Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pimprenelle
  • Le blog de pimprenelle
  • : Mes chroniques de lectures, en toute simplicité.
  • Contact

Fablehaven voyage...

Fablehaven a pris la route jusque chez Deliregirl1.
http://www.decitre.fr/gi/30/9782092525630FS.gif
Prochaines escales chez :
Esmeraldae
Lasardine
Joey7lindley
Stephie
Cacahuète
...

Vous pouvez toujours vous inscrire, toutes les infos sont  ici.
N'hésitez pas!

Recherche

Partenaires

19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 15:48

Je vous avais déjà parlé de cet auteur il y a quelques semaines après ma lecture de La femme de Gilles : un livre qui m'avait énormément touchée et qui m'avait donné l'envie de découvrir d'autres textes de cet auteur. Ces nouvelles ont été éditées récemment en poche chez Babel, je n'ai donc pas hésité une minute lorsque j'ai vu qu'il était en rayon dans ma librairie préférée!


Les histoires :

 

La femme est à l'honneur dans ces nouvelles:

- Anna est femme de pompiste et se plaît à rêver d'une autre vie lorsqu'elle sort danser au bras de son ami Bobby, même si Nicolas voit ces sorties d'un très mauvais oeil.

- Louise qui élève seule sa fille travaille au service de Madame, une belle et douce femme mystérieuse. Et lorsque Louise s'extasie sur son manteau, cette dernière propose de le lui prêter pour la soirée :
Je n'en ai pas besoin ce soir; et vous en avez grande envie. Ce qui serait anormal, ce serait de ne pas vous le prêter.

-
Léa fait beaucoup de souci pour son ami Caroll. Ce dernier veut organiser une grève à l'usine avec quelques-uns de ses amis pour une revalorisation des salaires. Malheureusement, au dernier moment, les ouvriers les lâchent et vont travailler comme à leur habitude. Mais Léa va s'en mêler...

- René travaille pour le coiffeur du village lorsqu'il chôme à l'arsenal. Ce jour-là, une cliente inhabituelle lui demande une friction à la lavande. Un désir ardent s'empare de lui et il lui propose de le retrouver le soir même sur le chemin qui va vers la mer.

Et d'autres encore...


Je ne vais pas faire durer le suspens très longtemps : je n'ai pas aimé du tout. Voilà c'est dit. Et quelle déception après ce que j'avais ressenti en lisant
La femme de Gilles ...
D'abord, ces nouvelles sont très courtes, entre dix et trente pages, et elles s'apparentent très souvent à un portrait en action : une femme décrite dans une tranche plus ou moins longue de sa vie. Une femme qui doit souvent faire face à la violence d'un homme, celle d'un mari ou même d'un inconnu. Je n'ai pas saisi la pertinence de ces micro-histoires. Ca ne m'a pas touchée, je n'ai pas retrouvé cette écriture qui m'avait tant bouleversée .
L' écriture, je l'ai même trouvée assez hermétique, et certaines nouvelles ne m'ont pas livré tout leur sens. Madeleine Bourdhouxe joue avec les narrateurs et les points de vue, passant sans prévenir d'une narration à la première personne à un narrateur extérieur. Le discours indirect libre est également très présent, mais on a parfois beaucoup de mal à le délimiter. Tout ceci crée une grande confusion dans certaines nouvelles, et bien souvent, j'ai décroché, j'ai perdu le fil.

Une véritable déception donc... et j'aimerais avoir l'avis d'autres lecteurs.
Est-ce que je ne l'ai lu au mauvais moment? Ou est-ce qu'il est est réellement possible qu'un auteur puisse autant vous toucher dans l'un de ses romans et vous ennuyer véritablement dans un autre de ses écrits?

Partager cet article

Repost 0
Published by pimprenelle - dans Mes déceptions
commenter cet article

commentaires

Emilie 23/10/2010 16:47



J'ai adoré la Femme de Gilles au point de l'avoir choisi comme sujet de mémoire cette année (j'étudie les relations entre narrateur, personnage et lecteur.) Ce recueil m'a beaucoup plus
également, surtout la nouvelle Blanche. Le mélange des voix entre narrateur et personnage a pour but d'accentuer le sentiment de complicité qui lie le narrateur et le lecteur au personnage,
il favorise aussi la projection du lecteur. Le narrateur tout en distinguant sa voix de celle du personnage se fait aussi intimement complice de celui-ci. Le lecteur est ainsi invité à reproduire
le même mouvement: vivre l'histoire aux côtés du personnage en faisant sienne ses émotions et à la fois prendre un certain recul, une distance critique pour pouvoir comparer la situation, la vie,
les valeurs, les ambitions de ces femmes à celles que nous avons aujourd'hui, pour pouvoir également se poser des questions et rapporter cette histoire à notre vécu: est-ce que je connais
vraiment ma famille? Ce qui se passe dans la tête de mon mari, de ma femme, de mes enfants? N'avons-nous pas l'impression parfois d'être les seuls de notre entourage à nous poser des questions
existencielles, à avoir une intérieure si compliquée? Peut-être que si nous pouvions parler plus librement de n'importe quel sujet, que si nous parvenions tous à mettre des mots sur nos
sensations les plus intimes, nous nous comprendrions mieux, nous nous estimerions plus, nous nous trouverions plus de points communs que ce que l'on pourrait imaginer de prime abord. Le style de
l'auteur tantôt simple, tantôt hermétique renvoie également à ce double mouvement de complicité et de distance qui incite à un double effort de projection et d'intellectualisation-esthétisation.



Clarabel 25/05/2009 18:00

moi aussi j'ai été un peu déçue par ce recueil ... ;)

Clarabel 25/05/2009 17:59

moi aussi j'ai été un peu déçue par ce recueil ... ;)

Leiloona 21/05/2009 12:38

Je ne connais pas non plus, mais l'ensemble ne m'attire pas (si ce n'est la couverture.)

Lilibook 20/05/2009 19:42

Je ne connais pas du tout, mais pour tout dire cela ne m'attire pas vraiment.....