Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 13:38

Ce roman a beaucoup fait parler de lui sur la blogosphère ces dernières semaines, et tous les billets que j'ai pu lire étaient élogieux. Il n'en fallait pas plus pour me donner une furieuse envie de découvrir ce livre et me faire mon propre avis dessus. C'est maintenant chose faite...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Emmi Rothner souhaite résilier son abonnement au magazine Like. Pour cela, elle envoie un mail mais elle fait une erreur en tapant l'adresse, elle écrit leike au lieu de like, et son mail arrive tout droit dans la boîte mail de Leo Leike.  De fil en aiguille, une correspondance naît entre eux, de plus en plus régulière mais aussi de plus en plus addictive... Pourtant, ils repoussent sans cesse le moment de la rencontre, pour ne pas briser ce monde virtuel qu'ils se sont créé, mais aussi et surtout parce qu'Emmi est mariée et "heureuse" avec son mari...

 

Je parlais de relation addictive entre les deux personnages, je pourrais également parler d'une telle relation entre le livre et le lecteur. En effet, une fois ouvert, il est difficile de le lâcher, car connaître la suite devient une nécessité. Cela est facilité par la construction même du roman : de l'épistolaire moderne, puisque ce ne sont pas des lettres que s'échangent les personnages mais des mails. Difficile alors d'arrêter la lecture : allez, encore un petit mail. Oh, et puis, le suivant est très court... et on arrive sans s'en apercevoir aux dernières pages.

Les personnages sont très attachants : Emmi, d'abord, parce qu'elle est tiraillée entre sa vie familiale stable et sa passion naissante pour Leo qu'elle refuse de reconnaître. J'ai souvent pensé qu'Emmi était une réincarnation moderne de la Princesse de Clèves, même si ses hésitations finissent par être agaçantes : soyons clairs, le lecteur n'attend qu'une chose : la rencontre... Leo est attachant lui aussi, notamment pour sa plume : il écrit bien, très bien même et il dit des choses que toute femme aimerait entendre. Il est très classe, très sensible et j'ai beaucoup apprécié également son petit côté joueur. Bref, un échange savoureux, tout en finesse, un vrai bon moment de lecture pour lequel je remercie les éditions Grasset. J'attends maintenant avec impatience, que la suite, déjà parue en Allemagne, soit traduite en français...

 

En attendant, je vous invite à aller lire l'avis de Stephie.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 14:30

La lecture du dimanche

 

Vous l'avez sans doute remarqué, mon blog tourne au ralenti depuis maintenant plus de deux semaines, mais je suis toujours souffrante et mon rythme de lecture s'est considérablement ralenti... De même, mes visites sur vos blogs se font rares et je m'en excuse. Il me tarde de retrouver la pêche pour rattraper tout ce retard, d'autant que ma PAL contient quelques titres que j'ai hâte de découvrir... Malgré tout, je ne pouvais manquer la lecture du dimanche, d'autant que le titre que nous avons choisi cette semaine me faisait grandement envie!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Cinq petites filles ont disparu, dans des circonstances étranges, parfois même sous les yeux de tous. Et l'assassin semble vouloir jouer avec les nerfs de Roche et son équipe d'agents spéciaux : en effet, ces derniers découvrent un cimetière bien macabre : six bras gauches de petites filles sont retrouvés enterrés dans une clairière. Qui est cette mystérieuse sixième petite fille? L'autopsie révèle qu'elle a été droguée contrairement aux cinq autres. Et si elle était toujours en vie, agonisant quelque part avec un bras amputé? Les agents spéciaux décident de faire appel au criminologue Goran Gavila ainsi qu'à Mila, spécialisée dans la recherche des personnes disparues. Mêlant leurs connaissances, ils font avancer l'enquête pas à pas, mais très vite, la petite équipe a la sensation d'être manipulée par le tueur en série, qu'ils ont surnommé Albert.

 

Les enquêteurs sont manipulés par le tueur en série, et le lecteur est manipulé par l'auteur. Et quelle manipulation!! Les rebondissements sont multiples, on est persuadé chaque fois d'avoir compris, de savoir qui est le meurtrier et une autre révélation vient tout remettre en question. L'intrigue est vraiment menée d'une main de maître, et dans les cent dernières pages, il est impossible de lâcher le livre tant ce qu'on lit est incroyable... Ce thriller m'a vraiment époustouflée, non seulement par sa construction, mais aussi pour son intrigue. Moi qui aime le glauque, j'ai été servie avec ce livre, et cela fonctionne d'autant mieux qu'il s'agit de petites filles sans défense et que la parole est laissée à l'une d'elles à plusieurs reprises dans le roman. Et là encore, Donato Carrisi a fait très fort! Il sait nous plonger au coeur de l'indicible, nous faire ressentir les choses, par le biais des sens notamment : des descriptions précises qui font froid dans le dos, des odeurs, des sons... Et n'oublions pas les personnages, car une bonne intrigue ne peut fonctionner sans de bons personnages, et là encore j'ai été comblée. Chaque membre de l'équipe a une épaisseur propre, et tous sont très intéressants. J'ai particulièrement apprécié Goran et Mila qui cachent chacun leurs souffrances et leurs secrets, et qui très vite, vont se découvrir des intuitions communes.

 

Bref, un thriller prodigieux et suffoquant, exactement comme je les aime, et donc un nouveau coup de coeur! En sera-t-il de même pour Stéphie? J'ai hâte de lire son avis. Pour ma part, je crois que l'on peut déjà affirmer que 2010 sera un cru exceptionnel en matière de thriller! Et il est certain que je surveillerai de près les prochaines publications de l'auteur qui signait ici son premier roman!! Voilà qui promet de belles lectures encore... Un grand merci à Christelle des édtions Calmann-lévy pour cette magnifique découverte.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 17:06

J'avais lu plusieurs billets sur ce livre qui m'avaient donné envie de le découvrir pour son sujet difficile et touchant. Alors lorsque Suzanne de Chez-les-filles a proposé de me l'envoyer, je n'ai pas hésité une seconde. Je la remercie d'ailleurs, ainsi que les éditions du Seuil pour cet envoi.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

C'est une grossesse bien difficile qu'a vécue Maria. D'abord, parce qu'elle a quarante-deux ans et qu'il s'agit donc d'une grossesse à risques. Mais aussi, parce que le père de l'enfant l'a quittée et l'a laissée vivre seule un moment qui doit se vivre à deux. Tout partait donc de travers, et pour boucler la boucle, Maria a accouché d'une grande prématurée. Irène est donc placée dans une couveuse et les médecins sont incapables de se prononcer : Irène peut mourir, Irène peut vivre. Elle peut aussi vivre tout en gardant des séquelles. Maria attend donc, que ce temps suspendu, reprenne son cours et lui apporte une réponse.

 

Voilà un thème difficile à aborder, et même si, moi-même, je ne suis pas encore maman, je suis souvent touchée lorsque je lis le récit de la douleur d'une mère. Pourtant, ici, ça n'a pas vraiment été le cas. On craint toujours avec ce genre d'histoire de sombrer dans un côté larmoyant... et bien j'ai trouvé cette fois que cela manquait de larmes.  Certains passages ont su me faire ressentir une pointe de compassion pour cette maman, mais dans l'ensemble, je l'ai trouvée peu crédible... Maria se réfugie dans son travail de professeur pour combler l'attente. C'est sans doute très sain comme réaction et ça lui permet -avec quelques joints - de ne pas sombrer dans la folie. Mais est-ce humain? En fait, je me suis demandée tout au long de ma lecture s'il était possible qu'une maman réagisse de cette manière dans une telle situation...Bref, vous l'aurez compris, ce roman, même si la lecture n'en a pas été désagrèable, ne m'a pas convaincue, mais il trouvera sans doute écho chez d'autres lectrices...

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 09:00

La lecture du dimanche

 

Nous vous parlions il y a deux semaines de notre coup de coeur pour le premier tome de cette série du poids des secrets et vous étiez nombreux à dire que nous ne mettrions pas longtemps avant de lire la suite! En effet, difficile de résister à un tel bonheur de lecture...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

***Attention, il est difficile de résumer ce livre sans révéler quelques informations sur le premier tome. Si vous n'avez pas encore lu Tsubaki et que vous souhaitez le faire, évitez de lire ce qui suit.***

 

Dans le premier tome, Yukiko révèle à sa fille l'existence de son demi-frère dont elle n'a jamais parlé, et dans une longue lettre lui raconte son enfance et son adolescence. Dans Hamaguri, c'est la même histoire qui nous est racontée, mais cette fois-ci du point de vue du jeune garçon, le tetenashigo, l'enfant illégitime. Et si Yukiko avait assez rapidement découvert que Yukio était le fils de son père, Yukio, lui ne l'apprendre que des dizaines d'années plus tard.

 

Je préfère m'arrêter là pour le résumé afin de ne point trop en révéler : il est difficile de parler de ce livre, ce n'est pas un livre dont on parle, c'est un livre que l'on lit, que l'on vit même. J'ai retrouvé avec grand plaisir l'écriture si belle et à la fois si simple de Aki Shimazaki par laquelle je me suis laissée porter du début à la fin d'une seule traite. Et puis, il y a cette histoire magnifique, touchante. Et même si on la connaît déjà, Aki Shimazaki a su lui donner un nouveau souffle par la voix de Yukio. On découvre de nouveaux détails et l'histoire se complète petit à petit pour notre plus grand bonheur. N'hésitez pas à ouvrir le Hamaguri ( coquillage en japonais ) pour y cueillir cette perle magnifique.

 

Je crois déjà pouvoir affirmer que l'avis de Stéphie sera aussi enthousiaste que le mien.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 07:47

Voilà plus d'une semaine que je vous ai abandonnés mais comme vous l'avez peut-être lu chez Stephie dimanche dernier, j'étais souffrante, et même si je vais mieux maintenant, ce n'est pas encore la grande forme... Je vais donc essayer de reprendre tout doucement le rythme, et je commence aujourd'hui avec ce titre que j'ai lu grâce à un partenariat avec Livraddict et les éditions Robert Laffont que je remercie tous deux.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

C'est celle d'une famille bretonne : les Kergalin. Tout commence pendant la première guerre mondiale avec la première génération et leur histoire s'étend jusqu'en 2001, toujours étroitement liée à l'Histoire. D'abord la première guerre qui verra revenir des hommes blessés dans leur corps et dans leur âme, mais qui révélera aussi les premières trahisons et les premières divergences. Puis la seconde, où tout s'accélère, chacun ayant choisi son camp. Les générations suivantes auront alors à porter le lourd passé de leurs anciens. Les tensions, les drames, les non-dits, tout s'emmêle et pourtant, chacun finit par revenir un jour vers le domaine Kergalin qui reste un lieu central au fil des générations.

 

Je me suis plongée dans ce roman avec un immense plaisir, et j'ai adoré les deux premières parties qui correspondent aux deux guerres mondiales. J'ai adoré suivre cette famille au plus près, l'auteur nous plonge vraiment dans leur intimité faite essentiellement de grandes souffrances mais aussi de beaucoup d'amour. J'ai apprécié de suivre l'évolution des personnages tout au long de leur vie partageant avec eux les grands événements. Je pense par exemple au personnage d'André qui m'a beaucoup touchée, et que sa fille Pauline n'apprendre véritablement à connaître qu'une fois qu'il sera mort au travers de quelques carnets qu'il aura laissés. Les carnets ont d'ailleurs une grande importance tout au long du roman, ils sont parfois cités permettant de plonger au plus profond de l'âme des personnages. J'ai beaucoup aimé ces diverses citations qui sonnent toujours très juste, notamment celles de François le patriarche qui est incapable de communiquer avec sa famille après ce qu'il a vécu dans les tranchées.

 

Pourtant, je dois reconnaître que j'ai peiné pour lire la seconde moitié du roman. La première raison est totalement indépendante du roman, c'est juste que j'ai dû l'abandonner plusieurs jours, étant totalement incapable de lire, et que j'ai quelque peu perdu le fil... La seconde c'est que l'ensemble devient de plus en plus complexe : en effet, plus on avance dans les générations, plus les personnages se multiplient, plus il y a de cousins... La vie de ces personnages est donc nettement moins fouillée, et, le fond historique se mue peu à peu en fond politique. Enfin, dernière chose, plus on avance et plus il est difficile de se repérer parmi ces nombreux personnages et je pense qu'un arbre généalogique aurait vraiment été bienvenu.

 

Un avis un peu mitigé donc, mais dans l'ensemble une belle lecture.

Je vous invite à lire les avis de Stéphie et lasardine qui ont beaucoup aimé!

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 15:57

La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

 

Je vous avais parlé il y a plus d'un an maintenant de mon avis très partagé sur le premier tome que j'avais bien failli abandonner avant de dévorer la seconde moitié. J'avais acheté le second tome peu après, mais il m'a fallu le prétexte d'une lecture commune pour le sortir de ma bibliothèque car j'avais peur de revivre la même expérience et n'osais pas me lancer...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Sans véritable raison, Lisbeth a choisi de mettre fin à toute relation avec Mikael. Chacun a donc repris le cours de son existence, même si Mikael ne comprend pas pourquoi elle a pris cette décision. Lui s'apprête à lancer un numéro spécial de Millénium autour du trafic des femmes de l'Est. Il travaille avec un jeune couple, Mia et Dag, et ils sont sur le point de faire des révélations qui mettront à mal plusieurs personnalités... Lisbeth de son côté revient en Suède après un an de voyages à travers le monde. Un soir, en passant devant chez elle, Mikael assiste à son agression en pleine rue. Peu après, Mia et Dag sont retrouvés assassinés dans leur appartement. Et tout porte à croire que c'est Lisbeth qui les a tués puisque ses empreintes sont retrouvées sur l'arme du crime. Pour couronner le tout, son tuteur, Bjurman, est également retrouvé assassiné. Pour la police, ainsi que pour les médias, cela ne fait aucun doute : Lisbeth est un tueur psychopathe et il faut l'arrêter au plus vite. Mais Mikael, lui a du mal à y croire...L'assassinat de Bjurman pourrait s'expliquer mais pourquoi aurait-elle tué Dag et Mia?

 

Jusqu'au dernier moment, j'ai bien failli abandonner cette lecture commune, tant je craignais de peiner de nouveau... Bien mal m'en aurait pris car ce deuxième tome commence sur les chapeaux de roues et dès le Prologue, j'ai été happée par ce roman. Vraiment rien à voir avec le premier! L'intrigue est complexe, très complexe même, et on se demande comment l'auteur va réussir à démêler tout ça : je craignais une fin tirée par les cheveux histoire de retomber sur ses pieds! Parce que si Lisbeth avait des raisons d'en vouloir à son tuteur, on ne comprend vraiment pas ce qui la relie à Dag et Mia ( si ce n'est que tous connaissent Mikael ). Eh bien, la révélation m'a scotchée, j'étais bien loin d'imaginer ça, et je dois reconnaître que ça m'a bien plu! Quelle histoire, mais quelle histoire!! Forcément, tout au long du roman, il y a de nombreuses zones d'ombre que le lecteur meurt d'envie de lever, le suspense est insoutenable, et on tourne les 652 pages sans s'en apercevoir... Et puis, il faut bien le dire, ce qui porte vraiment le roman, c'est le personnage de Lisbeth! Elle a un profil vraiment atypique et on ne peut s'empêcher de l'adorer, encore plus ici que dans le premier tome où les médias la font passer pour une lesbienne sataniste et psychopathe...

 

Une chose est sûre, je n'attendrai pas un an avant de lire le troisième tome que je vais m'empresser de commander!

 

Et comme il s'agit d'une lecture commune, vous pouvez lire d'autres avis chez Calypso, Belledenuit, Cacahuète, Lisalor, Lounapil, Deliregirl, Leyla et Véro que je vais m'empresser d'aller lire moi aussi!

Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:00

Je tiens d'abord à remercier toutes celles qui ont participé à la découverte d'Emmanuel Carrère : certains romans ont rencontré un franc succès, d'autres un peu moins, mais j'ai cru comprendre que de nombreuses LAL s'étaient déjà considérablement allongées aujourd'hui.

 

Ce deuxième rendez-vous étant terminé, l'heure est venue de fixer le prochain qui aura lieu le mercredi 9 juin. Et j'ai décidé cette fois de varier les plaisirs en choisissant un autre genre. Autre genre d'abord, puisque cette fois, c'est une femme qui sera à l'honneur mais également parce cette charmante dame écrit essentiellement des romans policiers ( je dis essentiellement car elle a également écrit quelques essais auxquels certains d'entre vous auront peut-être envie de se frotter...).

 

fred_vargas-logo.jpg

 

Les inscriptions sont donc ouvertes dès à présent en commentaire, et ce, jusqu'au dimanche 6 juin. Si vous avez déjà lu l'auteur, vous êtes bien évidemment les bienvenus et vous pouvez également laisser quelques conseils de lecture pour guider nos choix.

 

Je vous informe également qu'exceptionnellement il y aura deux rendez-vous fixés cet été : un pour le mois de juillet et un pour le mois d'août. D'une part, parce que pendant les vacances, on a plus de temps pour lire et d'autre part pour que tout le monde puisse participer à l'un, l'autre ou même les deux bien sûr! L'auteur du mois de juillet sera dévoilé à la mi-mai pour que les deux mois de délai soient respectés.

 

Alors, qui est partant(e) pour le 9 juin?

Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 06:07

Et voilà, c'est enfin le jour de publier nos billets autour d'Emmanuel Carrère et je sais que certaines ( dont moi )l'attendaient avec impatience. J'ai choisi ce titre pour découvrir l'auteur parce que j'avais très envie de le lire depuis le billet de lasardine.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Nicolas a neuf ans et doit partir deux semaines en classe de neige. Dès les premières pages, il apparaît comme un enfant fragile que ses parents surprotègent. En effet, un accident d'autocar a eu lieu dix jours plus tôt et son père préfère l'emmener en voiture au cas où une nouvelle catastrophe se produirait. Mais Nicolas est un petit garçon replié sur lui-même et cela ne fait que l'écarter du groupe. D'ailleurs, le sort semble s'acharner contre lui, puisqu'il oublie son sac de voyage dans le coffre de la voiture. Ensuite, plusieurs événements, qui séparément auraient pu paraître anodins, s'enchaînent : l'étau se reserre autour du petit garçon qui voit ses peurs enfantines se transformer en réalité. Le drame se prépare, sans qu'on ne sache exactement quelle forme il va prendre.

 

Dès les premières lignes, on sent que quelque chose ne tourne pas rond :  ce petit garçon craintif a aussitôt su me toucher. Il a le profil idéal du bouc émissaire, celui dont on se moque sans soupçonner à quel point la blessure est profonde. Celui qui souffre en silence, qui n'ose pas se défendre et qui se laisse malmener par ses camarades. Une expérience terrible pour un enfant. Alors quand le sort s'acharne, on aurait envie de prendre ce petit dans nos bras, de le rassurer, de le protéger. Il faut dire que l'auteur sait trouver les mots : Patrick, qui était chargé de son dortoir, vint lui ébouriffer les cheveux et lui dit de ne pas s'en faire : tout allait bien se passer. Et si quelque chose n'allait pas, il viendrait lui en parler à lui, Patrick, c'était promis? Nicolas promit, partagé entre le réconfort réel que lui donnait cette assurance et l'impression pénible que tout le monde s'attendait à ce que quelque chose n'aille pas pour lui. Même si, du point de vue d'un adulte, certaines choses ne sont que de petits détails : ayant oublié son sac, Nicolas n'a pas de pyjama, et personne ne se porte volontaire pour lui en prêter un. Lui-même n'est pas très à l'aise avec cette idée puisqu'il lui arrive encore de faire pipi au lit. La tension monte petit à petit et l'auteur crée une atmosphère inquiétante, sombre : on sent bien que tout ceci va mal se terminer, mais on n'est bien loin d'imaginer ce qui nous est réservé. Et lorsque l'on commence à entrevoir, on se dit que non, ce n'est pas possible, que c'est trop injuste, et pourtant... Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce livre dont on tourne les pages s'en même s'en rendre compte. Il n'est pas très long, mais il n'est pas besoin d'en dire plus : tout y est.

 

Je suis donc ravie de cette première lecture d'Emmanuel Carrère, et je pense que d'autres suivront bientôt. J'ai d'ores et déjà La Moustache dans ma PAL, et je pense qu'avec les billets que je vais pouvoir lire aujourd'hui, d'autres titres viendront très vite s'y ajouter. Vous pouvez d'ailleurs consulter la liste de ces billets dans l'article ci-dessous.

 

logo carrère

Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 06:00

 C'est aujourd'hui qu'a lieu la publication des billets sur nos lectures autour d'Emmanuel Carrère. Voici donc le récapitulatif de toutes nos lectures : ( j'éditerai ce billet au fur et à mesure de la journée avec les titres que vous aurez choisis et les liens directs vers vos billets )

 

 

Moka - En attente

Stephie - Hors d'atteinte?

Clara - La Moustache

Zorane - L'adversaire

Evertkhorus - L'adversaire

Vanounyme - L'adversaire

Lili - Hors d'atteinte?

Penny Lane - En attente

Calypso - L'adversaire

Cynthia - La Moustache

Caro - Un roman russe

MrsPepys - Un roman russe

Marie L - En attente

Géraldine - L'adversaire

Lasardine - D'autres vies que la mienne

Aurore - D'autres vies que la mienne

Cacahuète - L'adversaire

Djak - D'autres vies que la mienne

Lancellau - Un roman russe

Maggie - Bravoure

Pimprenelle . La classe de neige

 

logo carrère

 

J'espère que cette aventure vous a plu et que vous serez nombreuses à participer au prochain rendez-vous qui est fixé au mercredi 9 juin. Le nom de l'auteur choisi vous sera révélé dès ce soir.

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 06:11

Un traître à Versailles

 

Lors des précédentes vacances, je vous avais parlé de ma découverte de cette série historique grâce à l'une de mes élèves. Comme j'avais apprécié cette lecture, j'ai bien sûr accepté avec plaisir de lire le second lorsqu'elle a proposé de me le prêter.

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire:

 

La mère de Marie-Anne a été remplacée par une autre favorite dans le coeur du Roi. Elle décide alors de se retirer au couvent, laissant ses enfants aux bons soins de Mme Colbert. Mais le roi quitte Versailles pour mener une guerre en Franche-Comté, et Mme Colbert se doit de le suivre ainsi que toute la cour. Marie-Anne et son frère Louis restent donc au château devenu presque désert sous la garde de deux gouvernantes. Mais par deux fois, alors que Marie-Anne et Louis jouent dans le parc, la jeune fille surprend d'étranges conversations entre une dame et un chevalier : il y est question de tuer le roi et d'enlever le dauphin. Marie-Anne, effrayée à l'idée qu'on puisse en vouloir à son père, ne sait vers qui se tourner. Elle en vient à soupçonner tout le monde de faire partie du complot. Pour autant, elle se doit de trouver une solution et d'agir avant qu'il ne soit trop tard...

 

J'ai retrouvé avec plaisir la jeune Marie-Anne, toujours tiraillée entre son besoin d'aventures et ses désirs d'enfants d'une part et les convenances qu'elle se doit de respecter d'autre part. Néanmoins, c'est une enfant pleine de bon sens et l'on comprend aisément qu'elle soit fort appréciée à la Cour. Effondrée après l'abandon de sa mère, Marie-Anne craint de perdre également son père et on la retrouve ici particulièrement touchante.

L'aspect historique est bien entendu, toujours aussi intéressant et j'ai souri à la lecture de quelques passages dans lesquels l'auteur se permet une pointe d'ironie, par exemple lorsque l'une des dames de compagnie de la reine s'exclame : " Je déteste suivre la reine à la guerre, mais comme la reine suit le roi, et que nous sommes les suivantes de la reine, nous suivons..."

Enfin, si j'avais trouvé que le premier tome manquait d'actions, ce n'est plus le cas ici où le suspense est à son comble. Notre jeune héroïne est plongée dans une enquête particulièrement dangereuse et elle craint même que son frère et elle ne soient parmi les cibles de ces intriguants. Bref, on ne s'ennuie pas une minute!

 

Le troisième tome est prévu pour la fin de l'année, et assurément, je serai au rendez-vous!

Partager cet article
Repost0