Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 15:32

Les livres de Jacques Cassabois, je les croise souvent au CDI. En effet, il propose de nombreuses réécritures de récits fondateurs ou de contes, il dresse également, comme ici, le portrait de héros historiques tout en mettant ces textes à la portée de nos jeunes lecteurs. Pourtant, je ne m'étais encore jamais plongée dans l'un de ses textes jusqu'à ce que l'auteur me fasse parvenir son tout dernier roman accompagné d'une gentille dédicace. Je le remercie chaleureusement pour cette délicate attention.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

C'est celle de Jeanne d'Arc, une jeune fille de dix-sept ans au destin extraordinaire. Très pieuse, Jeanne, un jour, entend des voix qui lui donnent une mission. "Jeanne, la France souffre le martyre. Elle a besoin d'un guide qui lui fasse traverses les ténèbres. C'est toi qui as été choisie pour la conduire."  La France en effet est envahie par les anglais qui progressent sur le territoire, assiégeant de nombreuses villes. Poussée par ces voix qu'elle entend, Jeanne se rend auprès du roi pour le convaincre de lui donner une armée avec laquelle elle ira libérer Orléans pour le mener ensuite à Reims où il sera sacré roi de France. Bien évidemment, personne ne la prend au sérieux. Quel roi, d'ailleurs prendrait de tels risques sur les simples paroles d'une enfant qui pense être envoyée par Dieu? Pourtant, Jeanne va apporter à Charles la preuve irréfutable qu'elle dit vrai et ce dernier va alors décider de lui faire confiance. Et en effet, Jeanne va délivrant Orléans, redonnant confiance au peuple français...

 

L'histoire de Jeanne d'Arc, on la connait, ou plutôt on croit la connaître... même si cela se résume souvent à "la fille qui entendait des voix et qui a été brûlé vive". Alors j'avoue qu'une petite piqûre de rappel ne m'a pas fait de mal. L'intérêt de ce livre est donc tout d'abord historique. De ce point de vue, on sent que l'auteur a fait de nombreuses recherches sur le sujet afin d'être le plus précis possible. On trouve d'ailleurs six pages de sources bibliographiques à la fin du livre ainsi que des cartes qui sont vraiment les bienvenues. En effet, comme je le disais, on pense connaître l'histoire de Jeanne d'Arc, mais je serais bien curieuse de savoir quel pourcentage de français a en tête une carte de la France telle qu'elle était au début du XVè siècle!

 

Mais Jacques Cassabois n'est pas un historien, Jeanne est donc avant tout un roman. Un roman d'aventures porté par son personnage éponyme, une jeune fille courageuse, qui n'a pas peur d'aller au-devant de l'ennemi si celui-ci refuse de se rendre. Une jeune fille qui mène une armée entière et qui la mène à la victoire! Voilà qui devrait plaire à nos jeunes lecteurs! Pour ma part, cet aspect de Jeanne n'est pas celui que j'ai préféré. C'est une toute autre facette du personnage qui m'a conquise, une facette qui n'en reste pas moins un combat : sa foi. Même dans les moments les plus difficiles, même sur le bûcher, Jeanne défend toujours celui qui la guide et continue à crier son innocence. Mais les anglais sont bien trop heureux de l'avoir capturée... J'ai vraiment été très touchée par cette dernière partie dans laquelle nous assistons au "procès" ( je mets des guillemets car tout est joué d'avance... ) de Jeanne. Et j'ai envie de saluer le talent de l'auteur qui a su allier pudeur ( lorsque Jeanne subit les attouchements de ses geôliers par exemple ) et violence, foi et haine, fiction et réalité.

 

Je conseillerai sans hésiter ce livre à mes élèves, même si le vocabulaire m'a semblé parfois un peu complexe. Pour ma part, je relirai Jacques Cassabois avec grand plaisir, notamment sa réécriture de Tristan et Iseut qui me fait de l'oeil depuis un petit moment...

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 10:53

La lecture du dimanche

 

"Un conte noir et cruel", voilà comment ce livre est présenté sur la quatrième de couverture. Autant dire que ces quelques mots ont suffi à me convaincre de participer à ce partenariat que proposaient BOB et les éditions Robert Laffont. Et comme Stephie a eu la même envie et l'a reçu également, nous avons décidé d'en faire une lecture du dimanche.

 

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Lorsque Alfred Jones rencontre Anna-Luise, il est loin de se douter de ce qui l'attend. Mais quand elle lui dit être la fille du célèbre Dr Fischer, il a du mal à y croire et est quelque peu mal à l'aise. En effet, le docteur Fischer est connu dans tout Genève pour les dîners qu'il organise. Seuls quelques privilégiés y ont accès... et ces derniers repartent avec de somptueux cadeaux s'ils acceptent de se soumettre aux différents caprices de leur hôte. En effet, le docteur n'aime personne et s'amuse beaucoup... Sa fille, il ne l'aime pas plus que les autres. Aussi, quitte-t-elle le domicile paternel sans même l'avertir pour aller s'installer avec Alfred. Ce dernier est ennuyé par la situation et désire rendre visite au docteur pour l'informer que sa fille va bien. Une première rencontre qui le laisse pantois, et de laquelle il ressort avec une invitation à un dîner...

 

Voilà un petit roman que j'ai trouvé tout simplement savoureux. L'histoire nous est narrée par Alfred qui ne manque pas d'humour et qui n'hésite pas à dire ce qu'il pense de son tristement célèbre beau-père. Ce dernier m'a beaucoup amusée, malgré sa cruauté : il prend un plaisir sadique à humilier ses invités mais finalement ce sont ces derniers qui sont ridicules. Comment peuvent-ils supporter de se laisser berner ainsi? Comment peuvent-ils s'abaisser à de telles extrêmités. La réponse est simple et Alfred en sera le témoin : l'appât du gain! Ces gens sont prêts à tout pour repartir avec une montre en or ou une voiture de luxe... Et c'est d'autant plus amusant que ce sont des gens riches. Graham Greene nous offre en fait un conte où il dénonce de manière grinçante la cupidité. Il nous montre l'être humain dans tout ce qu'il a de plus noir, et le dîner final, de ce point de vue là, est extraordinaire : quelle apothéose! Je me suis d'ailleurs demandé comment j'aurais réagi en pareille circonstance... même si la réponse n'a pas tardé. C'est tout simplement diabolique, machiavélique à souhait. Et si Alfred n'a rien à y perdre, pour les autres, ce n'est pas la même histoire. J'avoue d'ailleurs que leur réaction m'a quand même étonnée.. J'ai vraiment beaucoup aimé le ton du livre, et j'ai trouvé les personnages d'Anna- Luise et Alfred très attachants : leur train de vie est modeste mais ils restent honnêtes envers eux-mêmes et envers les autres. Une belle leçon de morale!

 

Allons voir maintenant si Stéphie a été sensible au ton de ce roman. C'est par ici...

Un grand merci à Bob et aux éditions Robert Laffont!

 

Et j'en profite pour mener à bien mon challenge english classics...

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 07:20

Ce roman est dans ma PAL depuis quelques semaines, et j'avais lu quelques billets très enthousiastes.... Bizarrement, je n'avais pas encore réussi à me lancer. Pourtant, c'est un roman jeunesse qui se déroule sous la seconde guerre mondiale, et qui donc, correspond tout à fait à mes centres d'intérêt... Peut-être avais-je déjà pressenti la claque que j'allais prendre...

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Tout commence en Pologne où Piotr vit avec ses parents. Quand la guerre débute, ils sont plutôt épargnés car reconnus comme faisant partie du peuple allemand. Mais en 1941, lors de l'invasion soviétique, les parents de Piotr décèdent. Placé dans un orphelinat, le jeune garçon est vite repéré : grand, bond, les yeux clairs, il a le profil type de la race aryenne. C'est une "chance" pour lui car le professeur Kaltenbach, un allemand reconnu qui travaille sur l'analyse des caractéristiques aryennes accepte de l'adopter. Piotr rejoint donc Berlin et devient Peter. Formé aux jeunesses hitlériennes, il est d'abord docile et se montre reconnaissant envers les Kaltenbach. Pourtant, au fond de lui, la révolte naît peu à peu. Il comprend que derrière le nazisme qu'on lui présente comme merveilleux, se cache en fait la haine et la cruauté... Lui-même se sent toujours étranger aux yeux des autres...

 

Alors là, je dis "chapeau"! Quel magnifique roman! Quelle puissance! Je crois que c'est la première que je lis un roman qui me plonge au coeur de l'Allemagne nazie et qui en explique les mécanismes. Paul Dowswell montre comment les jeunesses hitlériennes embrigadaient les adolescents, d'une part en leur promettant monts et merveilles, comme une carrière de pilote et d'autre part en faisant régner une atmosphère de terreur. Hors de question de s'écarter du droit chemin, tout manque à la discipline nationale-socialiste vous menait tout droit en prison. Il montre également comment certains Allemands, considérés comme amis du parti nazi, ont mené la lutte dans l'ombre, allant parfois jusqu'à cacher certains Juifs au péril de leur vie. On parle souvent de la Résistance en France, mais je n'avais jamais rien lu sur la résistance en Allemagne. Voilà un livre qui fait vraiment froid dans le dos mais qui donne en même temps une lueur d'espoir - sans doute celle représentée sur la première de couverture - : tous les hommes ne sont pas foncièrement méchants, et certains sont capables d'écouter leur coeur et de lutter contre le mal, même au péril de leur vie.

 

Au fil de ma lecture, j'ai souvent oublié que je lisais un roman pour la jeunesse, je me suis complètement laissée emporter par l'histoire, par les personnages très attachants et par l'écriture si agréable à lire. Mais outre, l'intérêt historique, Etranger à Berlin est également un excellent roman d'aventures - c'est ainsi qu'il est présenté sur la quatrième de couverture - et je pense en effet que c'est un aspect très important pour nos jeunes lecteurs. Le roman est porté par ses deux protagonistes : Peter, et son amie Lena auxquels les jeunes lecteurs n'auront aucun mal à s'identifier car finalement, en choisissant de s'opposer au régime en place, ils font figure de rebelles... Et on sait à quel point les adolescents aiment se rebeller!

 

Un énorme coup de coeur pour ce roman! Et je le conseillerai sans hésitation à mes élèves.

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 18:42

Le temps file et dans deux semaines, il sera déjà temps de publier nos billets autour de Yoko Ogawa!

 

Voici les 29 personnes qui se sont inscrites pour participer à ce rendez-vous :

 

Stephie - Dolly - DeL - Kikine - Mrs Pepys - Aifelle - Zarline - Zorane - Cynthia - Fersenette - Sofynet - Djak  - Sandy - Catherine - Mirontaine - Marie - Lasardine - Canel - Soie - Azilis - Alexielle - Lounima - George - Setsuka - Clara - Kali - Céline - Lancellau et Pimprenelle

 

logo ogawa 

 

N'hésitez pas à me signaler une quelconque erreur...

Au rang des hésitants, j'ai noté Keisha, Gio, Geoffrey, Liyah : n'hésitez pas à me confirmer ou non votre participation.

Et pour les autres il est bien sûr toujours temps de vous inscrire sur ce billet!

Partager cet article
Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 19:51

Septembre rime avec rentrée des classes... c'est donc un auteur pour la jeunesse que j'ai décidé de mettre à l'honneur cette fois-ci! Il s'agit d'une dame qui a publié plus de 80 titres ( ce qui nous laisse le choix! ) et que j'ai souvent vue sur les blogs ces dernières semaines. Et les avis que j'ai pu lire étaient tous plus enthousiastes les uns que les autres... Allez donc faire un petit tour sur le blog de Lasardine par exemple...

 

De plus les romans jeunesse ont l'avantage de se lire assez vite, ce qui tombe à point pour un mois de l'année généralement assez chargé...

 

logo-mam.jpg

 

Je vous donne donc rendez-vous le mercredi 29 septembre ... Vous pouvez vous inscrire dès à présent en laissant un petit commentaire sur ce billet! N'hésitez pas à nous rejoindre!

Partager cet article
Repost0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 18:29

Pas de suspense, ni roulements de tambour pour ces résultats, puisque je n'ai reçu que huit participations... Les huit participants remportent donc un exemplaire d'Un jour en mai de George P. Pelecanos:

 

Azilis

  

***

 

Scor13

 

***

 

 Eyhpos

 

***

 

Cmening

 

***

 

Calypso

 

***

 

Jostein

 

***

 

Aproposdelivres

 

***

 

Stéphie

 

***

 

 

Envoyez-moi un mail au plus vite avec vos coordonnées postales pour l'envoi du roman! Et comme il reste deux exemplaires, je les attribuerai aux deux premières personnes à m'envoyer leurs coordonnées par mail avant demain 21 h.

 

Edit : Les deux derniers exemplaires sont pour :

 

Wilhelmina

 

***

 

Céline

 

Bravo à toutes!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 18:00

La lecture du dimanche

 

J'ai découvert Pierre Lemaître par hasard avec Robe de marié, le premier livre dont j'ai parlé sur ce blog! Une lecture époustouflante qui m'avait donné envie de lire le premier roman de l'auteur, malheureusement introuvable! Quand j'ai su qu'il allait être réédité au Livre de Poche, je me suis précipitée pour l'acheter, et comme Stéphie avait elle aussi très envie de le lire, nous avons choisi d'en faire une lecture du dimanche!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Le commandant Verhoeven est appelé avec son équipe sur la scène d'un crime à Courbevoie. Ce qu'il découvre est épouvantable, une violence sans nom : deux femmes, des prostituées, ont été torturées, découpées.. Une mise en scène véritablement insoutenable, même pour des enquêteurs aguerris... L'assassin a laissé sa signature, une empreinte réalisée avec un tampon encreur. Mais Camille Verhoeven n'a aucune piste : l'enquête piétine, la presse se déchaîne et la psychose guette... Jusqu'à cette terrible intuition : cette scène de crime ne lui est pas totalement inconnue, c'est comme s'il avait déjà vécu quelque chose de semblable. Et en effet, chaque détail correspond à une scène décrite dans un célèbre roman policier. Verhoeven en a la conviction : le criminel s'est inspiré de ce livre pour commettre ce double meurtre. Mais ses collègues, ainsi que le juge Deschamps ne le prennent pas vraiment au sérieux... Pourtant, de la fiction à la réalité, il n'y a parfois qu'un pas...

 

J'en étais persuadée à la lecture de Robe de marié, Travail soigné n'a fait que le confirmer : Pierre Lemaître est un génie! Encore une fois, ma lecture a été ponctuée de "nonnnn", "c'est pas possible", "ohlala"... Ce livre est une tuerie dans tous les sens du terme. Tout, absolument tout m'a plu! A commencer par le personnage de Verhoeven, je n'y croyais plus... mais, si, un flic normal, ça existe! Camille Verhoeven est marié, il est heureux avec son épouse qui attend d'ailleurs un enfant. Et, j'en suis restée baba, il boit du lait glacé et du jus de fruit! Ici, on est loin du cliché du flic paumé, qui a raté son mariage, qui ne voit plus ses enfants et qui picole du matin au soir. Un bon point déjà pour monsieur Lemaître! Autre point fort : la description des scènes de crime, c'est scabreux, c'est insoutenable mais qu'est-ce que c'est bon! J'ai noté un certain cynisme qui n'est pas sans faire penser à Thierry Jonquet. En voici un exemple : Dans la salle d'autopsie, sur les tables en inox, sous les protections, on distinguait des masses un peu vagues, de différentes tailles. Tout n'était pas encore sorti, mais il était déjà difficile d'imaginer que ces morceaux avaient pu faire un ou deux corps. En regardant un étal de boucher, il ne vient à personne l'idée de recomposer mentalement l'animal entier."  Et puis, cette enquête, franchement, quel bonheur! Quelle idée excellente! Un assassin qui copie les pires crimes de la littérature policière! Quelle magnifique mise en abime! Et surtout, quel suspense! Impossible de lâcher ce roman... Je crois que c'est la première fois que j'ai lu en préparant le repas... Ce n'est franchement pas pratique mais il fallait absolument que je sache! Et puis quarante pages avant la fin, le roman atteint son apogée avec une deuxième partie absolument renversante! Un coup de maître, incroyable, impensable, sans doute encore plus fort que dans Robe de marié, si cela est possible... Je ne peux rien dire là-dessus si ce n'est : LISEZ-LE! Je pense pouvoir affirmer que ce thriller est le meilleur parmi tous ceux dont j'ai parlé sur ce blog... Je ne m'en remets pas!

 

Et j'ai hâte de connaître le ressenti de Stéphie, je cours donc lire son billet!

 

calepin-2.jpg

Partager cet article
Repost0
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 18:28

Me voilà de nouveau plongée dans un thriller... Et je me suis tournée cette fois du côté des éditions Les Nouveaux Auteurs au concept qui m'a vraiment séduite. Ils proposent la lecture de romans d'auteurs encore inconnus à un comité de lecteurs comme vous et moi qui les évaluent ; les meilleurs manuscrits sont ensuite publiés. Quand on sait comme il est difficile de se faire éditer, je trouve l'idée vraiment bonne, ce que ma lecture de La ronde des innocents a confirmé car il eut été dommage de passer à côté d'un tel livre... Je me demande même si je ne vais pas m'inscrire pour faire partie de ces lecteurs-testeurs... En attendant, n'hésitez pas à aller jeter un oeil sur leur site...

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Lorsque Raphaël Nimier est retrouvé assassiné en pleine montagne, c'est la stupeur pour son frère Vincent. Le jeune homme a été torturé. Qui pouvait lui en vouloir à ce point? Est-ce le fait d'un psychopathe? Le lendemain, Vincent reçoit une étrange vidéo mettant en scène son frère près de quinze ans auparavant en compagnie d'une jeune femme et d'un enfant. Les images parlent d'elle-même, Vincent comprend que son frère a eu un fils dont il ne lui a jamais parlé. A la fin de la vidéo, un seul message : Protège-les. A près de mille kilomètres de là, un jeune homme est assassiné dans le lycée où il était étudiant en classe préparatoire. Sébastien Cordero était un jeune homme sans histoire, mais très vite le lieutenant Justine Néraudeau est mise sur la piste d'étudiants qui formeraient un cercle secret. Quel peut être le lien entre ces deux enquêtes?

 

Voilà un thriller mené tambour battant! Très vite, je me suis plongée dans ces deux enquêtes parallèles. Bien sûr, je n'étais pas dupe, je savais qu'à un moment, un lien serait établi entre les deux, et j'avais même ma petite idée qui s'est révélée inexacte... Les deux enquêtes sont bien distinctes : l'une est menée à la première personne par Vincent, et l'autre par le lieutenant Néraudeau à la troisième personne. L'auteur consacre quelques chapitres à l'une et l'autre alternativement, s'arrêtant généralement à un moment crucial, et forcément cela donne envie d'avancer encore et toujours pour retrouver les différents protagonistes! Par ailleurs, l'intrigue est vraiment efficace et les thèmes abordés m'ont beaucoup intéressée : les enfants surdoués et leur intégration dans la société, mais aussi les secrets de famille : peut-on tout connaître d'un frère, d'un compagnon, d'un fils?

Et pour ne rien gâcher, ce roman est vraiment très bien écrit. Le vocabulaire est recherché, les références et citations littéraires, latines, philosophiques, cinématographiques et musicales sont nombreuses. Peut-être un peu trop, ce qui donne parfois l'impression d'un manque de naturel et ce sera là sans doute, la seule petite remarque négative.. L'auteur est prof et ça se sent. Je ne saurais trop vous expliquer, c'est peut-être parce que je le suis moi-même. L'ensemble fait très sérieux, on sent que Valentin Musso a voulu faire au mieux...  En fait, j'ai porté un regard amusé sur certains passages, presque comme si je sentais une certaine connivence avec l'auteur, par exemple lorsqu'il décrit les étudiants des classes préparatoires : " Vous avez aussi les pires salopes qui soient, excusez-moi. A l'opposé, vous trouverez des bigotes de service, avec dentelles et petit gilet en laine, qui vont passer leur vacances à Lourdes."  Ça sent le vécu! Pour ma part, je n'appartenais ni aux unes, ni aux autres...

 

Bref, voilà un premier roman de grande qualité, et les lecteurs ont eu raison de donner sa chance à Valentin Musso. Pour ma part, je vais suivre cet auteur de près, et j'espère qu'il nous régalera avec d'autres titres!

 

NB : En faisant une petite recherche à l'instant j'ai découvert que l'auteur est le frère de Guillaume Musso. Voici une vidéo vraiment très intéressante :

 

 


Valentin Musso : "Aucune concurrence avec mon frère"
envoyé par Europe1fr. - L'actualité du moment en vidéo.

Partager cet article
Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 17:11

Je suis de plus en plus accro aux thrillers et aux polars, et plus c'est glauque, plus j'aime... Dire qu'il n'y a pas si longtemps, je n'en lisais aucun! Je vous propose donc aujourd'hui ce nouveau polar suédois qui a la particularité d'avoir été écrit à quatre mains, par deux soeurs.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire

 

Siri est psychothérapeute, elle travaille avec Aina, sa meilleure amie, et Sven. Elle suit plusieurs patients qui souffrent de différents troubles : Sara, une jeune fille qui a beaucoup souffert et qui se mutile, Peter qui a des troubles obsessionnels et ne parvient pas à avoir des relations sexuelles avec sa compagne car il s'imagine la tuer, Charlotte, boulimique et obsédée par son travail. Mais Siri est elle-même en proie à un grand désarroi : elle a perdu son époux dans des conditions étranges : suicide, accident? Il a été impossible de déterminer ce qui s'est réellement passé. Depuis, elle vit seule dans cette grande maison en bord de mer qu'ils avaient achetée ensemble mais elle vit dans la peur. Mais la peur n'évite pas le danger... D'étranges phénomènes se produisent : Siri est persuadée que quelqu'un est entré chez elle, son chat disparaît, elle reçoit un étrange courrier, et bientôt c'est un cadavre qui est retrouvé à deux pas de chez elle... Cela n'a rien d'un hasard, car elle connaît très bien la victime... Aucun doute : quelqu'un en veut à Siri!

 

 

La couverture de ce roman avait réussi à elle seule à me donner l'envie de le lire. Le corps d'une femme noyée dans une étendue d'eau, et le titre et le nom des auteurs écrits sur des bandeaux qui ressemblent à du sparadrap tâché de sang. Cela n'est pas sans rappeler la couverture d'Hiver de Mons Kallenthoft. Exactement ce que j'aime! Et je dois dire que je n'ai pas été déçue par le reste! D'abord, j'ai adoré la construction du roman : Siri est la narratrice principale, et elle entrecoupe son récit avec les comptes- rendus des entretiens qu'elle mène avec ses patients. J'ai adoré être plongée dans ces séances, j'avais vraiment l'impression d'assister aux différentes thérapies. D'ailleurs, l'une des deux auteurs est elle-même psychiatre, et on sent en effet que ça tient la route, que le sujet est maîtrisé. J'ai appris pas mal de choses sans que l'on ne tombe toutefois dans l'excès encyclopédique, et j'ai trouvé ça très intéressant. D'autant que cela sert de support à l'intrigue policière puisque les patients sont les premiers suspectés. L'enquête est elle aussi très intéressante : Camilla Grebe  et Asa Träff réussissent à faire monter la tension peu à peu : plus on avance dans le roman, et moins on a envie de le lâcher. On se demande jusqu'où ira le mystérieux assassin, quelle ampleur prendra la terrible machination qu'il a mise en place pour atteindre Siri. Il intervient d'ailleurs épisodiquement dans de courts chapitres en italique dans lesquels on sent sa haine et sa détermination à détruire la jeune psychothérapeute. Et en tant que femme, je me suis complètement identifiée à Siri, on en vient à trembler avec elle, à appréhender les mouvements dans les feuilles, à surveiller les ombres au-dehors. C'est très angoissant de se sentir surveillée constamment sans parvenir à en avoir confirmation, et cette angoisse est bien retranscrite. J'ai soupçonné plusieurs personnages, mais j'étais bien loin de la solution. Et pourtant, elle est logique, pas de fin tirée par les cheveux. Tout se tient pour notre plus grand plaisir! Un livre que je vous recommande donc vivement, vous l'aurez compris!

 

****

N'oubliez pas : vous avez jusqu'à demain soir, 23h59 pour participer au jeu concours avec les éditions Points. J'ai reçu peu de participations, vous avez donc toutes vos chances de gagner!!

Partager cet article
Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 18:00

La lecture du dimanche

 

L. J. Smith a publié de nombreux récits sur les vampires, mais bizarrement, à part le premier tome de Nightworld, je ne me suis jamais vraiment plongée dans ses livres... Un comble pour une amatrice de vampires! Alors ne me demandez pas pourquoi j'ai eu envie de lire Prémonitions... sans doute à cause de la couverture qui est absolument magnifique! Et comme Stéphie l'avait aussi dans sa PAL, nous avons choisi d'en faire une lecture du dimanche!

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Kaitlyn est considérée comme une sorcière dans son lycée : tout le monde l'évite à cause de ses yeux si bizarres et la jeune fille souffre d'une profonde solitude. Pourtant ces rumeurs ne sont pas totalement infondées, car elle possède un don : elle dessine et chacun de ses dessins est une prémonition, une scène qui va se dérouler mais qu'elle ne maîtrise pas davantage puisqu'elle ne sait ni où, ni quand... Aussi lorsque Joyce lui propose de rejoindre une institution spéciale, censée étudier ces phénomènes et aider ceux qui ont des dons psychiques à mieux les maîtriser et les utiliser , elle finit par accepter. Là-bas, au moins, elle pourra se faire des amis, elle ne sera plus différente. Et en effet, elle fait la connaissance de Rob, Anna, Lewis et Gabriel, un jeune homme dangereux qui s'est déjà rendu criminel. Mais très vite, Marisol, une jeune femme qui travaille à l'institut tente de la mettre en garde : elle lui conseille de faire attention, voire de fuir. Les jeunes gens vont alors mener l'enquête, et s'apercevoir que leur présence à l'institut n'a pas pour objet une simple étude...

 

Voilà un roman qui, malgré ses 600 et quelques pages, se lit très vite. J'ai été rapidement happée par l'histoire et il faut reconnaître que c'est une lecture "facile". Le style de l'auteur est simple, sans doute trop... mais j'ai trouvé l'intrigue efficace. J'ai adhéré à l'univers proposé par l'auteur, et notamment à ce lien télépathique créé entre les personnages qui donne lieu à des situations cocasses entre les personnages. Les personnages, justement... Dans ce roman, il n'est pas question de vampires... Ou plutôt pas tels qu'on les connaît, car ils ne sont jamais loin! Si vous lisez Prémonitions, vous rencontrerez ainsi un vampire psychique... Cette dénomination me gêne un peu, j'ai l'impression que c'est devenu un passage obligé pour certains auteurs jeunesse : caser le mot vampire dans son roman, même si c'est totalement artificiel, comme si c'était le moyen de conquérir le public...Pourtant, je dois reconnaître que c'est mon personnage préféré : un jeune homme complexe, mystérieux tiraillé entre le bien et le mal qui fait battre le coeur de Kaitlyn, tantôt d'amour, tantôt de haine! Et on retombe dans le schéma : une fille pour deux garçons... Edward ou Jacob devient Rob ou Gabriel. Encore une fois, ça ne m'a pas déplu, j'ai lu ce roman avec plaisir mais tout en ayant conscience que ça n'avait rien d'original. J'ai l'impression que même quand les auteurs tentent de faire quelque chose de différent, d'un peu original - un groupe de cinq jeunes liés par la pensée et poursuivis par un terrible savant fou - ils ne parviennent pas à se détacher de certaines ficelles. Bien entendu, je porte un regard d'adulte sur ce roman alors qu'il est avant tout destiné à un public d'adolescents qui, justement recherchent ce genre de ficelles dans leur lecture. Je le dis à chaque fois, j'ai sans doute passé l'âge de lire de tels livres, mais je ne peux m'empêcher de les lire. D'abord, parce qu'on y trouve parfois de véritables pépites mais aussi parce que j'aime me tenir au courant de ce que mes élèves sont susceptibles de lire, pouvoir discuter avec eux de leurs lectures et leur conseiller certains titres. Mais aussi, il faut bien le reconnaître, parce que si j'y trouve un certain plaisir, même si les défauts ont tendance à me sauter aux yeux! Alors, même si pour moi Prémonitions n'est pas le roman jeunesse de l'année, je pense qu'il saura séduire son public!

 

Je sais déjà que cette lecture du dimanche fera partie des rares lectures où nous ne sommes pas d'accord et je suis donc d'autant plus pressée d'aller lire l'avis de Stéphie!!

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour cette découverte! 

 

calepin-2.jpg

 

Partager cet article
Repost0