Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 08:28
 

Je n'avais jamais entendu parler de Nathalie Rheims quand je suis tombée sur ce livre au hasard de mes flâneries à la librairie. Le titre m'a immédiatement interpellée, me rapellant La morte amoureuse de Théophile Gautier que j'avais tant apprécié, adolescente.


 

Tout était si simple avant toi

je suis morte de cet amour

et pourtant j'écris ces mots sans destinée

tombés de mon effroi

afin qu'ils te disent là ou je subsiste

trace insignifiante

d'une passion détruite.



(suis-je la seule à y lire une coquille?)

 

Cette lettre est en fait le cri de douleur poussée par une femme qui vient d'être abandonnée par l'homme qu'elle aime. Cet amour mort, elle ne peut plus survivre, elle se laisse donc dépérir « emmurée, repliée, immobile ».

Il y a aussi cette autre femme, qu'il aimait avant elle, qu'il n'a finalement jamais quittée et vers qui il semble être retourné.


Cette lecture me laisse sur une drôle d'impression... La lettre est en fait un long poème écrit tantôt en prose, tantôt en vers libre. Un poème écrit sous forme de fragments, jamais plus d'une page, et toujours précédé d'un blanc, tel un silence.


Il se lit vite, très vite, trop vite peut-être...


Et que penser de cette poésie? Tout et rien...

Beaucoup de passages m'ont touchée, m'ont semblé bien écrits, beaux.

Mais certains me laissent une impression de déjà vu, une succession de clichés comme on pourrait en lire dans les poèmes d'une adolescente.


Quelques fragments :


«  Nous ne vivrons jamais ensemble, aucun espace ne nous sera commun, jamais ma clef dans la serrure n'ouvrira la porte d'une vie partagée. »


« mon amour

ma fécondité

mon ventre restera stérile

ce que ta vie m'a donné

la mort me l'a repris »


« Elle

flacon qui distille goutte à goutte

le poison qui s'écoule dans mes veines

scalpel qui découpe ma chair

lien de corde qui m'attache à ce lit

omniprésente torture

qui rallonge mes souffrances

elle

qui ne donne rien

pas même la mort espérée. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
De Nathalie Rheims, je n'ai lu que son dernier, auquel je n'ai pas du tout accroché. Du coup, je crois que je passerai mon tour sur celui-ci...
Répondre
P

En effet, celui-ci ne m'a pas donné envie d'en lire d'autres...
Une lecture agréable mais sans plus!


N
Pfff, ça ne me tente pas trop... Je n'apprécie pas trop l'écrivain, faut dire...
Répondre
S
J'avais lu "Le chemin des sortilèges"
Répondre
L
Ok. Du coup je m'en suis arrêtée là dans la traque de la coquille et j'ai survolé le reste, et en effet je pense qu'il manque un accent à "ou".
Répondre
P

Nous sommes d'accord donc
Et merci d'avoir relevé ma monstrueuse "faute de copie".  Si mes élèves voyaient ça


L
Je confirme, il manque un -s à "il", v. 5...
Répondre
P

En effet, mais là c'est moi qui ai fait l'erreur... C'est corrigé d'ailleurs.
Merci loun.