Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 07:51

Lorsque Blog-o-Book a proposé un partenariat avec les éditions Sonatine afin de faire découvrir ce roman, vous imaginez bien que je n'ai pas pu résister. J'ai pris quelques risques pourtant, puisqu'il s'agit d'un thriller historique, un genre qui ne trouve pas toujours grâce à mes yeux... Alors qu'en est-il de cette Compagnie des menteurs?

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

L'histoire :

 

Nous sommes en 1348 sur les routes de l'Angleterre. La pestilence a fait ses premières victimes dans le Sud du pays et se propage de villages en villages. Camelot, un vendeur de reliques, décide de prendre la route vers le Nord afin de fuir la contagion. Très vite, un petit groupe de neuf personnes se forme autour de lui : deux musiciens, un conteur, un magicien, une enfant voyante, une domestique, un peintre et sa femme qui est enceinte. Se déplacer en groupe leur permet de survivre, ils mettent en commun le peu d'argent qu'il parviennent à gagner sur les marchés et leur nombre les protège des coupeurs de gorge. Pourtant, très vite, l'un d'eux disparaît et ses compagnons le retrouvent pendu à un arbre. Bien qu'il soit difficile de croire à un suicide, tous se raccrochent à cette idée jusqu'à la seconde disparition. Cette fois, le corps a été dévoré et la gorge tranchée. Tout laisse penser à une attaque par des animaux sauvages : chiens ou loups. Mais là encore, il y a des détails qui ne collent pas, et peu à peu le doute s'installe dans la compagnie : seraient-ils poursuivis par un étrange tueur? Ou est-ce le fait de l'un d'entre eux? Et que signifient ces hurlements qu'ils entendent chaque nuit?

 

Inutile de faire durer le suspense, j'ai adoré ce roman. Pour preuve, je me suis réveillée cette nuit avec une seule idée en tête : le finir... J'ai vraiment eu l'impression de voyager avec chacun de ces personnages, de partager leur route, leurs peurs, leurs secrets. La narration est menée à la première personne par Camelot, un vieil homme, vendeur d'espoir, que j'ai trouvé plein de bon sens et cela contribue à l'identification. L'évocation du Moyen-Âge est extraordinaire, l'auteur a su recréer une ambiance réaliste et envoûtante. De nombreuses croyances sont évoquées, et plusieurs rites sont accomplis afin d'éloigner la peste. La compagnie des menteurs est donc avant tout un roman d'atmosphère. D'ailleurs, la première mort n'intervient qu'au bout de 270 pages. Et pourtant, je n'ai trouvé aucune longueur dans ce roman, à aucun moment je ne me suis ennuyée. Toute cette première partie m'a semblé nécessaire pour mettre en place l'intrigue et pour nous familiariser avec chacun de ces personnages. En effet, on s'attache à chacun d'eux, même ceux qui peuvent sembler désagréables, et leur disparition nous touche d'autant plus. Ils ont une véritable épaisseur, et surtout ils gardent chacun un secret. Ils sont ainsi auréolés de mystère, un mystère que le lecteur a, bien évidemment hâte de lever. Et j'ai particulièrement aimé la manière dont certains secrets sont révélés par les personnages eux - mêmes, par le biais du conte. Ainsi, régulièrement, les personnages racontent une histoire au coin du feu, une histoire à rapprocher de la leur, et qui nous donne petit à petit les clés pour lever le secret. Bref, ce roman est une grande réussite, et si vous aimez le Moyen-Âge, vous ne serez pas déçu!

 

Je remercie BOB et les éditions Sonatine pour cette belle découverte.

Partager cet article
Repost0

commentaires

U


Il m'a beaucoup plu également ce livre. Une atmosphère très réussie s'en dégage



Répondre
F


ça y  est, je l'ai lu !! et adoré aussi !!! tu peux voir mon billet ici :


http://flof13.unblog.fr/2011/02/01/la-compagnie-des-menteurs-de-karen-maitland/


 


Merci encore pour ton article qui m'avait donné très envie, et je n'ai pas été déçue !!!



Répondre
L


Hello !


Moi aussi, j'ai lu ce livre, avec un certain plaisir mais toutefois une réserve sur l'épilogue et aussi sur les envolées un peu trop fantastiques parfois, à mon goût.


Ceci dit, j'ai aussi été atteinte par le syndrome du "tourne-pages" :)


Mon billet ici :


http://lapublivore.wordpress.com/2011/01/05/la-compagnie-des-menteurs-karen-maitland-environ-500-pages/



Répondre
F


Je le veux, je le veux !!!! Ton billet me donne vraiment envie, c'est tout à fait le genre de bouquins qui me plait !!



Répondre
S


Bonjour Pimprenelle,


nous vous remercions pour votre chronique et sommes ravis que le livre vous ai plu. A bientôt pour de nouvelles lectures!



Répondre
P


Merci à vous pour votre gentil message! Et bravo pour le choix de vos publications, je ne suis jamais déçue!