Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 06:07

Illustrateur : José Ignacio Fernandez

Quand Babelio a proposé une nouvelle vague de masse critique et que j'ai lu la présentation de ce livre, je n'ai pas hésité une seconde. Non seulement, parce que le thème abordé est le nazisme, mais aussi parce que ce livre propose des illustrations "cinématographiques". Il n'en fallait pas plus pour me convaincre!

Image hébergée par servimg.com
L'histoire :

L'histoire se déroule près de Cologne en juin 1938 au coeur d'une clinique psychiatrique. Un journaliste persuadé d'être là pour rédiger un article ne comprend pas pourquoi on ne vient pas le chercher. Il ne se doute pas non plus de ce qui se prépare... Une opération est en cours, et des bus attendent déjà les malades pour leur transfert.


J'ai été très surprise en découvrant ce petit livre, pas plus grand qu'un fasicule à la couverture pour le moins étonnante. L'illustration donne un aspect vieilli et les personnages représentés donnent le ton... En effet, j'ai d'abord feuilleté le livre et regardé les pages illustrées. Je dois reconnaître qu'elles m'ont vraiment mise mal à l'aise : il s'agit de montages avec en arrière plan de vraies photos anciennes sur lesquelles viennent se greffer d'étranges personnages. Leurs têtes donnent l'impression d'être démesurées par rapport à un corps qui ne semble pas assorti. Une drôle de sensation vraiment, à la vue de ces graphismes, je vous en laisse juges...

Image hébergée par servimg.comEt puis, en abordant le texte, on comprend car celui-ci met lui aussi mal à l'aise... La folie est reflétée dans le texte même, qui joue avec les points de vue des personnages, sous forme de dialogues qui donnent parfois la sensation que les personnages s'adressent directement au lecteur, témoin impuissant. D'ailleurs, tout est fait pour que nous perdions nos repères, plongés nous-mêmes au coeur de la folie.  D'abord, il y a ce journaliste qui ne semble finalement pas si fou et qui lance ses supplications "Tu sais, j'attends que tu viennes me chercher et que tu me ramènes à la maison. Tu ne devrais plus tarder maintenant n'est-ce pas? Tu me l'as promis." Et là, on se prend à douter : et si finalement, cet homme était comme nous? Victime d'une machination? Et puis, il y a ces fous qui se prennent pour des médecins, et ces médecins qui sont sans doute les plus fous dans l'histoire : ils obéissent les yeux fermés aux ordres donnés par les SS. Des ordres qui montrent là encore la folie, la barbarie de l'état nazi. Ce livre s'appuie en effet sur des faits historiques : les nazis, pour préparer la solution finale, ont testé leurs premières chambres à gaz sur ces hommes. Des hommes qui selon eux, n'étaient pas dignes de leur race supérieure car "tarés"... Et même si on connait les ignominies qui ont été commises à cette époque sombre de l'histoire, c'est chaque fois, la même terreur et la même incompréhension. Un livre qui dérange donc, qui bouscule, mais qui ne peut laisser indifférent, ne serait-ce que par sa construction si particulière.

Je remercie Babelio et les éditions alzabane pour cette découverte.


Partager cet article

Repost 0
Published by pimprenelle - dans A lire pour le plaisir
commenter cet article

commentaires

saxaoul 10/02/2010 14:10


En effet, le livre que j'ai reçu - du même auteur- est complétement différent de celui-là. J'aime pas trop les têtes non plus...


Fee Paradis 09/02/2010 16:54



Comme toi, je pense que les patients ne méritaient pas tous d'être internés. Le journaliste et d'autres avaient peut-être simplemait fait preuve d'un peu trop d'esprit critique. Ensuite,
l'enfermement et l'infantilisation nous rendraient tous un peu ahuri, mais pas psychotiques.


Mon commentaire n'a hélàs pas sucité de grands débats mais tu peux y jeter un oeil si tu veux : http://esterella-au-pays-des-merveilles.over-blog.com/article-ils-ne-sont-pas-comme-nous-43735450.html

En tout cas, on a peut être des gouts litteraires en commun, je vais sillonner ton blog.

Bonne soirée.



Theoma 07/02/2010 02:16


Etrange et intrigant mais je passe mon tour...


La fée Paradis 06/02/2010 11:10


Bonjour

J'ai aussi commené ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babélio, il y a quelques jours. Je vais prendre connissance avec intérêt de ton commentaire !

Bonne journée


Manu 06/02/2010 10:33


Intriguant ! Ma curiosité est éveillée !