Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 11:48

J'avais très envie de lire ce roman de Jean-Louis Fournier dont l'humour particulier m'avait beaucoup plu dans Il a jamais tué personne mon papa et J'irai pas en enfer. Dans ces deux livres, c'était le voix de Jean-Louis, enfant qui se faisait entendre. Cette fois, c'est celle d'un Jean-Louis adulte, mais surtout père.

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Jean-Louis a eu deux fils : Mathieu et Thomas. Deux fils, malheureusement nés handicapés, deux fils avec qui il n'a jamais pu partager ce que l'on partage avec un enfant dit "normal". Où on va, papa? ( phrase inlassablement répétée par  Thomas lors des déplacements en voiture ) se présente comme une longue lettre que l'auteur adresse à ses deux garçons, une lettre qu'ils ne pourront jamais lire. Dans cette lettre, l'auteur nous fait part de son expérience,  de son amour, de ses questions, de sa souffrance, le tout sur ce ton qui lui est si caractéristique : un humour cynique, noir mais néanmoins touchant et atendrissant.

 

Je me suis empressée de me procurer ce roman dès sa sortie en poche car je voulais savoir ce qui avait bien pu provoquer de telles réactions diverses et variées chez les lecteurs. Il est vrai que c'est un sujet très difficile qui est abordé ici, et je comprends que le ton adopté par l'auteur ait pu choquer. Néanmoins, il ne s'agit pas moins d'une expérience personnelle, d'un récit autobiographique et on ne peut pas accuser l'auteur d'avoir triché. Il s'explique : Comme Cyrano de Bergerac qui choisissait de se moquer lui-même de son nez, je me moque moi-même de mes enfants. C'est mon privilège de père. En effet, même si le ton semble léger, on sent qu'une grande souffrance et une forte culpabilité se cachent sous des airs moqueurs. J'ai pour ma part, été très touchée par la plume de Jean-Louis Fournier, je l'ai trouvé très courageux d'oser. Oser dire ce que beaucoup pensent sans doute : des mots durs parfois, mais qui reflétent ce que ressentent les parents d'enfants handicapés. Un sentiment inimaginable pour quiconque n'en a pas fait l'expérience. Un livre que je ne suis pas prête d'oublier, et qui m'a beaucoup fait penser à la célèbre phrase de Beaumarchais : Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer.

Partager cet article

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article

commentaires

100choses 27/04/2010 20:44



Il est dans ma LAL, j'ai lu des avis assez divergents sur ce livre. j'ai hâte de me faire ma propre opinion.



MyaRosa 25/04/2010 21:12



Je partage ton avis sur ce très beau livre que j'ai lu deux fois.



Géraldine 12/04/2010 23:14



Je n'ai jamais eu envie de lire ce livre, et sa sortie poche ne me fera pas changer d'avis. par contre, j'ai deux livres de l'auteur dans ma PAL, donc un jour, je ferais tout de même sa
connaissance.



Caro 11/04/2010 17:22



Ton billet est très bien écrit et me donne envie de découvrir ce livre. J'en avais entendu parler mais j'hésitais. Je vais le lire bientôt.



pom' 11/04/2010 08:19



j'ai bien aimé sob humour, il parle de son expérience et a donc le droit de l'aborder ainsi