Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 09:10

La lecture du dimanche

Cette semaine, nous vous proposons une lecture en partenariat avec
BOB. Nous étions toutes les deux tentées par le résumé de ce livre et nous avons toutes deux été sélectionnées.

arton88.jpg
L'histoire :

Nous sommes en 1685. Guillaume Vallade, fils d'un des bâtisseurs de Roi accepte de loger chez lui pour une nuit des fuyards. Parmi eux, Esther, une jeune femme, dont le souvenir ne quitte plus Guillaume qui dès le lendemain, décide de les rattraper pour les aider à passer la frontière. Au moment d'embarquer avec un passeur, Esther demande à Guillaume d'aller voir sa soeur restée seule dans la maison familiale. C'est ainsi que Guillaume rencontre Jehane qui deviendra son épouse. Mais ce mariage est vu d'un mauvais oeil par le père de Guillaume qui lui avait trouvé une épouse parmi les filles de ses collègues bâtisseurs. Néanmoins, il ne peut lui refuser ce mariage puisque Guillaume a plus de trente ans. Ce dernier revient donc s'installer à Versailles, ce qui déplaît fortement à Louise, sa belle-soeur qui aimerait l'évincer au profit de son fils. Elle décide alors de l'accuser d'impuissance afin de le déshonorer. Et Jehane et Guillaume devront se soumettre à la terrible épreuve du congrès...

Cela devient fréquent, mais je suis de nouveau gênée par la quatrième de couverture qui met en avant cette cérémonie du Congrès, durant laquelle les époux doivent montrer, devant toute une assemblée de juges, médecins et prêtres qu'ils sont capables d'avoir des relations sexuelles. Certes, c'est le titre du livre et je comprends que ce soit vendeur, mais cet épisode arrive assez tardivement dans le livre. J'ai donc trouvé que le livre était un peu long à se mettre en route, puisque je m'attendais à être plongée directement ou presque dans ce procès.

De plus, le rythme est ralenti par l'alternance des époques : tantôt le moment des faits : la rencontre avec Jehane et le procès en impuissance, tantôt le moment présent où Guillaume, qui est le narrateur, raconte, exilé seul dans la maison de son grand-père où les seules visites qu'il reçoit sont celles d"un loup. Disons que cela permet de créer le suspense puisque le lecteur est invité à continuer sa lecture. Je me suis souvent dit "allez, encore un petit chapitre" jusqu'à arriver à la fin du roman sans m'en rendre compte. Le souci, c'est que dès les premières pages, le lecteur sait déjà quelle sera l'issue de cette histoire, et donc paradoxalement, si ce procédé crée le suspens, il en ôte également une part importante.

Pourtant, malgré ces petites réticences, j'ai aimé cette lecture. Il faut dire que ça se lit bien et surtout assez vite : les chapitres sont souvent très courts. Et une fois plongée dans le procès de Guillaume et son épouse, j'ai été complètement happée par cette histoire qui semble si loin de nous, si incroyable mais qui s'appuie pourtant sur des faits qui avaient vraiment lieu à une certaine époque. J'ai ressenti l'horreur et la peur avec les personnages, j'ai souffert avec eux et me suis offusquée de ces méthodes extrêmes. J'ai surtout été très touchée par le personnages de Jehane, qui malgrè ses nombreuses blessures, refuse d'abandonner et de fuir.

Une lecture agréable donc qui m'a permis de découvrir certaines pratiques d'antan que je ne connaissais pas.
Qu'en a pensé
Stephie? J'ai ma petite idée...

Je remercie
BOB pour m'avoir permis de participer à ce partenariat ainsi que les éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce roman.

Partager cet article

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article

commentaires

Herve GAUTIER 13/07/2010 10:36



 


L A F E U I L L E V O L A N T E


La Feuille Volante est une revue littéraire créée en 1980. Elle n’a pas de prix,
sa diffusion est gratuite,


elle voyage dans la correspondance privée et maintenant sur
Internet.


 


N°437– Juillet 2010


LE CONGRES – Jean-Guy Soumy – Éditions Robert
Laffont.


 


Le titre paraissait dès l'abord un peu rébarbatif. D'après le dictionnaire, un congrès
c'est une réunion de personnes qui se rassemblent pour échanger leurs idées ou se communiquer leurs études. Pourtant, la couverture du livre ne laisse aucun doute, il s 'agit d'une autre
chose!


 


Cette histoire peu banale, dont le héros est aussi le narrateur, commence en 1684.
Guillaume Vallade, fils d'un riche bâtisseur du Roi et membre de cette confrérie, reçoit chez lui, en Limousin, des fuyards Huguenots qu'il accompagne jusqu'à la côte charentaise en vue de leur
départ en Angleterre. Parmi eux, Esther, une jeune femme mariée dont il tombe amoureux mais qui lui demande de rejoindre sa sœur, Jehane, qui est restée en France parce qu'elle a abjuré et qui
deviendra son épouse. Cependant, le père de Guillaume avait prévu de marier son fils avec une fille élevée dans sa corporation mais ne peut s'opposer à cette union. Cela lui déplait fortement et
Louise, sa belle-sœur, qui espère évincer Guillaume au profit de son propre fils, va l'accuser d'impuissance. Il a en effet été gravement blessé au bas ventre et Jehane, victime des dragonnades,
a été violée par la soldatesque et leur union n'a toujours pas produit d'enfant après plus d'une année. Seul un homme impuissant pouvait convoler avec un femme déshonorée!


 


Il y a donc un procès, précédé d'un interrogatoire et
d'un examen intime où les juges ecclésiastiques posent des questions insidieuses où l'ironie le dispute à la concupiscence et à la curiosité malsaine, sous couvert, bien entendu du respect
hypocrite de la légalité. Ces mêmes juges feront preuve d'un voyeurisme irrespectueux et lubrique pendant l'épreuve du « Congrès ». Le père de Guillaume, mourant et sous l'influence de
sa bru et de l'Église ne veut pas s'y opposer et abandonne son fils à la honte. De plus, Guillaume et Jehane, réfugiés près de Versailles, sont l'objet de pamphlets publics, perdant du même coup
leur honneur et leur respectabilité. Ils sont de plus en plus considérés comme la proie pour ce tribunal ecclésiastique. Le procès ne s'étant pas déroulé en leur faveur, ils devront apporter la
preuve contraire en se soumettant à l'épreuve du Congrès: Les époux devront montrer devant une assemblée de médecins, de juges, de courtisans, de prêtres et la parentèle de la belle-sœur, qu'ils
sont capables de relations sexuelles. Ils devront devant eux simplement faire l'amour! Guillaume doit donc « Dresser, pénétrer, mouiller », selon les termes de la procédure pour honorer publiquement
Jehane! Une matrone devra se prononcer sur la consommation réelle de cette union manquant bien peu d'intimité et qui s'apparente à une mascarade judiciaire, un véritable viol public, une séance
de pornographie sacrée... On imagine facilement l'issue de cette phase.


 


C'est vrai que la narration est un peu déroutante parce qu'elle mêle les époques et que
Guillaume s'adresse à un loup, comme pour le prendre à témoin, ce qui hache un peu le récit. Mais ce que je retiens c'est le style fluide et poétique de ce roman facile à lire, découpé en courts
chapitres et qui ne tombe heureusement pas dans le glauque (au contraire, la relation de l'épreuve du Congrès est faite avec beaucoup de retenue et de pudeur) comme cela pourrait se faire mais
qui dénonce l'obscurantisme d'une époque où l'Église était toute puissante et le pouvoir du roi absolu.


 


La toile de fond de cette intrigue reste les querelles religieuses entre protestants et
catholiques, mais aussi l'intolérance, la cruauté et la haine entre les hommes. Nous sommes à la veille de la révocation de l'édit de Nantes. C'est, certes, une fiction, mais elle s'appuie sur
des recherches historiques et cette procédure dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle était inquisitoriale et dégradante, existait bel et bien dans l'ancien droit. Elle apparaissait dans
différents dictionnaires et traités juridiques et fut supprimée. Le tribunal ecclésiastique pouvait, en effet, se reconnaître compétent pour juger d'une telle affaire parce qu'il y avait remise
en cause des liens sacrés du mariage et de l'obligation morale faite aux époux de procréer. En cas d'échec, l'impuissance du mari était avérée et le mariage était irrémédiablement
annulé.


 


C'est aussi le procès de la convoitise familiale qui ne recule devant rien pour parvenir
à ses fins puisque Guillaume est l'héritier de la charge paternelle dans la construction du château de Versailles.


 


Ce roman nous donne à voir (en est-il besoin cependant) une facette de la condition
humaine, celle qui ne recule devant rien pour humilier et de détruire un homme au nom d'intérêts bassement matériels ou de vengeance personnelle même si ces attaques viennent de la famille dont
on nous dit à l'envi qu'elle est une valeur sûre, une force, une grandeur, un refuge!


 


Cela a été pour moi un bon moment de lecture, même s'il a été
bouleversant.


 


 


 




Géraldine 05/01/2010 20:40


Ce livre semble très instrutif sur l'époque mais parfois choquant et incomplet... je n'en ferais pas une urgence.


Edelwe 05/01/2010 17:59


Un thème surprenant...pourquoi pas...je note.


Theoma 04/01/2010 14:33


Je passe mon tour pour cette fois ! Une belle semaine Pimprenelle !


Ambroisie 04/01/2010 13:45


Billet très intéressant. J'ai du relire deux fois ton avis, le temps de comprendre l'histoire parce que je ne connaissais pas la pratique que tu décrivais. J'ai maintenant une question
qui me démange les doigts : cette cérémonie du Congrès concerne-t-elle seulement les personnes les plus hauts placées dans la société, ceux de la cour ?