Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 12:11

J'avais ce quatrième tome de la série dans ma PAL depuis quelques semaines déjà mais j'ai préféré attendre un peu avant de le lire, histoire de faire durer un peu le plaisir... Je me suis finalement plongée dedans, avec comme pour chacun des précédents tomes, un grand plaisir!

 

 

Image hébergée par servimg.comL'histoire :

 

Dans ce quatrième tome, Aki Shimazaki se penche sur un autre des personnages récurrents : Kenji Takahashi. Ce dernier a vu son premier mariage sombrer à cause de ses parents. En effet, Kenji et Satoko ne parviennent pas à avoir d'enfant, et cette dernière est poussée à partir par ses beaux-parents. Pourtant, un peu plus tard, Kenji comprend que c'est lui qui est stérile, car, Satoko, qui s'est remariée, est désormais enceinte. Il décide alors de mener sa vie comme il l'entend et de ne plus subir les pressions de ses parents. Aussi, quand il rencontre Mariko, la jeune femme dont il est question dans le troisième tome, il n'hésite pas à la demander en mariage alors qu'elle a déjà un enfant dont personne ne connaît le père...

 

Encore une fois, la magie a opéré dès la première page, dès les premiers mots. Mais pouvait-il en être autrement? On découvre une nouvelle pièce du puzzle, et on porte un regard vraiment très intéressant sur le récit, puisque cette fois on en sait plus que Kenji Takahashi - qui est le narrateur. Les précédents tomes nous ont appris par exemple quelles étaient les origines de Mariko, ou encore qui est le père du jeune garçon. Kenji, lui, l'ignore. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié toute cette réflexion autour des origines, de la naissance et du secret qui pèse sur ces origines. Des origines "douteuses" comme le dit si bien la mère de Kenji, qui cache pourtant elle aussi un secret.

 

L'écriture est toujours aussi magnifique et j'ai été très sensible à l'image du wasurenagusa qui revient plusieurs fois au fil du récit. Le myosotis qui signifie "ne m'oublie pas". Aki Shimazaki nous offre de nouveau un univers poétique, chaque phrase résonne comme une petite musique douce et enchanteresse. On se laisse porter, envoûter...Un vrai moment de plaisir. Je n'ai qu'un seul regret : il ne me reste maintenant qu'un seul tome à découvrir et j'aurai terminé cette merveilleuse pentalogie...

Partager cet article
Repost0

commentaires

T


J'ai adoré ! Une merveille !



Répondre
R


Malheureusement cette pentalogie est trop courte ! Et en plus, je n'ai pas su faire durer le plaisir comme toi.



Répondre
L


pour ma part, pas encore commencé cette série.



Répondre
D


Bonjour Pimprenelle, et oui, on est bien triste quand on l'a terminé car on ressent un goût d'inachevé. Elle aurait pu en écrire un ou deux autres... Bonne journée.



Répondre
L


je n'avais pas envie que ça s'arrête tellement c'est beau!


je te souhaite un bon dernier tome!



Répondre