Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 20:50

Cela faisait un moment que j'avais envie de découvrir cet auteur. La mécanique du coeur était inscrit dans ma LAL depuis plusieurs mois, mais c'est finalement ce titre que j'ai lu en premier. Pour une raison toute simple : il était offert pour l'achat de deux poches...  Il ne me restait qu'à trouver le temps de le lire! C'est donc chose faite!

 

 

Image hébergée par servimg.com

L'histoire :

 

Mathias vient de perdre sa mère, décédée à l'hôpital des suites d'une longue et douloureuse maladie. C'est alors que commence le vide, comme un grand trou au fond du coeur... Alors qu'il attend le retour de son père et sa soeur partis chercher la tenue mortuaire, un drôle de géant fait son apparition. Il dit s'appeler Giant Jack et soigner les gens qui viennent de perdre un être cher. Il les aide à ne pas se perdre eux-mêmes et à surmonter la douleur. Pour cela, il offre à Mathias, une ombre ainsi que quelques livres...

 

Soyons honnête, mon avis sur ce livre est très mitigé... J'ai été touchée dès les premières lignes par la plume de l'auteur. Les mots qu'il met sur la perte de sa maman sont touchants, remuants, bouleversants : on sent bien ici qu'il s'agit d'un roman d'inspiration autobiographique. Les passages racontant le choix du cercueil ou l'enterrement font véritablement froid dans le dos. Il faut dire que c'est un sujet qui m'angoisse particulièrement, un sujet que j'ai du mal à évoquer raisonnablement... J'ai donc été véritablement conquise par cet aspect du roman.

 

Mais là où je ne suis pas vraiment convaincue, c'est en ce qui concerne le personnage de Giant Jack... J'ai bien compris qu'il représentait métaphoriquement le travail du deuil, l'idée que la vie continue malgré tout, et qu'il faut mener un combat contre la souffrance. Mais, j'ai trouvé qu'il était bien souvent loufoque et presque déplacé dans le contexte... Il faut reconnaître que j'ai du mal avec ces créations oniriques farfelues, que ce n'est pas vraiment le style de lecture que j'affectionne. Mais là, j'ai vraiment été déstabilisée par le fossé entre le sérieux du sujet, et l'absurdité de ce personnage. Et si au début, la curiosité l'a emporté, à la fin, j'ai totalement décroché par rapport à ce personnage.

 

Malgré tout, je garde une impression générale positive, car l'écriture de Mathias Malzieu est un enchantement : il a ce pouvoir de faire passer des émotions très fortes au lecteur et de faire de chaque phrase un poème, à commencer par le titre de son roman. Je pense donc que je lirai plus tard La mécanique du coeur...

Partager cet article
Repost0

commentaires

A


Je partage tout à fait ton avis : c'est exactement ce que j'ai ressenti à la lecture de ce livre et je suis également d'accord avec toi sur la qualité du style de Mathias Malzieu : c'est vraiment
très beau, juste, sensible... Dommage qu'intervienne ensuite Giant Jack qui casse le charme du début!



Répondre
P


je ne sais pas si le cote loufoque ,absurde, de ce geant n'est justement pas l'interet de ce roman...la mort n'est elle pas absurde? et puis pourquoi voir la mort de façon triste? dans les temps
anciens  on fetait les morts et le moment de l'enterrement etait sujet à la fete..n'est ce pas plus facile d'etre au milieu de personnes gaies pendant ce moment douloureux? je ne sais pas
,sans doute une question de personnalite.



Répondre
H


J'avais adoré La mécanique du coeur. J'aime l'écriture de Malzieu, je compte bien lire celui-ci aussi.



Répondre
L


je lui ai préféré Ma mécanique du coeur, qui j'espère, te plaira aussi... là, le sujet était vraiment trop personnel pour moi je crois, même si la plume est belle, et comme toi, le personnage de
giant Jack heuuuu...



Répondre
A


Je lui ai préféré "la mécanique du coeur", très différent, et en même temps, presque sur le même ton.



Répondre