J'ai aimé la manière dont l'auteur amène une touche de fantastique dans son récit. Pourtant, ce n'est pas vraiment ce que j'apprécie habituellement... Un très joli roman qui me donne envie d'aller découvrir les autres titres de Cyril Massarotto!

 

J'espère que Stéphie a apprécié elle aussi! Je vais de ce pas lire son billet!

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 06:11

Il y a quelques semaines, Babelio a lancé une nouvelle opération masse critique, avec encore une fois, un choix très large. Mon choix s'est arrêté sur ce titre paru le 19 août aux éditions Mercure de France. Je poursuis ainsi ma découverte des titres de cette rentrée littéraire 2010, ce roman étant le onzième que je lis!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Eva entretient une relation avec Franck depuis six ans. Institutrice, elle l'a rencontré à l'école alors qu'il y menait ses enfants. Son entourage voit d'un très mauvais oeil cette relation. En effet, Franck est marié et n'envisage pas de quitter sa femme pour Eva. Il ne lui a jamais rien promis et Eva s'en satisfait. Jusqu'au jour où elle s'aperçoit qu'elle attend un enfant. Elle réfléchit alors à la manière dont elle va s'y prendre pour l'annoncer à Franck, qui, elle en est sûre, décidera de quitter sa femme. Mais c'est le moment qu'il choisit pour disparaître : Eva n'a pas eu le temps de lui dire, il n'est pas venu au rendez-vous et ne reviendra plus... C'est alors que survient l'impensable : Eva perd son bébé. Son coeur est vide, son ventre est maintenant vide aussi. Comment se reconstruire?

 

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman qui commence avec la perte de l'enfant. Je ne me suis pas sentie spécialement proche de cette femme, pas particulièrement concernée par sa douleur, parce que tout ceci est loin de mes préoccupations actuelles...  Pourtant, plus je tournais les pages, et moins j'avais envie de reposer le livre. Alma Brami retrace les moments qu'Eva et Franck ont passé ensemble, leur bonheur si simple et tellement interdit. Des moments condamnés par sa mère et sa meilleure amie. Son père, lui n'est plus en mesure de donner son avis : il est diminué depuis qu'il a fait une rupture d'anévrisme. Le seul qui ne condamne pas totalement, c'est son frère qui estime que tant qu'elle est heureuse ainsi, ils n'ont pas à s'en mêler. J'ai aimé la manière dont ces personnages gravitent autour d'Eva, aucun ne pouvant réellement comprendre ce qu'elle ressent, mais tous ayant à coeur de lui venir en aide, de lui redonner goût à la vie, aussi maladroits soient-ils parfois. L'écriture d'Alma Brami est tranchante, vive. Elle va à l'essentiel, les chapitres sont concis et on est entraîné dans cette ronde d'amour et de désespoir...une ronde qui s'accélère sans cesse jusqu'à la fin, très belle, où un peu de répit nous est enfin accordé. Un beau roman sur l'amour et ses désillusions!

 

Un grand merci à Babelio ainsi qu'aux éditions Mercure de France pour cette belle lecture!

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 06:25

J'aurais dû lire ce livre depuis quelques semaines déjà - puisqu'il ne m'appartient pas et qu'il me fallait le renvoyer assez rapidement - mais je n'arrivais pas à me décider. Le thème de la musique, et plus précisèment ici du jazz n'est pas ce que je préfère, et en plus, il s'agit de nouvelles, genre qui me déçoit très souvent... Mais comme j'avais adoré Neige du même auteur, je n'ai pas pu me résigner à renvoyer ce livre sans l'avoir lu...

 

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Ce recueil est composé de trois nouvelles :

 

Billard Blues est le récit d'un musicien qui joue du blues. Il nous raconte comment il a assisté dans un club de Chicago à une partie de billard étonnante entre Willie Hoppe et Al Capone. Willie est un grand champion, le meilleur : il joue au billard depuis l'âge de cinq ans et a réussi des coups de maître. Aussi lorsque le ganster Al Capone le défie, il accepte sans problème, même si les sommes engagées sont faramineuses pour lui.

 

Jazz Blanc, c'est le nom d'un club, dans lequel les joueurs de jazz sont blancs. C'est Stan, le barman qui nous raconte un événement qui l'a marqué. Max Coleman est un excellent musicien, il joue chaque soir du saxophone, mais pour lui, musique rime avec alcool. Un malfrat du coin, surnommé Maxie-la-Punaise, souhaite voir jouer Diana King dans ce club. Mais lorsqu'il parvient enfin à ses fins, rien ne se passe comme il l'avait prévu, Diana lui préférant Coleman...

 

Poker est l'histoire d'un joueur de cartes professionnel qui devient très riche en s'associant à un autre grand joueur. Jusqu'au jour où ils perdent tout et qu'il va leur falloir se refaire...

 

J'ai bien fait de dépasser mes préjugés et de me plonger dans ce recueil. Maxence Fermine nous plonge dans une ambiance à laquelle je ne suis pas vraiment habituée mais qui m'a enchantée le temps d'une lecture. Entre club de jazz et casino, nous voilà partis aux States à la rencontre de personnages étonnants : musiciens, gangsters, joueurs et buveurs invétérés... On s'y croirait!

J'ai peut-être un peu moins accroché avec la troisième nouvelle, car je ne connais pas grand-chose au poker, les règles du jeu m'en sont inconnues, et je n'ai donc pas pu saisir tout l'enjeu des parties qui se déroulent sous nos yeux. par contre, je n'ai eu aucun mal à saisir la tension entre les joueurs. Et une fois encore, la plume de Maxence Fermine m'a séduite! Je le relirai donc sans hésitation!

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 18:21

Le weekend est là et je trouve enfin le temps de rédiger un billet... La semaine a été mouvementée mais j'ai quand même trouvé le temps de lire ce deuxième tome du Baiser de l'ange. Je vous avais parlé du premier tome au mois de mars, un premier tome que j'avais beaucoup apprécié. Il me tardait donc de lire la suite!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

***Attention, si vous n'avez pas lu le premier tome et que vous souhaitez le faire, ne lisez pas ce résumé*** Suite à la mort de Tristan, Ivy a beaucoup de mal à reprendre le dessus. Tout le monde est prévenant avec elle et tente de lui redonner goût à la vie. Grégory, le fils de l'homme que sa mère a épousé se rapproche d'elle et aimerait être un peu plus qu'un grand frère. Tristan, devenu un ange, a compris que sa mort n'était pas accidentelle mais que quelqu'un avait saboté les freins de la voiture. Ivy est en danger et il ne parvient pas à la prévenir, car depuis sa mort, elle ne croit plus aux anges. Tristan essaie alors de mener l'enquête par l'intermédiaire de Philip qui perçoit sa présence. D'autant que le danger menace. Quelqu'un en veut à Ivy... Mais qui? Et pourquoi?

 

Je vous avais fait part de mon enthousiasme pour le premier tome. Je suis un peu moins convaincue cette fois-ci...  Le premier tome s'était terminé sur un suspense qui m'avait donné très envie de lire ce second tome qui s'annonçait encore meilleur. Sauf qu'à la fin de ce deuxième tome, on est toujours dans le flou. Certes, quelques réponses sont apportées, mais il reste encore beaucoup de mystères. Si on a la confirmation de la personne qui en veut à Ivy, on ne connaît pas ses motivations ( qui doivent être graves pour avoir conduit à souhaiter sa mort et celle de Tristan ). Et je suis un peu déçue par l'identité de cette personne, justement parce que je ne vois pas quelles peuvent être ses motivations... Alors, me direz-vous, il faut bien garder un peu de suspense pour le troisième tome. Oui, mais j'ai la sensation que ça traîne un peu en longueur du coup...

 

Néanmoins, j'ai apprécié cette lecture, et la réflexion qui est menée autour du deuil au moment de l'adolescence. Tout le monde souhaite qu'Ivy retrouve le sourire, et cela devrait passer par une nouvelle aventure amoureuse. Comme si les amours adolescentes ne pouvaient être prises au sérieux... Mais Ivy souffre, et l'absence de Tristan est pesante.

 

J'ai maintenant hâte de lire le troisième tome pour avoir les réponses aux nombreuses questions que je me pose encore!!

 

Et je remercie chaleureusement Livraddict et les éditions Hachette jeunesse pour m'avoir permis de lire ce second tome.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 07:03

La lecture du dimanche

 

Ou plutôt, devrions-nous dire, cette fois, la lecture du lundi. Vous l'avez sans doute remarqué, depuis quelques jours, mon rythme blogguesque s'est considérablement ralenti... Il faut dire que la rentrée a été assez mouvementée, que je croule sous le travail et qu'en plus, j'ai déjà choppé un gros rhube... Pour couronner le tout, nous avions choisi pour cette lecture de rentrée un pavé d'environ 600 pages...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

L'inspecteur Ryan a vécu dans un traumatisme dans son enfance : alors qu'il jouait dans les bois près de chez lui avec deux de ses amis, les trois enfants ont disparu. Seul Ryan est resorti vivant de ce bois, le tee-shirt arraché et les baskets imbibées de sang. Il  lui a été impossible de raconter ce qui s'était passé, le choc ayant été tel que sa mémoire s'est effacée. Envoyé en pension loin de là par ses parents, il est ensuite entré dans la police sous un autre nom. Personne ne sait qui il est, sauf sa partenaire, l'inspecteur Cassie Maddox. Aussi lorsque le corps d'une fillette est retrouvé sur le chantier des fouilles archéologiques juste à côté des bois où ont eu lieu ces événements, Ryan sent que l'enquête sera difficile. En effet, elle ravive de vieux souvenirs et il ne peut s'empêcher de penser que les deux crimes sont liés. D'ailleurs, même si plusieurs pistes semblent plausibles, l'enquête piétine...

 

J'avais pris les devants en commençant cette lecture à la fin des vacances. En effet, je m'attendais à vivre une rentrée assez mouvementée... Mais du coup, ma lecture s'est étalée sur deux bonnes semaines et je n'ai pas pu profiter pleinement de cette lecture. Un thriller, c'est plutôt le genre de livre que l'on dévore, que l'on ne peut lâcher avant de connaître la fin. Ma lecture a donc été assez frustrante, puisque je n'avais pas de temps suffisant à lui consacrer.

 

Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Le roman est porté par ses enquêteurs : Ryan et Cassie dont la relation évolue tout au long du roman, mais pas forcément dans le sens que l'on pourrait croire! J'ai aimé leur complicité et la manière dont Cassie tente de protéger son coéquipier qui est décidément bien trop impliqué dans cette affaire. La manière dont l'enquête se résout et la découverte du meurtrier m'a également beaucoup plu. Un léger bémol cependant : j'aurais aimé en apprendre davantage sur le passé de Ryan et sur ce qui s'ést réellement passé lorsque ses deux amis ont disparu dans les bois...

 

Bref, un bon thriller mais que je n'ai sans doute pas lu au bon moment!

Allons voir maintenant ce que Stéphie en a pensé!

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 06:18

Histoires d'amour et de mariages

 

Quand les éditions Calmann-Lévy - que je remercie - m'ont proposé de découvrir ce roman, j'ai un peu hésité car il fait suite au précédent roman de l'auteur, Mange, prie, aime. Après m'être assurée que ces deux titres pouvaient se lire indépendamment, je me suis laissée tenter par le résumé alléchant...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Après un mariage raté et un divorce difficile, Liz se promet de ne jamais plus se marier. Lorsqu'elle rencontre Felipe, cela ne pose aucun problème, puisque ce dernier est également divorcé et qu'il partage totalement l'opinion de sa compagne. Pourtant la vie va décider pour eux. En effet, Liz est américaine. Felipe quant à lui, est australien, originaire du Brésil. Pour vivre sous le même toit que Liz, Felipe doit demander régulièrement des autorisations de séjour, et repartir en Australie entre chaque autorisation. Mais un jour, il est arrêté à la frontière, il a épuisé le quota et n'est plus autorisé à entrer sur le sol américain. L'officier lui explique alors que la seule manière de remédier à cela est d'épouser Liz... Cela va à l'encontre de ce dont ils ont envie, mais s'ils veulent vivre ensemble, ils n'ont pas vraiment le choix. En attendant la régularisation de leur dossier qui prend plusieurs mois, ils se rendent en Asie où Liz prend le temps de bien réfléchir et de se préparer à accepter ce nouveau mariage "forcé"...

 

J'ai mis un moment à lire ce roman. Non pas qu'il soit inintéressant ou mal écrit. Bien au contraire! Mais là où je m'attendais à lire un récit autobiographique, j'ai plutôt trouvé un essai sur le mariage. Il y a finalement très peu d'actions dans ce roman, à part l'arrestation initiale de Felipe. Elizabeth Gilbert s'interroge sur le mariage, elle analyse la manière dont ce dernier est envisagé dans d'autres civilisations, elle en fait également l'historique, tant au niveau de sa famille, qu'au niveau de l'histoire américaine. Le tout dans un style très frais, très dynamique, tantôt drôle, parfois très touchant : Dans le sol enneigé, il était pénible de creuser un trou - même pour une boîte aussi petite que cette urne, même pour un homme aussi robuste que grand-père Stanley. Il a suspendu la lanterne à la branche nue d'un arbre, et a creusé sans interruption - et ensuite, tout était terminé. Ça fonctionne comme cela. On a quelqu'un à nos côtés pendant un petit moment, et ensuite cette personne s'en va.". J'ai appris beaucoup de choses dans ce roman sur les différentes traditions : les femmes que rencontre Liz, ces femmes qu'elle interroge m'ont émue. Malgré tout, je dois reconnaître qu'à force, ça traîne un peu en longueur... qu'on tourne un peu en rond, et que les états d'âmes de Liz ont fini par me lasser... J'attendais davantage d'actions, et le côté exhaustif des informations enlève un peu le piment que l'on trouve au début du roman... Un livre agréable à lire donc, mais autant être prévenu sur sa véritable nature...

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 07:00

La lecture du dimanche

 

C'est un nouveau titre de la rentrée littéraire que nous vous proposons aujourd'hui pour notre lecture du dimanche.  Il s'agit d'un roman français publié aux éditions Albin Michel que je remercie pour cette découverte!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Fruits et légumes est l'histoire d'une famille d'immigrés espagnols venus s'installer en France. Le grand-père du narrateur a fui l'Espagne de Franco pour s'établir en Bretagne à Quimper et se lancer dans le commerce des fruits et légumes sur les marchés. Très vite, son commerce devient prospère grâce à la vente de la soupe catalane. Plus tard, c'est son fils, le père du narrateur qui reprend le commerce, et si les affaires sont toujours aussi florissantes au début, peu à peu la famille court à la ruine... Le narrateur évoque ainsi ses souvenirs d'enfance, entre la profession de son père qui l'amène à partir très tôt le matin au volant de sa 2CV, et les vacances en Espagne. Puis vient le temps de l'adolescence et de la désillusion...

 

Voilà encore un roman de la rentrée littéraire que j'ai lu avec beaucoup de plaisir. J'ai particulièrement apprécié la nostalgie qui se dégage de l'écriture d'Anthony Palou, notamment les nombreuses évocations des voitures d'antan. Certes, je n'étais pas née à cette époque, mais dès ma tendre enfance, j'ai été baignée dans l'univers des voitures anciennes grâce à un papa et à un oncle passionnés.

 

J'ai également aimé l'écriture presque fragmentaire des souvenirs, dans des paragraphes et des chapitres généralement très courts qui montre bien qu'on ne peut avoir de souvenirs que par bribes. Pour autant, à aucun moment, je n'ai trouvé cela décousu. Le narrateur nous promène de Quimper à l'Espagne, mais à aucun moment il ne nous perd. Les personnages sont touchants et attachants, notamment le père, qui n'a pas choisi ce métier, qui s'est imposé à lui presque comme une tradition familiale, comme un devoir envers son père qui avait bâti ce commerce. Pourtant, lorsque l'essor des grandes surfaces provoque la chute des petits primeurs, accélérée par un véritable drame c'est comme une mort pour lui : " La tête défaite de ma mère lui fit penser à un quelconque décès familial. Il n'avait pas tort : il s'agissait du sien. Il reçut la nouvelle comme on reçoit une météorite sur le crâne." Commence alors le cercle vicieux de l'endettement et des huissiers...

 

Bref, une lecture agréable, un bon moment, sans pour autant être un véritable coup de coeur. Allons voir ce que Stephie en a pensé!

Partager cet article
Repost0